Extension Factory Builder
16/06/2010 à 08:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Gbagbo (d.) et le ministre de la Défense, Amani N'Guessan (g.), en novembre 2009 à Abidjan Laurent Gbagbo (d.) et le ministre de la Défense, Amani N'Guessan (g.), en novembre 2009 à Abidjan © AFP

Lors d'une cérémonie à Korhogo, les ex-rebelles des Forces nouvelles ont lancé officiellement leur opération de regroupement et de désarmement, en vue de la réunification du pays. Un début bien timide et symbolique qui ne convainc pas tout à fait les observateurs.

Faut-il y croire ? Est-ce une avancée symbolique remarquable ou, plus prosaïquement, un simple geste de communication politique sans grande portée pratique ? Mardi 15 juin, le scepticisme l'emportait chez beaucoup d'observateurs ivoiriens et internationaux, quand l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) du Premier ministre Guillaume Soro, qui contrôle le Nord ivoirien depuis son coup d'État manqué de 2002, a entamé officiellement le regroupement de ses hommes dans des casernes.

La première cérémonie de cette démobilisation a eu lieu à Korhogo (plus de 600 km au nord d'Abidjan). À l'entrée du camp militaire, des ex-combattants avaient déposé leurs armes à un râtelier - une petite dizaine de pistolets-mitrailleurs seulement. Les habitants avaient sorti en grand nombre des drapeaux aux couleurs nationales, mais avaient l'air de se réjouir pour tout autre chose. Dans tous les esprits, la perspective de voir le duel Côte d'Ivoire-Portugal au Mondial de football en Afrique du Sud, qui s'est soldé par un nul (0-0), semblait l'emporter sur les considérations politiques...

Objectif : encaserner 5 000 éléments des FN

La cérémonie pourrait néanmoins avoir marqué le premier pas décisif vers le « désarmement » et la réunification du pays, prévue dans les accords de paix signés fin 2008 (quatrième accord complémentaire de celui de Ouagadougou), mais qui était jusqu'à présent resté lettre morte. « Aujourd'hui marque le début de toutes les opérations nécessaires pour que le désarmement soit une réalité », en vue d'« une paix durable et (des) élections », a affirmé le ministre de la Défense Michel Amani N'Guessan, qui avait fait le déplacement à Korhogo.

Dans cette grande ville du Nord, environ 500 éléments sont censés rejoindre prochainement les casernes, l'objectif final étant d'y regrouper 1 200 hommes. Mais le chiffre global devrait être encore plus important. Les Forces armées des Forces nouvelles (FAFN) « vont encaserner à partir de ce jour un effectif de 5 000 éléments » qui devront intégrer à terme la nouvelle armée, a précisé le chef d'état-major des FAFN, le général Soumaïla Bakayoko, sans donner plus d'indication sur les délais du regroupement. Le camp du président Laurent Gbagbo exigeait jusqu'à présent que le « désarmement » des ex-rebelles soit, comme prévu, bouclé deux mois avant le scrutin présidentiel. Mais la date de ce dernier reste inconnue...

L'opération de « désarmement » doit s'accompagner également d'une réorganisation des FN, avec en particulier un redécoupage de la moitié Nord en quatre « groupements d'instruction » : Korhogo, Bouaké au centre, Séguéla et Man dans l'oOuest. Des zones qui remplacent celles, au nombre de dix, que dirigeaient les commandants FN, les fameux « com-zones ».

Le coût de la réunification

Agrandie à des régions limitrophes, la zone de Korhogo a été confiée à Martin Kouakou Fofié, l'un des plus célèbres « com-zones », connu pour ses efforts de « bâtisseur » - mais aussi pour les sanctions onusiennes dont il fait l'objet depuis 2006... Quant aux trois autres « groupements », c'est encore le flou...

Reste plusieurs incertitudes, notamment sur le coût de la réunification et de la démilitarisation du pays. Lors de la cérémonie de mardi, le général Bakayoko a insisté sur l'enjeu financier qui continue de planer sur la pérennité de l'opération. « La guerre coûte cher, mais la paix n'a pas de prix », a-t-il déclaré. « Les finances arriveront », a assuré, quant à lui, le ministre de la Justice Mamadou Koné, représentant de Guillaume Soro.

Dernière question : que faire des ex-combattants FN qui ne seront pas retenus pour l'armée ? Une prime de 500 000 FCFA (750 euros) avait été promise pour chaque démobilisé, mais les autorités ont fait savoir que les contraintes budgétaires ne permettraient pas pour l'instant de la verser.

Selon les chiffres officiels, sur les quelque 33 000 ex-combattants FN enregistrés, près de 12 000 ont été déjà démobilisés, dont 5 700 seulement ont été pris en charge par des structures de réinsertion. Par ailleurs, 4.000 éléments ex-rebelles sont censés rejoindre les brigades du Centre de commandement intégré (CCI), au côté du même nombre de loyalistes. Mais cet état-major mixte chargé de sécuriser les élections souffre aussi d'un manque criant de moyens

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Deux jours d'adieu à Oliver N'Goma

Article précédent :
Banjul sent la poudre

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne Première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers