Extension Factory Builder
20/04/2010 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mithly revendique être le seul magazine gay du monde arabe musulman. Mithly revendique être le seul magazine gay du monde arabe musulman. © MITHLY.NET

Le groupe marocain Kifkif a lancé début avril Mithly, le « seul magazine gay du monde arabe musulman ». Les militants espèrent ainsi améliorer l’image des homosexuels dans la société.

« Jusqu'à aujourd'hui, tout ce qu'on pouvait lire sur nous dans les journaux marocains était profondément injurieux. On nous présentait comme des pervers, des dangers pour la société. Avec Mithly (« homosexuel », en arabe), on a voulu donner notre version des choses. En bref, procurer un porte-parole aux homosexuels », précise Mourad*, rédacteur en chef du mensuel.

Derrière le « seul magazine gay du monde arabe musulman » se trouve le groupe Kifkif, qui défend depuis 2004 les droits des gays et lesbiennes. En dépit des risques : selon l’article 489 du code pénal, « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe » sont passibles de trois ans d'emprisonnement.

Soutien international

La loi s’applique en cas de flagrant délit, mais les arrestations se déroulent souvent en pleine rue ou dans les lieux de rencontre homosexuels, souligne Khadija Ryadi, présidente de l’Association marocaine des droits de l’homme. « Elles sont surtout fréquentes dans les zones où les islamistes ont beaucoup de pouvoir, comme à Meknès », ajoute Samir Bargachi, coordinateur général de Kifkif, basé en Espagne.

Dans ce contexte, comment le premier numéro de Mithly a-t-il pu paraître, début avril ? « Beaucoup de journalistes locaux nous soutiennent, et c’est avec leur aide que nous avons pu imprimer », révèle Samir Bargachi. Avec l’aide, aussi, des bailleurs de fonds : l’Union européenne, à hauteur de 5 000 euros, et surtout les membres de Kifkif (plus de 10 000 euros).

Tentative d’« homosexualiser » le Maroc

Cinq journalistes, qui préfèrent garder l’anonymat, rédigent tout le magazine en arabe. Cependant, « nous envisageons de faire une version française et, dans le prochain numéro, il y aura des articles en français », souligne Samir Bargachi.

Le dossier du numéro en cours est réservé aux artistes homosexuels attendus au festival Mawazine, du 21 au 29 mai, à Rabat. Parmi eux, l’Anglais Sir Elton John, dont la présence est perçue dans la presse conservatrice comme une tentative occidentale d’« homosexualiser » le Maroc.

Également au sommaire, « des témoignages, des conseils de prévention sanitaire et des analyses sur la haine des islamistes envers les gays », indique Mourad, en pleine préparation du dossier de mai sur le suicide.

Pour des raisons de sécurité, le tirage se limite à 200 exemplaires, distribués « en cachette », principalement à Rabat et Casablanca. Pour palier la faible diffusion, les articles sont toutefois accessibles sur la version Internet.

*Le prénom a été changé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex