Extension Factory Builder
07/09/2010 à 11:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. Un homme envoie un texto de son téléphone portable, lors des émeutes contre la vie chère. © AFP

Les messages sur téléphone mobile ont été utilisés avec une ampleur inédite dans la capitale mozambicaine lors des manifestations contre la vie chère.

« Mozambicain : prépare-toi pour le grand jour de grève. Manifeste contre la hausse des prix de l'électricité, de l'eau, des transports et du pain. Fais suivre ce message.»

C'est le texto qu'ont reçu des milliers de Mozambicains quelques heures avant le début des émeutes de mercredi. Le gouvernement venait d'annoncer une nouvelle hausse du prix du pain, consécutive à plusieurs augmentations du coût du pétrole, de l'eau et de l'électricité.

S'en est suivi trois jours d'émeutes réprimées par des tirs à balles réelles des forces de l'ordre faisant treize morts selon un dernier bilan officiel.

Contrairement aux autres moyens de communication, les messages de téléphone portable peuvent être envoyés à un très grand nombre de personnes quasi instantanément et sont accessibles en permanence.

Traînée de poudre

Pour le militant Joao Pereira, directeur du Mécanisme de soutien à la société civile du Mozambique, c'est surtout l'accès de cet outil aux plus pauvres qui change la donne. Les pauvres « ne sont jamais représentés, ils constituent le groupe qui vote le moins », souligne-t-il. Le téléphone portable « est pour eux une source d'émancipation. C'est un moyen d'augmenter la participation des populations les plus marginalisées ».

Un quart des Mozambicains (sur une population de 20 millions d'habitants) sont équipés de téléphones portables, mais ce chiffre connait une croissance de 50 % par an depuis 2004 selon l'Union internationale pour les télécommunications (UIT). Les possesseurs de GSM sont déjà deux fois plus nombreux que ceux reliés au réseau électrique.

D'autres textos étaient dirigés contre le président Armando Guebuza et son parti, le Front de libération du Mozambique (Frelimo) au pouvoir depuis l'indépendance de l'ancienne colonie portugaise.

Après un conseil de crise, le gouvernement avait appelé jeudi au calme mais répété que la hausse des prix était « irréversible ». Immédiatement de nouveaux textos ont vu le jour : « Mozambicains : le gouvernement semble s'être réuni juste pour prendre un café ou un verre de whiskey mais pas pour résoudre les problèmes du peuple », disait l'un d'eux. Plus sévère, un autre tranchait : « Guebuza est dans les vapes ! »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Le français Société Générale s'installe au Mozambique

Le français Société Générale s'installe au Mozambique

Après avoir obtenu un agrément au Togo fin 2014, la Société générale annonce son entrée au capital de MCB Moçambique. Le groupe bancaire français prend ainsi pied[...]

Mozambique : marche en hommage au Franco-Mozambicain tué à Maputo

Un millier de personnes ont marché samedi à Maputo pour rendre un dernier hommage à Gilles Sistac, universitaire franco-mozambicain abattu cette semaine en plein centre de la capitale du Mozambique, a[...]

Le juriste franco-mozambicain Gilles Cistac abattu à Maputo

Le Franco-Mozambicain Gilles Cistac a été tué par balles mardi à Maputo, capitale du Mozambique. L’opposition dénonce un assassinat politique : cet expert en droit constitutionnel [...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

La mosaïque linguistique africaine : carte des langues parlées sur le continent

En décembre dernier, le Parlement sénégalais s’est doté d’un système de traduction simultanée permettant aux députés de s’exprimer dans leur langue[...]

"La confession de la lionne" : Mia Couto et le réalisme magique

Dans son dernier roman, "La Confession de la lionne", le Mozambicain Mia Couto nous plonge dans une histoire poétique dont il a le secret. Où les attaques de lions visant les femmes d'un village sont au[...]

Mozambique : Graça Machel, ancienne première dame et reine de la pudeur

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Pétrole : trente ans d'incidents environnementaux en Afrique

Connus du grand public ou - pour plusieurs d'entre eux - oubliés et jamais jugés, de nombreux incidents environnementaux ont émaillé l'exploitation et le transport de pétrole sur le continent[...]

Mozambique : arrestation du député Muchanga, porte-parole de la Renamo

La police a confirmé mardi l'arrestation à Maputo d'Antonio Muchanga, député et porte-parole de la Renaissance nationale mozambicaine (Renamo), principal parti d'opposition du pays. Il lui est[...]

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Afonso Dhlakama, c'est un pilier de la politique mozambicaine. Candidat pour la cinquième fois à la présidentielle, en octobre, il en a contesté les résultats. Pour obtenir plus de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers