Extension Factory Builder
20/04/2010 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mithly revendique être le seul magazine gay du monde arabe musulman. Mithly revendique être le seul magazine gay du monde arabe musulman. © MITHLY.NET

Le groupe marocain Kifkif a lancé début avril Mithly, le « seul magazine gay du monde arabe musulman ». Les militants espèrent ainsi améliorer l’image des homosexuels dans la société.

« Jusqu'à aujourd'hui, tout ce qu'on pouvait lire sur nous dans les journaux marocains était profondément injurieux. On nous présentait comme des pervers, des dangers pour la société. Avec Mithly (« homosexuel », en arabe), on a voulu donner notre version des choses. En bref, procurer un porte-parole aux homosexuels », précise Mourad*, rédacteur en chef du mensuel.

Derrière le « seul magazine gay du monde arabe musulman » se trouve le groupe Kifkif, qui défend depuis 2004 les droits des gays et lesbiennes. En dépit des risques : selon l’article 489 du code pénal, « les actes licencieux ou contre nature avec un individu du même sexe » sont passibles de trois ans d'emprisonnement.

Soutien international

La loi s’applique en cas de flagrant délit, mais les arrestations se déroulent souvent en pleine rue ou dans les lieux de rencontre homosexuels, souligne Khadija Ryadi, présidente de l’Association marocaine des droits de l’homme. « Elles sont surtout fréquentes dans les zones où les islamistes ont beaucoup de pouvoir, comme à Meknès », ajoute Samir Bargachi, coordinateur général de Kifkif, basé en Espagne.

Dans ce contexte, comment le premier numéro de Mithly a-t-il pu paraître, début avril ? « Beaucoup de journalistes locaux nous soutiennent, et c’est avec leur aide que nous avons pu imprimer », révèle Samir Bargachi. Avec l’aide, aussi, des bailleurs de fonds : l’Union européenne, à hauteur de 5 000 euros, et surtout les membres de Kifkif (plus de 10 000 euros).

Tentative d’« homosexualiser » le Maroc

Cinq journalistes, qui préfèrent garder l’anonymat, rédigent tout le magazine en arabe. Cependant, « nous envisageons de faire une version française et, dans le prochain numéro, il y aura des articles en français », souligne Samir Bargachi.

Le dossier du numéro en cours est réservé aux artistes homosexuels attendus au festival Mawazine, du 21 au 29 mai, à Rabat. Parmi eux, l’Anglais Sir Elton John, dont la présence est perçue dans la presse conservatrice comme une tentative occidentale d’« homosexualiser » le Maroc.

Également au sommaire, « des témoignages, des conseils de prévention sanitaire et des analyses sur la haine des islamistes envers les gays », indique Mourad, en pleine préparation du dossier de mai sur le suicide.

Pour des raisons de sécurité, le tirage se limite à 200 exemplaires, distribués « en cachette », principalement à Rabat et Casablanca. Pour palier la faible diffusion, les articles sont toutefois accessibles sur la version Internet.

*Le prénom a été changé

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus me[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex