Extension Factory Builder
30/06/2010 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edem Kodjo a été Premier ministre du Togo et secrétaire général de l’OUA. Edem Kodjo a été Premier ministre du Togo et secrétaire général de l’OUA. © Camille Millerand pour J.A.

Quel regard le chef de la mission d’observation de l’Union africaine, Edem Kodjo, porte-t-il sur le processus électoral guinéen ? Il a répondu à jeuneafrique.com, avant l'annonce officielle des résultats provisoires de la présidentielle du 27 juin. Interview.

Edem Kodjo dirige la mission d’observation de l’Union africaine (UA) en Guinée. L’ex-Premier ministre du Togo et ancien secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) livre à jeuneafrique.com son sentiment sur le scrutin du 27 juin et donne ses recommandations pour que le processus électoral se poursuive dans le calme.

Jeune Afrique : Le général Sékouba Konaté, président de la transition, s'était engagé à organiser une élection présidentielle libre dans un délai de six mois. A-t-il, selon vous, tenu cette gageure ?

Edem Kodjo : Le défi d’organiser ces élections a non seulement été relevé, mais il l’a été avec succès. Ce que les Guinéens ont fait est remarquable. Cela prouve bien que l’Afrique est un continent qui se bat. Ce pays affiche des signes positifs. J’ai toujours cru à l’engagement du général Sékouba Konaté car c’est un homme sincère. Néanmoins, compte tenu du précédent historique de la Guinée, les sceptiques avaient raison de ne pas y croire.

De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer des fraudes et des irrégularités, tandis que la mission d’observation de l’UA conclut à un scrutin «  libre, transparent et démocratique »…

Les missions d’observation ne sont pas des missions d’enquête policière. Il y a sans doute des choses qui ont pu nous échapper. Par exemple, il y a eu quelques petits problèmes avec les urnes, les gens ne sachant pas toujours comment les sceller. Mais cela est dû à la méconnaissance, et non à un désir de frauder. Nous estimons que ce que nous avons vu est éminemment positif. Et si les candidats soupçonnent des fraudes, ils peuvent se rapprocher des organes qui gèrent ce genre de choses.

Le plus difficile est à venir : la publication des résultats, et leur acceptation… Comment envisagez-vous l’après-scrutin ?

Il est vrai que les ambitions sont assez aiguisées et que, parmi les candidats, il y en a plusieurs qui sont fermement convaincus de leur primauté et de leur influence dans le pays. Il suffirait de peu pour que nous ayons quelques difficultés. Mais le président, Sékouba Konaté, a mis tout le monde en garde lors de sa dernière rencontre avec l’ensemble des candidats (samedi 26 juin, NDLR). Chacun doit en tenir compte. Je ne crois pas qu’il y ait aujourd’hui des leaders guinéens qui souhaitent un retour en arrière. L’acceptation des résultats fait partie du comportement démocratique. On peut être lésé, mais il faut toujours donner la priorité à la paix et au dialogue, d’autant que la Guinée devra rassembler ses fils et ses filles.

Le vote du 27 juin s’est déroulé dans le calme. Mais durant toute la campagne, les militants des différents partis ont montré un enthousiasme exceptionnel. Les candidats malheureux ne pourraient-ils pas être dépassés par la réaction de leurs sympathisants ?

Un leader doit avoir de l’influence sur ses troupes et il lui appartient de les appeler au calme. Je ne crois pas beaucoup à la thèse du débordement. S’il n’y a pas de manipulation, il n’y aura pas de débordement. Si les leaders se succèdent à la télévision pour appeler le peuple guinéen au calme, à la modération et à la tempérance, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas un succès.

Ci-dessous, notre diaporama "La Guinée vote", par Youri Lenquette.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

L'État guinéen condamné pour "détention abusive" de deux officiers

Soupçonnés d'implication dans l'attaque de la résidence du président Condé en 2011, le général Nouhou Thiam et le colonel Sadou Diallo attendent depuis plus de 3 ans d'être[...]

Ebola et sida, même combat

Michel Sidibé est le directeur exécutif de l'Onusida.[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Yaya Touré, Patrick Vieira et Idris Elba s'engagent dans la lutte contre Ebola

Idris Elba, acteur britannique d'origine ghanéo-sierra-léonaise, et des stars de football dont l'Ivoirien Yaya Touré participent à une campagne lancée mercredi pour soutenir les efforts des[...]

Guinée : Alpha contre Ebola

Après avoir semblé minimiser l'ampleur de la crise, le président Condé fait désormais de la lutte contre le virus sa priorité. Assisté du Dr Sakoba Keïta, il est[...]

Liberia, Guinée, Sierra Leone : où en est la lutte contre Ebola ?

Si le taux hebdomadaire de transmission du virus Ebola reste élevé au Liberia, en Guinée et au Sierra Leone, l'OMS estime pouvoir "prendre le dessus" sur l'épidémie dans ces trois[...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers