Extension Factory Builder
26/07/2010 à 17:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Germaneau dont l'exécution a été confirmée lundi 26 juillet. Michel Germaneau dont l'exécution a été confirmée lundi 26 juillet. © AFP

François Fillon a estimé que Michel Germaneau était peut-être déjà mort lors de l'envoi par Aqmi d'un ultimatum à la France, le 12 juillet dernier.

Mis à jour mardi 27 juillet à 11h15

Au cours d'une interview accordée mardi 27 juillet à Europe 1, le Premier ministre François Fillon est revenu sur l'exécution de l'otage Michel Germaneau, annoncée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dimanche soir. Selon lui, le sort du retraité de 78 ans était peut-être déjà scellé le 12 juillet dernier, lorsque Aqmi a fait parvenir aux autorités françaises un ultimatum mettant en jeu la vie de l'otage. « C'est en raison du caractère anormal, étrange de cet ultimatum, et de ce refus d'engager la discussion avec les autorités françaises, que nous pouvons penser que Michel Germaneau était déjà mort à ce moment-là. Mais ce n'est qu'une supposition », a déclaré François Fillon.

En revanche, il estime peu probable que Michel Germaneau ait été décapité, comme l'avait pourtant affirmé lundi un élu du nord du Mali, proche du dossier. Le Premier ministre français a par ailleurs réaffirmé que l'otage était bien mort, même si sa dépouille n'a pas été retrouvée. L'Elysée a confirmé le décès de Michel Germaneau lundi.

La confirmation par l'Élysée de la mort de l'otage français, s'est fondée sur un message sonore diffusé la veille par la chaîne Al-Jazira. La France a authentifié la revendication de l'exécution par l'émir d'Aqmi, affirme une source au ministère de la Défense.

Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, déclarait avoir fait exécuter l'otage français pour « venger » la mort de sept combattants d'Aqmi tués lors d'un raid franco-mauritanien jeudi dernier. « Sarkozy a échoué à libérer son compatriote par cette opération mais il a sans aucun doute ouvert pour lui, pour son peuple et pour son pays l'une des portes de l'enfer », précisait également le chef d'Aqmi.

"Assassinat de sang froid"

Plus tôt dans la journée, le président français s'est exprimé lors d'un discours retransmis à la télévision. Après avoir confirmé que Michel Germaneau avait bien été assassiné, il a fermement dénoncé cette exécution. « Je condamne cet acte barbare, odieux, qui vient de faire une victime innocente (...), qui consacrait son temps à aider les populations locales », a affirmé Nicolas Sarkozy, condamnant un « assassinat de sang froid ». « Sa mort illustre que nous avons affaire à des gens qui n'ont aucun respect de la vie humaine », a ajouté Nicolas Sarkozy.

À la fin de son discours, le président a indiqué que Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, allait se rendre dès ce lundi à Bamako (Mali), Nouakchott (Mauritanie) et Niamey (Niger) pour « examiner les mesures de sécurité à prendre » au sujet, principalement, des ressortissants français vivant dans cette région en proie aux attaques récurrentes d'Aqmi.

Crainte de représailles

La situation pourrait en effet se dégrader après non seulement la mort de Michel Germaneau, mais aussi après le raid des forces mauritaniennes soutenues par la France contre une base d'Aqmi vraisemblablement située au Mali.

« Ils [Aqmi, NDLR] ne manqueront pas d'effectuer des représailles contre la Mauritanie, ou du moins de le tenter », estime Mohamed Fall Ould Oumère, politologue mauritanien et directeur du journal La Tribune à Nouakchott. « Il faut redoubler de vigilance », ajoute-t-il, en soulignant qu'Aqmi « a énormément de moyens et des cellules en Mauritanie ».

Le groupe qui a exécuté Michel Germaneau avait déjà tué il y a treize mois un otage occidental, le Britannique Edwin Dyer.

Un autre groupe d'Aqmi retient toujours en otage les Espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual, enlevés le 29 novembre 2009 en Mauritanie. Leur sort suscite moins d'inquiétude, car ils seraient entre les mains de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, alias Belawar, dont les motivations sont essentiellement financières, selon les experts mauritaniens interrogés.

L'UA condamne

Depuis l'annonce de l'exécution de Michel Germaneau, les condamnations affluent. Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union africaine, Ramtane Lamamra, a condamné de façon « très énergique » l'assassinat de l'otage français.

« Rien ne peut justifier l'exécution d'un otage, et certainement pas le refus de payer une rançon ni une opération légitime qu'un pays de la région peut conduire avec ses propres moyens et l'assistance d'une tierce partie », a-t-il déclaré, en marge du sommet de l'UA qui se déroule actuellement à Kampala (Ouganda).

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers