Extension Factory Builder
16/04/2010 à 16:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brice Hortefeux et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. Brice Hortefeux et le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur. © AFP

« Quand il y en a un, ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes.» Suite à ces propos tenus en août 2009, le ministre de l’Intérieur était cité à comparaître vendredi 16 avril devant le tribunal correctionnel de Paris pour « injures raciales ».

Actualisé le 19 avril 2010 à 12h20

Le procès pour injures raciales intenté contre le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a débuté ce vendredi 16 avril devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Le Mrap réclame 20 000 euros de dommages et intérêts au ministre pour des propos controversés qu’il avait tenus lors de l'université d'été de l'UMP, en août 2009. La scène avait été filmée et la vidéo avait connu un franc succès sur internet.

Tout commençait, on s’en souvient, par de simples taquineries de Jean-François Copé, patron des députés de l’Union pour un mouvement populaire (UMP, parti présidentiel). Celui-ci faisait remarquer que le jeune militant d'origine maghrébine, Amine Brouch-Benalia, avec qui lui et le ministre posaient pour une photo était Auvergnat - comme Hortefeux. Dans une atmosphère visiblement très enjouée, des personnes non visibles sur les images plaisantaient gentiment en parlant d’Amine Brouch-Benalia : « C'est l'intégration », disaient-ils, « lui, il parle arabe », ou encore : « Il mange du cochon, il boit de la bière ». Et Brice Hortefeux de commencer à déraper. « Il ne correspond pas du tout au prototype alors », entend-on sur l’enregistrement.

« Quand il y en a un, ça va… »

Une femme se met alors à crier : « C'est notre petit Arabe. » Et le ministre, qui n’a apparemment pas vu la caméra, lâche : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. »

Le Parti socialiste et plusieurs associations antiracistes avaient dénoncé les propos « racistes » du ministre, défendu par l’ensemble du gouvernement, dont la secrétaire d’État à la Ville, Fadela Amara. Puis le Mrap avait porté plainte. Brice Hortefeux, cité à comparaître aujourd’hui, n’était pas à l'audience. Il s'est fait représenter par son avocat, Me Jean-Yves Dupeux. Qui nie évidemment le caractère raciste des propos de son client. Le jugement a été mis en délibéré jusqu'au 4 juin.

« Pas de raison de s’excuser »

« La première phrase, sur le "prototype", n'est pas injurieuse - d'autant qu'on ne sait pas de quel "prototype" il s'agit », a-t-il déclaré à l’express.fr. Quant à la deuxième, ajoute Me Dupeux, elle ne « relève pas davantage de l'invective, outre le fait qu'il y a ambiguïté sur ce qui est visé. C'est une réflexion générale qui peut être applicable à n'importe qui : aux enfants, aux supporters du PSG. Un, ça va, plusieurs, c'est le bazar ! Et puis, qui n'a jamais plaisanté amicalement avec des copains arabes ou noirs ? »

Brice Hortefeux ne s’est, lui, exprimé publiquement qu’une seule fois sur ce sujet, lors du dîner de rupture du jeûne organisé par le Conseil français du culte musulman (CFCM), le 14 septembre 2009. « Je suis ému de penser que, du fait du tohu-bohu médiatique et d'une interprétation totalement inexacte, des personnes (...) ont pu être blessées dans leur être ou leurs convictions. Je veux donc dire, vous dire, mes regrets. » Ce sur quoi son avocat conclut : « Il n'a pas de raison de s'excuser pour des propos mal interprétés. »

"Un petit délinquant qui ne reconnaît pas sa faute"

L'émotion n'est pas retombée parmi les Français d'origine immigrée, a déclaré devant le tribunal Mouloud Aounit, président du Mrap. "Ces propos renvoient à cette population l'idée qu'ils ne sont pas des Français comme les autres, des Français à part entière (...) C'est d'une violence inouïe, j'ai vu sur le terrain combien ces propos ont pu être blessants", a-t-il expliqué aux juges.

A l'appui de son argumentaire, la Mrap a fait citer deux sociologues qui ont appelé à ne pas prendre à la légère les déclarations du ministre. "L'humour raciste n'est pas anodin mais extrêmement violent et usant", a souligné Véronique de Rudder, chercheuse au CNRS. Pour Me Pierre Mairat, avocat de l'association de lutte contre le racisme, les "propos outrageants, humiliants" de Brice Hortefeux ont été "aggravés par les dénégations dans lesquelles il s'est enferré". "Cette position de dénégation est celle d'un petit délinquant qui ne reconnaît pas sa faute", a-t-il ironisé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines[...]

Francophonie : Annick Girardin n'a rien contre Michaëlle Jean

Dans une mise au point qu'elle a fait parvenir à Jeune Afrique, la secrétaire d'État française au Développement et à la Francophonie, Annick Girardin, s'élève contre[...]

Ebola : le codécouvreur du virus, Peter Piot, redoute une propagation en Chine

Le codécouvreur du virus Ebola, Peter Piot, a fait part jeudi de son inquiétude quant aux risques de propagation du virus en Chine, qui a une très importante communauté en Afrique de l'Ouest.[...]

Justice française : le Franco-Togolais Kofi Yamgnane mis en examen pour trafic d'influence

Le candidat proclamé à la présidentielle togolaise Kofi Yamgnane a été mis en examen mercredi dans la soirée pour "trafic d'influence".[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

RDC 

Boxe : 30 octobre 1974 à Kinshasa, le jour où Muhammad Ali entra dans la légende

Ce fut, à n'en pas douter, la rencontre du siècle : il y a quarante ans, le 30 octobre 1974, l'ancien champion du monde des poids lourds, Muhammad Ali, défiait le tenant du titre, George Foreman,[...]

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane placé en garde à vue dans l'affaire Rocancourt

Le Franco-Togolais Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue, dans l'affaire Rocancourt, mercredi 29 octobre, selon l'AFP.[...]

"Black Panther" : Chadwick Boseman, premier super-héros noir en solo au cinéma chez Marvel

Marvel a enfin dévoilé mardi soir les neufs productions de la "phase 3" de son univers cinématographique pour les cinq prochaines années. Une nouveauté : l'Africain-Américain[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers