Extension Factory Builder
11/07/2010 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
1000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus. 1000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus. © Ministère de la Jeunesse et des Sports du Maroc

Du 13 au 18 juillet, le Maroc accueille la première édition des Jeux africains de la jeunesse. Objectif : révéler les talents du continent et réveiller l’esprit sportif.

Alors que la Coupe du monde de football s’achève en Afrique du Sud, qui a rappelé au monde entier le dynamisme du continent et de ses sportifs, c’est au tour des jeunes athlètes africains de faire leurs preuves à l’occasion des Iers Jeux africains de  la jeunesse, qui se tiendront au Maroc, du 13 au 18 juillet. Plus de 1 000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus pour cette première rencontre, à laquelle 33 comités olympiques africains sur 53 ont déjà confirmé leur participation.

Les athlètes vont concourir dans 17 disciplines olympiques : athlétisme, aviron, canoë kayak, cyclisme, boxe, lutte, judo, taekwondo, natation, tennis, tennis de table, football, basket à trois, gymnastique artistique, escrime, tir et haltérophilie. Les compétitions se dérouleront à Rabat, Salé, Casablanca et Mohammedia, où le royaume dispose d’infrastructures de classe internationale : le complexe sportif Mohammed V de Casablanca, le complexe sportif Moulay Abdallah, les salles Ibn Yassine et Témara, ainsi que la piscine Mly Rachid à Rabat.

À un mois des J. O. de Singapour

Pour les jeunes athlètes, c’est une occasion de se confronter à leurs concurrents africains et de se préparer en perspective des Jeux olympiques de la jeunesse, qui se dérouleront à Singapour, du 14 au 26 août prochain. « Ces jeux vont permettre à nos jeunes sportifs africains de connaître la joie de participer à un grand événement sportif sur leur continent, comme les équipes africaines au cours de la Coupe du monde », ont rappelé le ministre des Sports et les dirigeants de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa), lors de la présentation des Jeux au Caire, en mars dernier.
À l’heure du sport mondialisé et de l’argent roi, Moncef Belkhayat, le ministre marocain de la Jeunesse et des Sports, ne cache pas son ambition de remettre au goût du jour le sens de l’effort, l’esprit de compétition, mais aussi les notions de solidarité et de civisme, qui sont au cœur de l’idéal olympique. « Ces athlètes doivent être des exemples pour toutes la jeunesse du continent. Il est normal qu’ils aient envie de devenir des petites stars et de vivre de leur passion pendant leur courte carrière, reconnaît le ministre, mais pour faire rêver les supporters, il faut aussi qu’ils soient accessibles et généreux. »

C’est l’Acnoa, dont le siège est à Abuja, au Nigeria, qui a fait le choix du Maroc comme pays hôte. Dirigé par le général ivoirien Lassana Palenfo, l’association a pour but d’organiser et de promouvoir la participation des africains aux Jeux olympiques et milite également, depuis des années, pour une plus grande convergence des stratégies sportives entre les différents pays du continent.

La culture n’est pas en reste

Mais les Jeux de la jeunesse africaine ne sont pas seulement un évènement sportif. Pour les organisateurs, ils sont aussi une occasion unique de faire se rencontrer des jeunes de tout le continent et de promouvoir la culture de ses différents pays.

À ce titre, le Maroc semble le lieu idéal. De plus en plus tourné vers le sud du continent, le royaume s’impose comme un trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. « Il suffit de voir le nombre de pièces de théâtre, de concert ou d’exposition consacrés à des artistes africains dans le royaume, pour mesurer l’intérêt grandissant que portent les Marocains, et en particulier les jeunes, à la culture africaine », ajoutent les organisateurs. Et si l’on n’attend pas un important déplacement de supporters africains au moment des Jeux, les nombreux subsahariens vivant dans le royaume, notamment les étudiants, sont appelés à venir peupler les gradins.

Tout au long de la compétition, des manifestations éducatives et culturelles, ouvertes au public, seront également organisées dans les villes d’accueil. Des ateliers de danse, de théâtre, d’arts plastiques et de chants, animés par les athlètes eux-mêmes, seront l’occasion de faire connaître les traditions du continent et d’insuffler une ambiance festive à la compétition. Les sportifs s’improviseront même artistes en herbe au cours d’un atelier où ils seront invités à produire des œuvres d’arts sur le thème de l’environnement. Un esprit bon enfant qui tranche avec les récentes images de la Coupe du monde de football et en particulier des pérégrinations de l’équipe de France. Alors que les éditorialistes du monde entier dénoncent avec vigueur le recul de certaines valeurs dans le monde du sport, les organisateurs des Jeux de la jeunesse africaine veulent faire de ces rencontres un évènement exemplaire.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bonnes en danger

Article précédent :
Zuma fier de son peuple

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

Finance : Casablanca gagne 11 places dans l'indice GFCI

 Casablanca a fait un bond de 11 places et se hisse désormais à la 51e place du GFCI, le classement des places financières internationales (GFCI), devant Maurice, Moscou, Dublin et Madrid.[...]

Islamistes marocains : un modèle nommé AKP

Séduits par l'expérience concluante de leurs homologues turcs, les islamistes du PJD tentent, depuis 2007, de reproduire la recette AKP. Mais ils doivent composer avec un contexte politique radicalement [...]

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex