Extension Factory Builder
07/09/2010 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. © AFP

Les messages sur téléphone mobile ont été utilisés avec une ampleur inédite dans la capitale mozambicaine lors des manifestations contre la vie chère.

« Mozambicain : prépare-toi pour le grand jour de grève. Manifeste contre la hausse des prix de l'électricité, de l'eau, des transports et du pain. Fais suivre ce message.»

C'est le texto qu'ont reçu des milliers de Mozambicains quelques heures avant le début des émeutes de mercredi. Le gouvernement venait d'annoncer une nouvelle hausse du prix du pain, consécutive à plusieurs augmentations du coût du pétrole, de l'eau et de l'électricité.

S'en est suivi trois jours d'émeutes réprimées par des tirs à balles réelles des forces de l'ordre faisant treize morts selon un dernier bilan officiel.

Contrairement aux autres moyens de communication, les messages de téléphone portable peuvent être envoyés à un très grand nombre de personnes quasi instantanément et sont accessibles en permanence.

Traînée de poudre

Pour le militant Joao Pereira, directeur du Mécanisme de soutien à la société civile du Mozambique, c'est surtout l'accès de cet outil aux plus pauvres qui change la donne. Les pauvres « ne sont jamais représentés, ils constituent le groupe qui vote le moins », souligne-t-il. Le téléphone portable « est pour eux une source d'émancipation. C'est un moyen d'augmenter la participation des populations les plus marginalisées ».

Un quart des Mozambicains (sur une population de 20 millions d'habitants) sont équipés de téléphones portables, mais ce chiffre connait une croissance de 50 % par an depuis 2004 selon l'Union internationale pour les télécommunications (UIT). Les possesseurs de GSM sont déjà deux fois plus nombreux que ceux reliés au réseau électrique.

D'autres textos étaient dirigés contre le président Armando Guebuza et son parti, le Front de libération du Mozambique (Frelimo) au pouvoir depuis l'indépendance de l'ancienne colonie portugaise.

Après un conseil de crise, le gouvernement avait appelé jeudi au calme mais répété que la hausse des prix était « irréversible ». Immédiatement de nouveaux textos ont vu le jour : « Mozambicains : le gouvernement semble s'être réuni juste pour prendre un café ou un verre de whiskey mais pas pour résoudre les problèmes du peuple », disait l'un d'eux. Plus sévère, un autre tranchait : « Guebuza est dans les vapes ! »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Élections au Mozambique : le chef de la Renamo promet qu'il n'aura pas recours à la violence

Afonso Dhlakama, le chef du parti d'opposition Renamo au Mozambique, estime que les élections de mercredi n'ont pas été honnêtes, mais a promis samedi de ne pas recourir à la violence.[...]

Mozambique : la Renamo rejette les résultats partiels des élections présidentielle et législatives

Au vu des résultats très partiels des élections présidentielle et législatives du 15 octobre, la Renamo a annoncé jeudi qu'elle ne reconnaîtrait pas la victoire du candidat du[...]

Mozambique : avec "Txeka", les blogueurs se mobilisent pour la transparence des élections

Mercredi 15 octobre, les électeurs mozambicains se sont rendus aux urnes pour choisir leur président et leurs assemblées nationale et provinciales. Sur l’exemple kényan d’Ushahidi, le[...]

Présidentielle au Mozambique : le candidat du Frelimo, Filipe Nyusi, en tête

Pas de surprise au Mozambique. Après un décompte très partiel, le candidat du pouvoir arrive en tête avec plus de 60% des voix.[...]

Mozambique : la fin du déminage... si loin, si proche

Vingt ans de guerre d’indépendance puis seize ans de guerre civile ont fait du Mozambique l’un des pays les plus minés de la planète. Alors que les élections générales se sont[...]

Présidentielle au Mozambique : et si rien n'était joué d'avance pour le Frelimo ?

Le président Guebuza devra céder sa place à l'issue de l'élection du 15 octobre. Mais la bataille s'annonce serrée pour son dauphin, Filipe Nyusi, et pour le Frelimo, au pouvoir[...]

Sida : démarrage difficile pour l'usine publique d'antirétroviraux au Mozambique

En 2012, les gouvernements mozambicain et brésilien inauguraient en grande pompe la première industrie pharmaceutique publique d’Afrique. Deux ans après, la production de médicaments[...]

Élections au Mozambique : une fin de campagne entre ferveur et suspicions

Quelque 11 millions de Mozambicains sont appelés aux urnes, mercredi, pour les élections présidentielle, législatives et provinciales. En dépit d’un retour spectaculaire d’Afonso[...]

Mode : la Black Fashion Week en 5 coups de coeur

Quoique boudée par l’establishment de la mode, la Black Fashion Week offre un réel espace de visibilité aux stylistes africains. Voici les coups de cœur de "Jeune Afrique", à[...]

Élections au Mozambique : le retour surprise d'Afonso Dhlakama

Succès d'estime, de curiosité, ou véritable regain de popularité ? Alors que beaucoup le pensaient politiquement mort, Afonso Dhlakama, le leader historique de la Renamo, en campagne pour la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers