Extension Factory Builder
26/07/2010 à 17:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Germaneau dont l'exécution a été confirmée lundi 26 juillet. Michel Germaneau dont l'exécution a été confirmée lundi 26 juillet. © AFP

François Fillon a estimé que Michel Germaneau était peut-être déjà mort lors de l'envoi par Aqmi d'un ultimatum à la France, le 12 juillet dernier.

Mis à jour mardi 27 juillet à 11h15

Au cours d'une interview accordée mardi 27 juillet à Europe 1, le Premier ministre François Fillon est revenu sur l'exécution de l'otage Michel Germaneau, annoncée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dimanche soir. Selon lui, le sort du retraité de 78 ans était peut-être déjà scellé le 12 juillet dernier, lorsque Aqmi a fait parvenir aux autorités françaises un ultimatum mettant en jeu la vie de l'otage. « C'est en raison du caractère anormal, étrange de cet ultimatum, et de ce refus d'engager la discussion avec les autorités françaises, que nous pouvons penser que Michel Germaneau était déjà mort à ce moment-là. Mais ce n'est qu'une supposition », a déclaré François Fillon.

En revanche, il estime peu probable que Michel Germaneau ait été décapité, comme l'avait pourtant affirmé lundi un élu du nord du Mali, proche du dossier. Le Premier ministre français a par ailleurs réaffirmé que l'otage était bien mort, même si sa dépouille n'a pas été retrouvée. L'Elysée a confirmé le décès de Michel Germaneau lundi.

La confirmation par l'Élysée de la mort de l'otage français, s'est fondée sur un message sonore diffusé la veille par la chaîne Al-Jazira. La France a authentifié la revendication de l'exécution par l'émir d'Aqmi, affirme une source au ministère de la Défense.

Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, déclarait avoir fait exécuter l'otage français pour « venger » la mort de sept combattants d'Aqmi tués lors d'un raid franco-mauritanien jeudi dernier. « Sarkozy a échoué à libérer son compatriote par cette opération mais il a sans aucun doute ouvert pour lui, pour son peuple et pour son pays l'une des portes de l'enfer », précisait également le chef d'Aqmi.

"Assassinat de sang froid"

Plus tôt dans la journée, le président français s'est exprimé lors d'un discours retransmis à la télévision. Après avoir confirmé que Michel Germaneau avait bien été assassiné, il a fermement dénoncé cette exécution. « Je condamne cet acte barbare, odieux, qui vient de faire une victime innocente (...), qui consacrait son temps à aider les populations locales », a affirmé Nicolas Sarkozy, condamnant un « assassinat de sang froid ». « Sa mort illustre que nous avons affaire à des gens qui n'ont aucun respect de la vie humaine », a ajouté Nicolas Sarkozy.

À la fin de son discours, le président a indiqué que Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, allait se rendre dès ce lundi à Bamako (Mali), Nouakchott (Mauritanie) et Niamey (Niger) pour « examiner les mesures de sécurité à prendre » au sujet, principalement, des ressortissants français vivant dans cette région en proie aux attaques récurrentes d'Aqmi.

Crainte de représailles

La situation pourrait en effet se dégrader après non seulement la mort de Michel Germaneau, mais aussi après le raid des forces mauritaniennes soutenues par la France contre une base d'Aqmi vraisemblablement située au Mali.

« Ils [Aqmi, NDLR] ne manqueront pas d'effectuer des représailles contre la Mauritanie, ou du moins de le tenter », estime Mohamed Fall Ould Oumère, politologue mauritanien et directeur du journal La Tribune à Nouakchott. « Il faut redoubler de vigilance », ajoute-t-il, en soulignant qu'Aqmi « a énormément de moyens et des cellules en Mauritanie ».

Le groupe qui a exécuté Michel Germaneau avait déjà tué il y a treize mois un otage occidental, le Britannique Edwin Dyer.

Un autre groupe d'Aqmi retient toujours en otage les Espagnols Albert Vilalta et Roque Pascual, enlevés le 29 novembre 2009 en Mauritanie. Leur sort suscite moins d'inquiétude, car ils seraient entre les mains de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, alias Belawar, dont les motivations sont essentiellement financières, selon les experts mauritaniens interrogés.

L'UA condamne

Depuis l'annonce de l'exécution de Michel Germaneau, les condamnations affluent. Le commissaire à la Paix et à la Sécurité de l'Union africaine, Ramtane Lamamra, a condamné de façon « très énergique » l'assassinat de l'otage français.

« Rien ne peut justifier l'exécution d'un otage, et certainement pas le refus de payer une rançon ni une opération légitime qu'un pays de la région peut conduire avec ses propres moyens et l'assistance d'une tierce partie », a-t-il déclaré, en marge du sommet de l'UA qui se déroule actuellement à Kampala (Ouganda).

(avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Le sans-abri noir tué par la police de Los Angeles était français

Le sans-abri noir tué par la police de Los Angeles était français

Selon le "Los Angeles Times", le sans-abri abattu dimanche par des policiers à Los Angeles lors d'une altercation était un citoyen français déjà condamné pour braquage aux &Ea[...]

Hommage : Éric Rouleau, témoin engagé

Décédé le 25 février, Éric Rouleau, journaliste spécialiste du Proche-Orient, collabora au "Monde" et à "Jeune Afrique". Il fut aussi ambassadeur de[...]

Emmanuel Macron, le coup droit de Hollande

Il est jeune, brillant et séducteur. Jusqu'ici, tout lui réussissait. L'incapacité du ministre de l'Économie à amadouer les "frondeurs" socialistes et à faire[...]

Livres : voyage au bout du Venezuela avec Miguel Bonnefoy

Le vénézuélien Miguel Bonnefoy publie un premier roman réjouissant, "Le Voyage d'Octavio". Chronique.[...]

États-Unis : un homme noir sans-abri, surnommé "Africa", abattu par la police de Los Angeles

Une vidéo montrant un groupe de policiers abattre un sans-abri noir dans un quartier défavorisé de Los Angeles, en Californie, a été publiée lundi sur les réseaux sociaux. Une[...]

Les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Le cardinal guinéen Robert Sarah assure que les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle au prochain synode d'octobre, reconnaissant des incompréhensions[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Retour en 5 dates sur la vie d'Earl Lloyd, légende du basket et premier joueur noir de NBA

Earl Lloyd, surnommé "The Big Cat", est décédé le 24 février à l'âge de 86 ans. Retour en cinq dates sur la carrière d'une des légendes du basket[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100726150739 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100726150739 from 172.16.0.100