Extension Factory Builder
31/03/2010 à 19:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La junte est confrontée au règlement du problème touarègue et à la hausse de la criminalité. La junte est confrontée au règlement du problème touarègue et à la hausse de la criminalité. © AFP

L’un des leaders historiques de la rébellion touarègue a été écroué à Niamey alors qu’une vaste opération coup de poing contre la criminalité a abouti à l’interpellation de plus de 600 personnes.

A Niamey, la junte remet de l’ordre à sa façon… C’est à dire sans prendre de gants. Outre la récente vague d’interpellations de proches de l'ex-président Mamadou Tandja renversé par la junte du Conseil suprême de restauration de la démocratie (CSRD), le 18 février, c’est au tour de Rhissa Ag Boula, figure historique de la rébellion touareg au Niger d’être placé en détention. Celui-ci a été écroué mercredi 31 mars en compagnie du commandant Kindo Zada, un officier nigérien qui avait déserté l'armée pour rejoindre la rébellion touareg en 2007.

Les principaux chefs des trois mouvements armés touarègues - Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), Front patriotique nigérien (FPN) et Front des forces de redressement (FFR), de Rhissa Ag Boula -, étaient arrivés dans la capitale nigérienne la semaine dernière pour rencontrer les membres de la junte. Ils avaient déposé les armes en octobre 2009, après une médiation du « Guide » libyen, Mouammar Kaddafi, qui les avait appelés en mars 2009 à cesser les hostilités et à intégrer un processus de paix. Niamey avait alors amnistié tous les rebelles touareg, à l'exception de Rhissa Ag Boula, condamné à mort par contumace en 2008 pour l'assassinat présumé d'Adam Amangué, un homme politique, dans le Nord du pays, en 2004.

Ancien ministre de l'Artisanat et du Tourisme, Ag Boula avait été limogé en février 2004 puis incarcéré pour "complicité" dans le meurtre d’Amangué. Sa liberté provisoire avait été négociée en mars 2005 sous l'égide de la Libye, en échange de la libération de quatre otages -trois gendarmes et un soldat- capturés par d'anciens rebelles qui avaient mené plusieurs attaques pour obtenir sa libération. Il avait alors fui le Niger après avoir bénéficié d'une liberté conditionnelle. Depuis son exil, il avait créé le FFR, un mouvement dissident du MNJ. Il avait aussi été suspecté d'avoir enlevé les diplomates canadiens de l'ONU Robert Fowler et Louis Guay, ce qu'il avait formellement démenti.

Coup de filet anti-criminalité

Parallèlement aux règlements de compte des militaires de la junte avec les rebelles touarègues, les autorités nigériennes ont également mené, mercredi 31 mars, une action anti-criminalité de grande envergure. Plus de 600 personnes, dont 44 femmes, ont été interpellées lors d'une opération "coup de poing" de la police dans des quartiers de Niamey. Un responsable de la police a affirmé que près de 600 membres des Forces de défense et de sécurité avaient été mobilisés pour l’occasion.

Cette nouvelle vague d’arrestation n’a cependant "aucun lien" avec le domaine politique, explique-t-on de source policière. Elle ne viserait qu’à « éradiquer le banditisme et les vols en forte recrudescence" à Niamey.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, Jeune Afrique s'attèle à donner des réponses dans son édition n°[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Niger : plainte de la famille de l'ex-président assassiné Maïnassara

La famille du président nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, assassiné il y a quinze ans à Niamey, a annoncé avoir déposé une plainte devant une Cour ouest-africaine pour[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

Niger - États-Unis : une coopération militaire soutenue

Cette semaine Laurent Touchard* revient sur plusieurs décennies de coopération entre le Niger et les États-Unis.[...]

Les négociations entre Areva et Niamey "proches de la conclusion"

D'après Luc Oursel, patron d'Areva, les négociations sur le renouvellement des contrats d'exploitation des deux mines d'uranium du groupe au Niger sont "proches de la conclusion".[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Lune de miel franco-américaine au Sahel

Depuis les récentes interventions militaires françaises au Sahel, les relations entre la France et les États-Unis se sont considérablement réchauffées.[...]

Niger : quelle coopération sécuritaire avec l'Europe ?

Quatrième partie du grand dossier sur les Forces de défense et de sécurité du Niger (FDS), ce billet fait suite à celui consacré à la coopération sécuritaire entre[...]

Libye : les autorités nigériennes ont extradé Saadi Kaddafi vers Tripoli

Les autorités nigériennes ont remis Saadi Kaddafi au gouvernement libyen. Le fils de l'ancien "Guide" Mouammar Kaddafi vivait depuis fin 2011 dans une villa de Niamey.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces