Extension Factory Builder
05/05/2010 à 12:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Laurent Nkunda a peu de chance de retrouver prochainement la liberté. Laurent Nkunda a peu de chance de retrouver prochainement la liberté. © AFP PHOTO/Roberto SCHMIDT.

Le tribunal militaire de Kigali doit se prononcer, mardi 11 mai, sur la remise en liberté provisoire de Laurent Nkunda, détenu au Rwanda depuis plus d'une année. Mais, malgré les efforts de ses avocats, l'ex-chef rebelle n'a que peu de chances d'obtenir satisfaction.

L’ancien chef rebelle du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), Laurent Nkunda, sera-t-il bientôt libre ? « Le tribunal militaire a convoqué une audience le 11 mai », pour examiner sa demande de remise en liberté, a indiqué l’un de ses avocats Me Aimé Bokanga, du barreau de Kigali. Mais la procédure n'a presque aucune chance de trouver une issue positive pour Nkunda, car elle impliquerait que le général James Kabarebe, ancien chef d'état-major des armées rwandaises, nommé ministre de la Défense le mois dernier, soit jugé.

Pour l'avocat de Nkunda, en effet,  Kabarebe est responsable de « l'arrestation et de la mise en détention illégales » de son client. Une fin de non-recevoir avait déjà été réservée à deux requêtes de remise en liberté provisoire déposées en septembre et en octobre 2009 devant l’auditorat militaire et la Haute Cour militaire du Rwanda. Puis, après une nouvelle demande déposée fin novembre 2009, la Cour suprême du Rwanda avait fini par arguer, le 26 mars dernier, du statut militaire de M. Kabarebe pour se déclarer incompétente et avait renvoyé l'affaire devant la justice militaire. Qui ne devrait pas être pressée de se prononcer, tant la mise hors d'état de nuire de Nkunda relève d'abord d'une décision politique.

Retournement d’alliance

Laurent Nkunda avait mis en déroute l'armée congolaise dans le Nord-Kivu (est de la RDC) en octobre 2008 et menacé de faire tomber Goma. Mais à la suite d'un retournement d'alliance, les armées congolaise et rwandaise avaient lancé, le 20 janvier 2009, une opération conjointe sans précédent contre les rebelles hutus rwandais dans l'est de la RDC. Celle-ci avait débouché dans un premier temps sur l'arrestation de Nkunda, en janvier 2009, à Gisenyi, ville rwandaise frontalière avec Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Il y fut gardé au secret avant d’être transféré en mai de la même année à Kabuga, petite ville tranquille de la banlieue est de Kigali, où il est depuis en résidence surveillée. Dans l'attente d'une libération bien hypothétique...


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces