Extension Factory Builder
21/10/2010 à 13:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Joseph-Antoine Bell regrette l'époque où le Cameroun était la locomotive du football africain. Joseph-Antoine Bell regrette l'époque où le Cameroun était la locomotive du football africain. © AFP

Deux semaines après le match nul concédé à la RD Congo (1-1) à Garoua en éliminatoires de la CAN 2012, le sélectionneur Javier Clemente est déjà contesté, moins de deux mois après sa nomination. Une situation qui n’étonne pas Joseph-Antoine Bell, l’ancien gardien des Lions Indomptables, aux yeux de qui le football camerounais est en crise depuis de longues années.

JEUNE AFRIQUE : Joseph-Antoine Bell, Javier Clemente semble menacé, alors qu’il n’est en poste que depuis deux mois. Le football camerounais serait-il en train de traverser une nouvelle période de turbulences ?

JOSEPH-ANTOINE BELL : Mais cela fait tellement longtemps qu’il est en crise ! C’est un accès de fièvre supplémentaire. On pensait qu’après la Coupe du monde en Afrique du Sud, des solutions allaient être prises pour envisager l’avenir autrement. Or, il ne s’est rien passé. Le football camerounais n’a pas les bons médecins pour soigner son mal.

En décryptant vos propos, on devine votre hostilité envers la fédération en place (Fecafoot). Et envers son président, Mohamed Iya ?

Après la Coupe du monde, j’avais dit que je ne parlerais plus du foot camerounais, car cela ne sert à rien de parler à des sourds. Dans mon pays, le football est uniquement l’affaire du président de la fédération. En Afrique, le football est souvent une question d’État… Le Cameroun le prouve. Il n’y a aucun projet pour le football camerounais, que ce soit au niveau des jeunes ou de l’équipe nationale. Des gens comme Rigobert Song ou Geremi Njitap viennent d’arrêter leur carrière internationale. Croyez-vous que quelqu’un leur a dit qu’on comptait sur eux pour apporter leur expérience à la sélection ?

Selon vous, la nomination de Clemente était une erreur ?

Après l’échec de Paul Le Guen, je m’attendais à ce que la sélection soit confiée à un homme connaissant parfaitement le football camerounais. Et ils ont nommé Clemente. Je n’ai rien contre lui, mais que savait-il vraiment de cette équipe ? À part Eto’o et peut-être quelques autres, quels joueurs connaissait-il vraiment ? Il ne peut pas avoir de solution pour le Cameroun. Que Laurent Blanc ait été nommé sélectionneur de l’équipe de France, je trouve cela logique, puisqu’il était sensible à la situation des Bleus. Mais Clemente ? Était-il vraiment concerné par les problèmes du Cameroun ? On a parlé de la mauvaise ambiance au sein de la sélection en Afrique du Sud. Mais le problème ne vient-il pas du ressenti qu’avaient les joueurs sur leur encadrement ?

On dit Clemente assis sur un siège éjectable…

Je ne sais pas. On vient lui reprocher de ne pas vivre au Cameroun, de repartir vite en Espagne après les matchs. Mais ce sont des détails. Le problème est plus profond ! Qu’on ne me dise pas qu’il n’y a pas un Camerounais capable de trouver des solutions à nos problèmes ! Mais en Afrique en général, et au Cameroun en particulier, il n’y a que l’immédiateté qui prime ! On veut des résultats tout de suite.

À qui pensez-vous comme nouveau sélectionneur ? À vous, peut-être ?

Non, je ne pense pas à moi (rires). Je parle en tant qu’observateur. Mais j’ai ma petite idée. Que je garde pour moi…

Mais des sélectionneurs étrangers ont réussi au Cameroun ! Lechantre, Le Roy

Mais on peut prendre le problème à l’envers et dire que c’est grâce au Cameroun qu’ils ont gagné des titres ! Qu’ont-ils gagné ailleurs ? Mais au delà de ça, je regrette une chose. Grâce à ses participations aux Coupes du monde en 1982 et en 1990, en particulier, le Cameroun avait su attirer l’attention sur lui. C’était une sorte de locomotive pour le football africain. Mais il n’en a pas profité. Il y a eu quelques CAN et les JO en 2000, mais depuis, il a été dépassé par des pays comme la Côte d’Ivoire ou le Ghana

   


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101021105446 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101021105446 from 172.16.0.100