Extension Factory Builder
24/07/2010 à 14:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran du message diffusé par l'otage français. Capture d'écran du message diffusé par l'otage français. © AFP

Une opération serait en cours au Mali pour obtenir la libération de l’otage français Michel Germaneau, détenu par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). L'inquiétude est particulièrement vive à Paris après une attaque qui a coûté la vie à six combattants du groupe terroriste jeudi.

Paris serait en train de faire le forcing au Mali pour obtenir la libération du Français Michel Germaneau, âgé de 78, et enlevé au Niger au mois d’avril.

Selon une « source militaire étrangère à Bamako » citée par l’AFP, une opération serait actuellement en cours en territoire malien pour y parvenir. « Les Français sont en train de tout faire pour obtenir la libération de Germaneau » a-t-elle affirmé.

Écran de fumée

D’après cette source, l’opération menée par l’armée mauritanienne et soutenue par des militaires français jeudi n’était qu’un « écran de fumée ». « Les Américains et les Français ont soutenu cette opération d'une manière ou d'une autre et au même moment, ailleurs dans le grand désert, en avait lieu une autre qui se poursuit actuellement », a-t-elle affirmé.

Aucune confirmation n’a été obtenue de source officielle malienne ou française, ni d’aucune « autre source indépendante » précise l’AFP. Vendredi, le président malien Amadou Toumani Touré avait quitté précipitamment le sommet de la Communauté des États sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui se tenait à Ndjamena, pour rentrer à Bamako.

Aqmi menace de tuer Michel Germaneau. La nébuleuse terroriste a fixé un ultimatum qui expire le 26 juillet, pour obtenir la libération de certains de ses combattants.

Or le groupe terroriste qui le détient a perdu six hommes dans l’attaque de jeudi d’après les sources officielles mauritaniennes.

Flou sur le but de l'opération de jeudi

Le ministère français de la Défense a reconnu avoir apporté « un soutien technique et logistique » à l'opération. Selon son communiqué publié vendredi, celle-ci était « destinée à prévenir une attaque d'Al-Qaïda au Maghreb islamique contre la Mauritanie ».

Le groupe visé, a ajouté le ministère, est celui qui « refuse de donner des preuves de vie et d’engager le dialogue en vue de la libération [du français] Michel Germaneau ». Ce serait aussi « celui qui a exécuté l'otage britannique [Edwin Dyer, ndlr] voici un an ».

Le quotidien espagnol El Pais avait affirmé sur son site Internet qu’il s’agissait d’une tentative pour libérer Michel Germaneau.

Un médiateur malien impliqué dans la libération d’otages français dans la région, cité par l’AFP, avait également assuré qu’il s’agissait d’une opération pour libérer Michel Germaneau. « Il semble qu'ils seraient allés chercher l'otage français mais qu'ils ne l'auraient pas vu sur place », a-t-il déclaré.

L'opération s’est vraisemblablement déroulée en territoire malien. « Il y a eu des affrontements dans le secteur, des tirs ont été entendus », a déclaré un responsable de la région de Kidal, au Mali, près des frontières avec l’Algérie et le Niger, à l’agence Reuters. « Il y a eu beaucoup de rotations d'avions militaires à l'aérodrome de Tessalit », a-t-il précisé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique. Par[...]

Mali : les rebelles passent de Ouaga à Niamey

En raison de la chute de Blaise Compaoré, les groupes rebelles maliens se sont retrouvés à Niamey avant la reprise des négociations à Alger.[...]

Nord-Mali : deux soldats tués et cinq autres blessés par une mine

Une voiture de l'escorte du ministre malien du Développement rural a sauté mardi sur une mine dans le nord du pays. Deux militaires ont été tués et cinq autres grièvement blessés,[...]

Ebola au Mali : nouveau cas positif, 310 personnes sous surveillance sanitaire

Un nouveau cas d'Ebola a été déclaré samedi au Mali et cette personne a été admise dans une unité de soins intensifs à Bamako, a indiqué un communiqué du[...]

Mokhtar Belmokhtar, "le Ben Laden du Sahara"

Le journaliste mauritanien Lemine Ould M. Salem publie une enquête sur le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar. Édifiant.[...]

Mali : IBK et le Boeingate, suite

Ibrahim Boubacar Keïta ne s'est toujours pas exprimé sur les soupçons de fraude qui le visent après la publication du rapport du Vérificateur général sur l'achat de l'avion[...]

Mali : en déplacement, IBK montre l'exemple dans la lutte contre Ebola

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta s'est rendu lundi à Kourémalé, dans le sud du pays, près de la frontière avec la Guinée, pour une visite symbolique consacrée[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : précautions et inquiétude chez les Français du Mali

Depuis l'annonce d'un cinquième cas d'Ebola au Mali, la communauté française, forte de 6.000 ressortissants et de 1.400 militaires, y observe avec inquiétude l'arrivée de[...]

Ebola : la France étend ses contrôles aux vols en provenance du Mali

La France a renforcé samedi son dispositif de lutte contre Ebola en étendant ses contrôles de santé, déjà en vigueur pour les passagers des vols directs en provenance de Guinée,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers