Extension Factory Builder
20/06/2010 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président béninois Boni Yayi à Cotonou, le 18 juin 2008. Le président béninois Boni Yayi à Cotonou, le 18 juin 2008. © AFP

Le sixième gouvernement du président Yayi Boni se veut très politique. Objectif : assurer la victoire à l'élection présidentielle, l’année prochaine.

Ce nouveau gouvernement béninois, présenté le 18 juin, est avant tout tourné vers l’élection présidentielle de 2011. Sans majorité à l’Assemblée nationale et victime de dissensions internes, la mouvance présidentielle était dans l’obligation de resserrer les rangs autour des plus fidèles, tout en essayant une ouverture prudente vers ceux qui pourront, le moment venu, apporter des voix au chef de l’Etat, Yayi Boni.

Première cible, les « kérékistes », nostalgiques de l’ancien président Mathieu Kérékou muré dans un silence assourdissant depuis son départ du Palais de la Marina, en 2006. Tout porte à croire que « le caméléon » (son surnom au Bénin, NDLR) se refusera à exprimer clairement sa préférence. Mais, en attendant, il envoie des signaux.

Le 17 juin, il a reçu le président à son domicile après avoir accordé à son « fils », Modeste Kérékou, un bon de sortie. Ce dernier se retrouve ministre de la Jeunesse et des Sports à l’instar de Galiou Soglo – le fils de l’ancien président Nicéphore Soglo – qui l’a été de 2006 à 2008. Catapulter la progéniture de ses prédécesseurs dans ce ministère qui a l’immense avantage de toucher les jeunes électeurs devient une habitude pour Yayi Boni. C’est en tout cas bien joué, car le « parrainage », réel ou supposé, de Mathieu Kérékou vaut de l’or au Bénin. Le président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et candidat potentiel, Abdoulaye Bio-Tchané, est aussi sur ce registre de l’adoubement.

Affaires de corruption

Parmi les arrivées, il faut aussi souligner celles de Candide Azanaï – un transfuge de la Renaissance du Bénin (RB, opposition) – à l’Industrie et de Claudine Prudencio – qui se réclame du très populaire et ancien président Emile Derlin Zinsou – au Tourisme et à l’Artisanat.

Outre la sortie attendue de ceux qui ne donnaient pas satisfaction dans la gestion des affaires de l’Etat, un seul « poids lourd » est remercié. Après avoir été conseiller technique à la présidence, Secrétaire général du gouvernement puis Garde des sceaux et Porte-parole du gouvernement, Victor Topanou, avait été prévenu par le chef de l’Etat de son départ, le 14 juin. Raison invoquée : la lenteur de la justice dans les affaires de corruption.

Plus fondamentalement, Topanou incarnait l’aile modérée du pouvoir, prête à discuter avec l’opposition et soucieuse d’apaiser le climat politique. A l’approche du scrutin présidentiel, cette stratégie – qui n’a jamais été sérieusement envisagée par le chef de l’Etat – est définitivement abandonnée. Elu en 2006 sur le thème du changement et de la rupture avec la classe politique, Yayi Boni en revient aux fondamentaux : muscler le discours tout en voulant rassembler autour de sa personne. Pour battre le candidat de l'Union fait la nation (UN, opposition), Adrien Houngbédji, à la présidentielle de 2011.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Bénin : l'opposant Adrien Houngbedji, nouveau président de l'Assemblée nationale

Bénin : l'opposant Adrien Houngbedji, nouveau président de l'Assemblée nationale

Adrien Houngbedji, principal adversaire du chef de l'État Thomas Boni Yayi à la dernière présidentielle, a été élu mercredi président de l'Assemblée nationale du B&e[...]

Corruption au Bénin : quand Rosine Soglo sort l'artillerie lourde

L’investiture des députés de la septième législature s’est déroulée samedi au siège du Parlement béninois, à Porto-Novo, capitale officielle du pays.[...]

Rien n'arrête la locomotive Bolloré

Deux ans après avoir raflé le deuxième terminal à conteneurs du port d'Abidjan, le groupe français double la concurrence et décroche le futur chemin de fer reliant Lomé[...]

Bénin : le parti du président Boni Yayi en tête des législatives, mais pas majoritaire

Avec 33 sièges sur 83, les Forces cauris pour un Bénin Emergent (FCBE) ont remporté les élections législatives au Bénin, sans atteindre la majorité absolue. Les deux principaux[...]

Bénin : le parti du président Boni Yayi en tête des législatives

Au Bénin, le parti du président Thomas Boni Yayi a remporté les élections législatives, avec 32 sièges sur 83, mais n'a pas obtenu de majorité absolue, selon les premiers[...]

Les bureaux de vote ont ouvert pour les législatives au Bénin

Les bureaux de vote au Bénin ont ouvert dimanche pour les élections législatives considérées comme un "galop d'essai" en vue de la présidentielle de 2016. Près de 4,4[...]

Soglo, Yayi, Kérékou : les "fils de" briguent le suffrage universel au Bénin

Le 26 avril, les électeurs choisiront leurs députés. Parmi les candidats, les fils de trois hommes qui se sont retrouvés à la tête du pays. Une situation inédite qui[...]

Bénin : pourquoi les législatives du 26 avril sont cruciales

La campagne pour les élections législatives au Bénin bat son plein. Dimanche, près de 4,4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour choisir les 83 députés qui[...]

Dossier Bénin : l'enfant terrible

Politique, société, économie, religion... "Jeune Afrique" dresse un portrait du Bénin d'aujourd'hui.[...]

Bénin : églises charismatiques, la multiplication des petits saints

Berceau du vaudou et fief catholique, le pays est souvent cité en exemple en matière de syncrétisme. Mais les mouvements charismatiques aux pratiques douteuses prolifèrent, au point qu'on ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers