Extension Factory Builder
16/04/2010 à 16:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brice Hortefeux et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. Brice Hortefeux et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. © AFP

« Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes.» Suite à ces propos tenus en août 2009, le ministre de l’Intérieur était cité à comparaître vendredi 16 avril devant le tribunal correctionnel de Paris pour « injures raciales ».

Actualisé le 19 avril 2010 à 12h20

Le procès pour injures raciales intenté contre le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a débuté ce vendredi 16 avril devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Le Mrap réclame 20 000 euros de dommages et intérêts au ministre pour des propos controversés qu’il avait tenus lors de l'université d'été de l'UMP, en août 2009. La scène avait été filmée et la vidéo avait connu un franc succès sur internet.

Tout commençait, on s’en souvient, par de simples taquineries de Jean-François Copé, patron des députés de l’Union pour un mouvement populaire (UMP, parti présidentiel). Celui-ci faisait remarquer que le jeune militant d'origine maghrébine, Amine Brouch-Benalia, avec qui lui et le ministre posaient pour une photo était Auvergnat - comme Hortefeux. Dans une atmosphère visiblement très enjouée, des personnes non visibles sur les images plaisantaient gentiment en parlant d’Amine Brouch-Benalia : « C'est l'intégration », disaient-ils, « lui, il parle arabe », ou encore : « Il mange du cochon, il boit de la bière ». Et Brice Hortefeux de commencer à déraper. « Il ne correspond pas du tout au prototype alors », entend-on sur l’enregistrement.

« Quand il y en a un, ça va… »

Une femme se met alors à crier : « C'est notre petit Arabe. » Et le ministre, qui n’a apparemment pas vu la caméra, lâche : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. »

Le Parti socialiste et plusieurs associations antiracistes avaient dénoncé les propos « racistes » du ministre, défendu par l’ensemble du gouvernement, dont la secrétaire d’État à la Ville, Fadela Amara. Puis le Mrap avait porté plainte. Brice Hortefeux, cité à comparaître aujourd’hui, n’était pas à l'audience. Il s'est fait représenter par son avocat, Me Jean-Yves Dupeux. Qui nie évidemment le caractère raciste des propos de son client. Le jugement a été mis en délibéré jusqu'au 4 juin.

« Pas de raison de s’excuser »

« La première phrase, sur le "prototype", n'est pas injurieuse - d'autant qu'on ne sait pas de quel "prototype" il s'agit », a-t-il déclaré à l’express.fr. Quant à la deuxième, ajoute Me Dupeux, elle ne « relève pas davantage de l'invective, outre le fait qu'il y a ambiguïté sur ce qui est visé. C'est une réflexion générale qui peut être applicable à n'importe qui : aux enfants, aux supporters du PSG. Un, ça va, plusieurs, c'est le bazar ! Et puis, qui n'a jamais plaisanté amicalement avec des copains arabes ou noirs ? »

Brice Hortefeux ne s’est, lui, exprimé publiquement qu’une seule fois sur ce sujet, lors du dîner de rupture du jeûne organisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM), le 14 septembre 2009. « Je suis ému de penser que, du fait du tohu-bohu médiatique et d'une interprétation totalement inexacte, des personnes (...) ont pu être blessées dans leur être ou leurs convictions. Je veux donc dire, vous dire, mes regrets. » Ce sur quoi son avocat conclut : « Il n'a pas de raison de s'excuser pour des propos mal interprétés. »

"Un petit délinquant qui ne reconnaît pas sa faute"

L'émotion n'est pas retombée parmi les Français d'origine immigrée, a déclaré devant le tribunal Mouloud Aounit, président du Mrap. "Ces propos renvoient à cette population l'idée qu'ils ne sont pas des Français comme les autres, des Français à part entière (...) C'est d'une violence inouïe, j'ai vu sur le terrain combien ces propos ont pu être blessants", a-t-il expliqué aux juges.

A l'appui de son argumentaire, la Mrap a fait citer deux sociologues qui ont appelé à ne pas prendre à la légère les déclarations du ministre. "L'humour raciste n'est pas anodin mais extrêmement violent et usant", a souligné Véronique de Rudder, chercheuse au CNRS. Pour Me Pierre Mairat, avocat de l'association de lutte contre le racisme, les "propos outrageants, humiliants" de Brice Hortefeux ont été "aggravés par les dénégations dans lesquelles il s'est enferré". "Cette position de dénégation est celle d'un petit délinquant qui ne reconnaît pas sa faute", a-t-il ironisé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces