Extension Factory Builder
13/10/2010 à 11:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Photo datée de 2004 du secrétaire exécutif des FDLR, Callixte Mbarushimana. Photo datée de 2004 du secrétaire exécutif des FDLR, Callixte Mbarushimana. © AFP

Callixte Mbarushimana, le chef des FDLR arrêté à Paris en exécution d’un mandat de la CPI, est aussi un des responsables du génocide au Rwanda en 1994, selon l’association de rescapés tutsis, Ibuka.

L’arrestation de  Callixte Mbarushimana en tant que secrétaire exécutif des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) pourrait-elle occulter son rôle dans le génocide rwandais de 1994. Oui, craint le président de la principale association de rescapés tutsis, Ibuka (« souviens-toi », en rwandais), qui a estimé mercredi 13 octobre que le dirigeant des FDLR aurait d’abord dû être jugé pour ce crime avant d’être déféré devant la Cour pénale internationale (CPI).

« Son arrestation est en soi une bonne nouvelle mais elle ne devrait pas cacher son rôle dans le génocide commis contre les Tutsis au Rwanda en 1994 », a déclaré Théodore Simburudali, le président d'Ibuka.

Le dirigeant rebelle hutu rwandais a été interpellé à Paris , a-t-on appris lundi 11 octobre, en exécution d’un mandat d’arrêt émis contre lui par la CPI. Il est accusé de cinq chefs de crimes contre l’humanité et de six chefs de crimes de guerre, notamment de meurtres, viols, de tortures, de traitements inhumains et de destructions de biens, des crimes commis en République démocratique du Congo en 2009.

Le TPIR avant la CPI

Callixte Mbarushimana « s’est distingué dans les massacres de Tutsis », avec qui il travaillait au sein du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), à des barrages routiers dressés dans la capitale Kigali. Le président d’Ibuka, l’accuse en ces termes : « Il a utilisé le matériel du Pnud dans la recherche des Tutsis. »

Selon lui, le dirigeant des FDLR méritait d’être jugé par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) basé à Arusha en Tanzanie, avant sa comparution devant la CPI pour ses crimes postérieurs au génocide rwandais.

Mais Callixte Mbarushimana ne figure pas parmi les personnes recherchées par le Tribunal d’Arusha. Une enquête le concernant a cependant bien eu lieu. Elle portait sur son implication présumée dans le génocide, qui a fait 800 000 morts selon l’ONU, dont une majorité de Tutsis, en 1994.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

France - Rwanda : beaucoup de bruit pour rien ?

France - Rwanda : beaucoup de bruit pour rien ?

Trois semaines après la décision symbolique de la présidence de la République française de déclassifier une partie de ses archives sur le Rwanda entre 1990 et 1995, l'exa[...]

Incident frontalier entre le Rwanda et la RDC : qui dit vrai ?

Les autorités du Nord-Kivu, dans l'est de la RDC, ont confirmé jeudi l’"infiltration" depuis dimanche de troupes rwandaises sur le territoire congolais. Mais il ne s'agirait que de[...]

RDC : le gouverneur du Nord-Kivu dénonce une incursion rwandaise à 120 km au nord de Goma

Les autorités congolaises ont confirmé mercredi l'incursion de militaires rwandais en RDC, dans le Nord-Kivu, en plein parc des Virunga. La raison de leur présence n'a toutefois pas été[...]

Rwanda : fin de l'interminable ultime audience du TPIR

Créé en 1994, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a clôturé mercredi à Arusha l'audience de son ultime procès en appel. Le verdict est attendu au mois[...]

Le modèle burundais à l'épreuve

Trop souvent, l'histoire du génocide des Tutsis au Rwanda, telle que racontée par les grands médias occidentaux, se focalise exagérément sur son "élément[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Rwanda - Génocide des Tutsis : la fin d'une longue omerta en France ?

En annonçant la déclassification partielle des archives élyséennes portant sur les années 1990-1995, François Hollande adresse un signal fort à Kigali. Plusieurs centaines[...]

"Rwanda's Untold Story" : négationnisme à la BBC

Selon la BBC, la chaîne n'a pas enfreint sa charte éditoriale en diffusant "Rwanda's Untold Story". Accusé de faire "la promotion du négationnisme" du génocide des Tutsis, le[...]

Génocide au Rwanda : les enjeux de la déclassification des archives de l'Élysée

Vingt et un ans après le génocide des Tutsis, François Hollande va rendre accessibles aux chercheurs les archives de la présidence de la République française sur le dossier rwandais. Une[...]

Génocide au Rwanda : la présidence française annonce la déclassification de ses archives

C'est un pas historique que vient de franchir la présidence française en annonçant, mardi 7 avril, la déclassification de ses archives sur le Rwanda de 1990 à 1995, et donc sur le génocide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101013112648 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20101013112648 from 172.16.0.100