Extension Factory Builder
10/09/2010 à 17:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ould Mouloud craint pour sa sécurité personnelle. Ould Mouloud craint pour sa sécurité personnelle. © AFP

Premier acte de ce qu'on pourrait appeler les (més)aventures de Sidi Mouloud, dont on ne sait s'il sortira victorieux du bras de fer qui l'oppose aux autorités du Polisario. Ces dernières ont menacé de l'arrêter s'il tentait de rentrer à Tindouf, ce qui ne semble pas refroidir ses ardeurs.

Finalement, Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud n’est pas parvenu à rejoindre les camps de Tindouf, à l’issue de son voyage au départ de Smara, au Maroc, le 30 août. Cet inspecteur général de la police du Polisario, qui a passé trois mois dans le royaume chérifien entre juin et août 2010, avait annoncé son désir de rejoindre les camps de Lahmada pour y défendre la proposition d’autonomie du Maroc.

Le policier, qui se trouve actuellement à Zouirate, en Mauritanie, a affirmé  que la direction du Polisario l’avait menacé de l’arrêter s’il rentrait à Tindouf. Aujourd’hui, il compte mettre les autorités du Polisario face à leurs contradictions. « Exprimer librement son opinion relève-t-il d’une trahison ? », s’est-il interrogé  sur les ondes de  la chaîne régionale Laâyoune TV.

« Responsabilité du monde entier »

À l’heure actuelle, Ould Mouloud n’a pas démissionné de son poste d’inspecteur. Il refuse d’être considéré comme un rallié au Maroc et se considère toujours comme un membre du Polisario. Pour l’heure, il réclame seulement le droit de pouvoir s’exprimer librement auprès des habitants des camps. L’homme, qui a laissé son épouse et ses quatre enfants à Tindouf, craint à présent pour sa vie. « Ma sécurité personnelle ne dépend plus de moi tout seul, désormais c’est la responsabilité du monde entier. »

Le monde entier n’a peut-être pas les yeux braqués sur lui mais au Maroc, le sort de Sidi Mouloud préoccupe toutes les associations des droits de l’homme. Sur internet, des centaines de Marocains, en majorité originaires des provinces du Sud, postent des messages de soutien. Les partis politiques, le Parti Authenticité et Modernité (PAM) en particulier, multiplient les communiqués de soutien. Ould Mouloud a demandé au Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH) de l’aider à garantir sa sécurité. Une tâche difficile quand on sait que l’ancien policier n’a pas renoncé à son projet suicidaire de rejoindre les camps.

Lire aussi sur le même sujet "Tindouf, si loin si proche" dans le n° 2592 de Jeune Afrique, en kiosques à partir du dimanche 12 septembre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New-York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers