Extension Factory Builder
16/04/2010 à 15:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président par intérim Goodluck Jonathan, le 16 février 2010 à Abuja. Le président par intérim Goodluck Jonathan, le 16 février 2010 à Abuja. © Pius Utomi Ekpei/AFP

Le climat politique nigérian, gravement dégradé depuis l’hospitalisation du président Yar’Adua, fin 2009, semble se stabiliser. Goodluck Jonathan assoit sa légitimité, et la perspective d’un coup d’État militaire s’éloigne.

« J’écarterai désormais la menace d'un coup d'État. (...) Le pays est à peu près stable maintenant. » L’avis de Bayo Okunade, professeur de sciences politiques à l’université d'Ibadan (Sud-Ouest), est à l’image de celui de la plupart des observateurs nigérians. Selon eux, le pays, plongé dans une profonde instabilité après le départ à l’étranger du chef de l’État pour raisons de santé, en novembre 2009, se dirige vers un certain apaisement. « On ne peut pas comparer la situation politique actuelle à celle d’il y a trois mois, souligne Bayo Okunade. Ce fut un épisode très sombre. »

À cette époque, le 23 novembre 2009, Umaru Yar’Adua avait été hospitalisé d’urgence en Arabie Saoudite. Devant son absence prolongée - Yar’Adua est rentré au Nigeria le 24 février, sans pour autant réapparaître en public -, le Parlement avait nommé, début février 2010, un président par intérim en la personne de Goodluck Jonathan, le vice-président. Depuis son arrivée au pouvoir, celui-ci a eu du mal à trouver sa place.

Mais, malgré la résistance de proches de Yar’Adua, Jonathan est désormais bien aux commandes. Après s’être doté de nouveaux conseillers et d’un nouveau gouvernement, début avril, il a été l’hôte, cette semaine, du président Barack Obama à Washington lors du sommet sur le nucléaire, pour son premier séjour à l'étranger comme président intérimaire.

« Les militaires ne tenteront rien maintenant »

Plusieurs analystes estiment que le Nigeria, dirigé par des juntes successives jusqu'en 1999, a failli connaître un nouveau coup d'État militaire. Selon Marc-Antoine Pérouse de Montclos, spécialiste du Nigeria à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), la probabilité d'un coup d'État avait « pas mal augmenté ces temps-ci ». Ces dernières semaines, le risque a « diminué » mais « cela n’est pas exclu » pour autant, estime-t-il.

Un avis que réfute le général de division à la retraite Ishola Williams : « L’armée est l'une des institutions les mieux équilibrées ethniquement. Chaque groupe ethnique y est représenté. Alors, pour qu’il y ait consensus afin de mener un coup d’État, il faudrait que la situation soit réellement mauvaise. Cela n’est pas le cas. Les militaires ne tenteront rien maintenant », assure celui qui est également ex-président de Transparency International Nigeria.

Le prochain défi pour le géant africain, grande puissance pétrolière, semble donc désormais la marche vers le scrutin présidentiel de 2011, avec son lot d’intrigues politiques et ses multiples enjeux. « Le test aura lieu à l’approche des élections », estime M. Williams. Pour lui, Goodluck Jonathan devra prouver sa capacité à mettre en œuvre les réformes électorales tant attendues pour un scrutin présidentiel libre et à lutter contre la corruption, un fléau de taille. Sa faculté à consolider une fragile accalmie dans le Sud pétrolifère sera aussi décisive. Les violences reprennent dans cette zone-clé, alors que le Nigeria a aussi été secoué récemment par des violences ethnico-religieuses meurtrières dans la région de Jos (centre). (avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Nigeria

Nigeria : un double attentat fait plus de 45 morts dans un marché de Maiduguri

Nigeria : un double attentat fait plus de 45 morts dans un marché de Maiduguri

Selon des témoins, un double attentat à la bombe a frappé, mardi, un marché populaire de Maiduguri, capitale de l'État de Borno, dans le nord-est du Nigeria. Le premier bilan fait état de [...]

Nigeria : Damasak, à la frontière du Niger, entre les mains de Boko Haram

Des sources concordantes ont indiqué mardi que le groupe armé Boko Haram s'est emparé la veille de Damasak, une ville du nord-est du Nigeria, provoquant la fuite de centaines d'habitants.[...]

Nigeria : l'armée fuit "lâchement" Boko Haram, selon le Sultan de Sokoto

Dans un communiqué publié lundi par l'organisation des musulmans du Nigeria (JNI), Muhammad Sa'ad Abubakar, le Sultan de Sokoto, a accusé l'armée d'abandonner armes et munitions à chaque approche[...]

Photographie : l'Afrique sans fard

Affranchi des stéréotypes, le continent se raconte au festival de Lagos. Un rendez-vous international où se croisent les regards d'artistes nigérians et étrangers.[...]

Nigeria : 48 vendeurs de poissons massacrés par Boko Haram au bord du lac Tchad

Les islamistes armés de Boko Haram ont tué 48 vendeurs de poissons dans le nord-est du Nigeria, au bord du lac Tchad.[...]

Nigeria : le premier parti d'opposition accuse le pouvoir d'avoir fait saccager ses bureaux à Lagos

Le principal parti d'opposition du Nigeria a accusé dimanche le pouvoir d'avoir fait saccager ses bureaux à Lagos par des agents de sécurité, à quelques mois d'une présidentielle à[...]

Nigeria : Boko Haram tue 48 vendeurs de poissons

Les islamistes nigérians du groupe armé Boko Haram ont tué 48 vendeurs de poissons dans le nord-est du pays, au bord du lac Tchad, a annoncé dimanche le responsable de leur association.[...]

Élections au Nigeria : ICG tire la sonnette d'alarme au sujet des violences politiques

À l'approche des élections générales de février 2015, l'ambiance est délétère au Nigeria. Publié vendredi, un rapport de International Crisis Group s'inquiète[...]

Nigeria : Goodluck Jonathan sur les chapeaux de roue

Le président nigérian briguera un second mandat en février 2015. Les affaires de corruption qui entachent son bilan et son impuissance face aux islamistes de Boko Haram le feront-elles chavirer ?[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers