Extension Factory Builder
24/07/2010 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran du message diffusé par l'otage français. Capture d'écran du message diffusé par l'otage français. © AFP

Une opération serait en cours au Mali pour obtenir la libération de l’otage français Michel Germaneau, détenu par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). L'inquiétude est particulièrement vive à Paris après une attaque qui a coûté la vie à six combattants du groupe terroriste jeudi.

Paris serait en train de faire le forcing au Mali pour obtenir la libération du Français Michel Germaneau, âgé de 78, et enlevé au Niger au mois d’avril.

Selon une « source militaire étrangère à Bamako » citée par l’AFP, une opération serait actuellement en cours en territoire malien pour y parvenir. « Les Français sont en train de tout faire pour obtenir la libération de Germaneau » a-t-elle affirmé.

Écran de fumée

D’après cette source, l’opération menée par l’armée mauritanienne et soutenue par des militaires français jeudi n’était qu’un « écran de fumée ». « Les Américains et les Français ont soutenu cette opération d'une manière ou d'une autre et au même moment, ailleurs dans le grand désert, en avait lieu une autre qui se poursuit actuellement », a-t-elle affirmé.

Aucune confirmation n’a été obtenue de source officielle malienne ou française, ni d’aucune « autre source indépendante » précise l’AFP. Vendredi, le président malien Amadou Toumani Touré avait quitté précipitamment le sommet de la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui se tenait à Ndjamena, pour rentrer à Bamako.

Aqmi menace de tuer Michel Germaneau. La nébuleuse terroriste a fixé un ultimatum qui expire le 26 juillet, pour obtenir la libération de certains de ses combattants.

Or le groupe terroriste qui le détient a perdu six hommes dans l’attaque de jeudi d’après les sources officielles mauritaniennes.

Flou sur le but de l'opération de jeudi

Le ministère français de la Défense a reconnu avoir apporté « un soutien technique et logistique » à l'opération. Selon son communiqué publié vendredi, celle-ci était « destinée à prévenir une attaque d'Al-Qaïda au Maghreb islamique contre la Mauritanie ».

Le groupe visé, a ajouté le ministère, est celui qui « refuse de donner des preuves de vie et d’engager le dialogue en vue de la libération [du français] Michel Germaneau ». Ce serait aussi « celui qui a exécuté l'otage britannique [Edwin Dyer, ndlr] voici un an ».

Le quotidien espagnol El Pais avait affirmé sur son site Internet qu’il s’agissait d’une tentative pour libérer Michel Germaneau.

Un médiateur malien impliqué dans la libération d’otages français dans la région, cité par l’AFP, avait également assuré qu’il s’agissait d’une opération pour libérer Michel Germaneau. « Il semble qu'ils seraient allés chercher l'otage français mais qu'ils ne l'auraient pas vu sur place », a-t-il déclaré.

L'opération s’est vraisemblablement déroulée en territoire malien. « Il y a eu des affrontements dans le secteur, des tirs ont été entendus », a déclaré un responsable de la région de Kidal, au Mali, près des frontières avec l’Algérie et le Niger, à l’agence Reuters. « Il y a eu beaucoup de rotations d'avions militaires à l'aérodrome de Tessalit », a-t-il précisé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers