Extension Factory Builder
07/09/2010 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. © AFP

Les messages sur téléphone mobile ont été utilisés avec une ampleur inédite dans la capitale mozambicaine lors des manifestations contre la vie chère.

« Mozambicain : prépare-toi pour le grand jour de grève. Manifeste contre la hausse des prix de l'électricité, de l'eau, des transports et du pain. Fais suivre ce message.»

C'est le texto qu'ont reçu des milliers de Mozambicains quelques heures avant le début des émeutes de mercredi. Le gouvernement venait d'annoncer une nouvelle hausse du prix du pain, consécutive à plusieurs augmentations du coût du pétrole, de l'eau et de l'électricité.

S'en est suivi trois jours d'émeutes réprimées par des tirs à balles réelles des forces de l'ordre faisant treize morts selon un dernier bilan officiel.

Contrairement aux autres moyens de communication, les messages de téléphone portable peuvent être envoyés à un très grand nombre de personnes quasi instantanément et sont accessibles en permanence.

Traînée de poudre

Pour le militant Joao Pereira, directeur du Mécanisme de soutien à la société civile du Mozambique, c'est surtout l'accès de cet outil aux plus pauvres qui change la donne. Les pauvres « ne sont jamais représentés, ils constituent le groupe qui vote le moins », souligne-t-il. Le téléphone portable « est pour eux une source d'émancipation. C'est un moyen d'augmenter la participation des populations les plus marginalisées ».

Un quart des Mozambicains (sur une population de 20 millions d'habitants) sont équipés de téléphones portables, mais ce chiffre connait une croissance de 50 % par an depuis 2004 selon l'Union internationale pour les télécommunications (UIT). Les possesseurs de GSM sont déjà deux fois plus nombreux que ceux reliés au réseau électrique.

D'autres textos étaient dirigés contre le président Armando Guebuza et son parti, le Front de libération du Mozambique (Frelimo) au pouvoir depuis l'indépendance de l'ancienne colonie portugaise.

Après un conseil de crise, le gouvernement avait appelé jeudi au calme mais répété que la hausse des prix était « irréversible ». Immédiatement de nouveaux textos ont vu le jour : « Mozambicains : le gouvernement semble s'être réuni juste pour prendre un café ou un verre de whiskey mais pas pour résoudre les problèmes du peuple », disait l'un d'eux. Plus sévère, un autre tranchait : « Guebuza est dans les vapes ! »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Daviz Simango : 'Le MDM est prêt à 100% pour gouverner le Mozambique'

Daviz Simango : "Le MDM est prêt à 100% pour gouverner le Mozambique"

Le candidat du Mouvement démocratique du Mozambique (MDM), Daviz Simango, joue depuis 2008 les troubles fêtes au sein du couple historique Frelimo-Renamo. Deviendra-t-il la principale figure de l’opposition l[...]

Mozambique : le braconnage d'ivoire à l'échelle industrielle

Au cours d’un séminaire organisé à Maputo en présence de policiers diplomates et magistrats, lundi 22 septembre, des défenseurs de l’environnement ont sonné l'alerte contre la[...]

Mozambique : démantèlement d'un réseau de trafiquants d'ivoire

La police mozambicaine a démantelé un réseau de trafiquants d'ivoire responsables de la mort d'au moins 39 éléphants, a annoncé mercredi l'ONG qui gère le parc national de Niassa,[...]

"La pluie ébahie" de Mia Couto, une saison blanche et sèche

Récit poético-fantastique, le dernier livre de Mia Couto évoque un Mozambique défiguré par les clivages raciaux.[...]

Mozambique : le président Guebuza et les rebelles de la Renamo signent un accord de paix

Le président mozambicain Armando Guebuza et le chef de la rebellion du Renamo, Afonso Dhlakama, ont signé vendredi, à Maputo, un accord de paix qui met fin à deux ans de violences et ouvre la voie[...]

Mozambique : le gouvernement et la Renamo signent un cessez-le-feu

Le gouvernement du Mozambique et la Renamo, le principal parti d'opposition, ont signé dimanche un cessez-le-feu. Cet accord ouvre la voie aux négociations et met fin à deux années d'affrontements.[...]

Mozambique : pouvoir et opposition s'entendent sur un accord de paix

Un pas vers la paix a été effectué en début de semaine à Maputo. Le gouvernement mozambicain et le parti d’opposition armé, la Renamo, ont signé lundi un accord de principe[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Sommet UE-Afrique : ils ont soutenu Grace Mugabe et ne sont pas venus

En réponse au refus des autorités belges de délivrer un visa à Grace Mugabe, quatre chef d'État d'Afrique australe n'ont pas fait le déplacement à Bruxelles pour le sommet[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers