Extension Factory Builder
11/07/2010 à 11:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
1000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus. 1000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus. © Ministère de la Jeunesse et des Sports du Maroc

Du 13 au 18 juillet, le Maroc accueille la première édition des Jeux africains de la jeunesse. Objectif : révéler les talents du continent et réveiller l’esprit sportif.

Alors que la Coupe du monde de football s’achève en Afrique du Sud, qui a rappelé au monde entier le dynamisme du continent et de ses sportifs, c’est au tour des jeunes athlètes africains de faire leurs preuves à l’occasion des Iers Jeux africains de  la jeunesse, qui se tiendront au Maroc, du 13 au 18 juillet. Plus de 1 000 sportifs âgés de 13 à 17 ans sont attendus pour cette première rencontre, à laquelle 33 comités olympiques africains sur 53 ont déjà confirmé leur participation.

Les athlètes vont concourir dans 17 disciplines olympiques : athlétisme, aviron, canoë kayak, cyclisme, boxe, lutte, judo, taekwondo, natation, tennis, tennis de table, football, basket à trois, gymnastique artistique, escrime, tir et haltérophilie. Les compétitions se dérouleront à Rabat, Salé, Casablanca et Mohammedia, où le royaume dispose d’infrastructures de classe internationale : le complexe sportif Mohammed V de Casablanca, le complexe sportif Moulay Abdallah, les salles Ibn Yassine et Témara, ainsi que la piscine Mly Rachid à Rabat.

À un mois des J. O. de Singapour

Pour les jeunes athlètes, c’est une occasion de se confronter à leurs concurrents africains et de se préparer en perspective des Jeux olympiques de la jeunesse, qui se dérouleront à Singapour, du 14 au 26 août prochain. « Ces jeux vont permettre à nos jeunes sportifs africains de connaître la joie de participer à un grand événement sportif sur leur continent, comme les équipes africaines au cours de la Coupe du monde », ont rappelé le ministre des Sports et les dirigeants de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa), lors de la présentation des Jeux au Caire, en mars dernier.
À l’heure du sport mondialisé et de l’argent roi, Moncef Belkhayat, le ministre marocain de la Jeunesse et des Sports, ne cache pas son ambition de remettre au goût du jour le sens de l’effort, l’esprit de compétition, mais aussi les notions de solidarité et de civisme, qui sont au cœur de l’idéal olympique. « Ces athlètes doivent être des exemples pour toutes la jeunesse du continent. Il est normal qu’ils aient envie de devenir des petites stars et de vivre de leur passion pendant leur courte carrière, reconnaît le ministre, mais pour faire rêver les supporters, il faut aussi qu’ils soient accessibles et généreux. »

C’est l’Acnoa, dont le siège est à Abuja, au Nigeria, qui a fait le choix du Maroc comme pays hôte. Dirigé par le général ivoirien Lassana Palenfo, l’association a pour but d’organiser et de promouvoir la participation des africains aux Jeux olympiques et milite également, depuis des années, pour une plus grande convergence des stratégies sportives entre les différents pays du continent.

La culture n’est pas en reste

Mais les Jeux de la jeunesse africaine ne sont pas seulement un évènement sportif. Pour les organisateurs, ils sont aussi une occasion unique de faire se rencontrer des jeunes de tout le continent et de promouvoir la culture de ses différents pays.

À ce titre, le Maroc semble le lieu idéal. De plus en plus tourné vers le sud du continent, le royaume s’impose comme un trait d’union entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne. « Il suffit de voir le nombre de pièces de théâtre, de concert ou d’exposition consacrés à des artistes africains dans le royaume, pour mesurer l’intérêt grandissant que portent les Marocains, et en particulier les jeunes, à la culture africaine », ajoutent les organisateurs. Et si l’on n’attend pas un important déplacement de supporters africains au moment des Jeux, les nombreux subsahariens vivant dans le royaume, notamment les étudiants, sont appelés à venir peupler les gradins.

Tout au long de la compétition, des manifestations éducatives et culturelles, ouvertes au public, seront également organisées dans les villes d’accueil. Des ateliers de danse, de théâtre, d’arts plastiques et de chants, animés par les athlètes eux-mêmes, seront l’occasion de faire connaître les traditions du continent et d’insuffler une ambiance festive à la compétition. Les sportifs s’improviseront même artistes en herbe au cours d’un atelier où ils seront invités à produire des œuvres d’arts sur le thème de l’environnement. Un esprit bon enfant qui tranche avec les récentes images de la Coupe du monde de football et en particulier des pérégrinations de l’équipe de France. Alors que les éditorialistes du monde entier dénoncent avec vigueur le recul de certaines valeurs dans le monde du sport, les organisateurs des Jeux de la jeunesse africaine veulent faire de ces rencontres un évènement exemplaire.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bonnes en danger

Article précédent :
Zuma fier de son peuple

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle 'ligne de précaution' de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers