Extension Factory Builder
31/03/2010 à 19:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La junte est confrontée au règlement du problème touarègue et à la hausse de la criminalité. La junte est confrontée au règlement du problème touarègue et à la hausse de la criminalité. © AFP

L’un des leaders historiques de la rébellion touarègue a été écroué à Niamey alors qu’une vaste opération coup de poing contre la criminalité a abouti à l’interpellation de plus de 600 personnes.

A Niamey, la junte remet de l’ordre à sa façon… C’est à dire sans prendre de gants. Outre la récente vague d’interpellations de proches de l'ex-président Mamadou Tandja renversé par la junte du Conseil suprême de restauration de la démocratie (CSRD), le 18 février, c’est au tour de Rhissa Ag Boula, figure historique de la rébellion touareg au Niger d’être placé en détention. Celui-ci a été écroué mercredi 31 mars en compagnie du commandant Kindo Zada, un officier nigérien qui avait déserté l'armée pour rejoindre la rébellion touareg en 2007.

Les principaux chefs des trois mouvements armés touarègues - Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), Front patriotique nigérien (FPN) et Front des forces de redressement (FFR), de Rhissa Ag Boula -, étaient arrivés dans la capitale nigérienne la semaine dernière pour rencontrer les membres de la junte. Ils avaient déposé les armes en octobre 2009, après une médiation du « Guide » libyen, Mouammar Kadhafi, qui les avait appelés en mars 2009 à cesser les hostilités et à intégrer un processus de paix. Niamey avait alors amnistié tous les rebelles touareg, à l'exception de Rhissa Ag Boula, condamné à mort par contumace en 2008 pour l'assassinat présumé d'Adam Amangué, un homme politique, dans le Nord du pays, en 2004.

Ancien ministre de l'Artisanat et du Tourisme, Ag Boula avait été limogé en février 2004 puis incarcéré pour "complicité" dans le meurtre d’Amangué. Sa liberté provisoire avait été négociée en mars 2005 sous l'égide de la Libye, en échange de la libération de quatre otages -trois gendarmes et un soldat- capturés par d'anciens rebelles qui avaient mené plusieurs attaques pour obtenir sa libération. Il avait alors fui le Niger après avoir bénéficié d'une liberté conditionnelle. Depuis son exil, il avait créé le FFR, un mouvement dissident du MNJ. Il avait aussi été suspecté d'avoir enlevé les diplomates canadiens de l'ONU Robert Fowler et Louis Guay, ce qu'il avait formellement démenti.

Coup de filet anti-criminalité

Parallèlement aux règlements de compte des militaires de la junte avec les rebelles touarègues, les autorités nigériennes ont également mené, mercredi 31 mars, une action anti-criminalité de grande envergure. Plus de 600 personnes, dont 44 femmes, ont été interpellées lors d'une opération "coup de poing" de la police dans des quartiers de Niamey. Un responsable de la police a affirmé que près de 600 membres des Forces de défense et de sécurité avaient été mobilisés pour l’occasion.

Cette nouvelle vague d’arrestation n’a cependant "aucun lien" avec le domaine politique, explique-t-on de source policière. Elle ne viserait qu’à « éradiquer le banditisme et les vols en forte recrudescence" à Niamey.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Niger : les dirigeants d'ONG interpellés avant la venue de Hollande ont été libérés

Les dix dirigeants d'un collectif d'ONG interpellés vendredi matin à Niamey avant l'arrivée au Niger du président français François Hollande, qui a depuis lors quitté le pays, ont[...]

Niger : des figures de la société civile arrêtées en marge de la visite de François Hollande

Des manifestants et des figures de la société civiles, dont Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, ont été arrêtés à l'occasion de la visite de François Hollande au Niger,[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

France - Niger : petits cadeaux entre amis

Dans le cadre de sa minitournée africaine, François Hollande se rend au Niger vendredi. Et il ne vient pas les mains vides.[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Niger : Mamadou Tandja, un ancien président un peu trop bavard ?

Sans doute Mamadou Tandja aurait-il mieux fait de se taire. Le 28 juin, la justice a levé son immunité pour l'entendre sur les accusations de vol qu'il a portées contre ses successeurs.[...]

Du Sénégal à la Tunisie, ramadan et grande bouffe !

De l'assiette à la télévision, impossible d'échapper au ramadan, qui impose son rythme à l'ensemble de la communauté musulmane. Paradoxalement, au Sénégal, la[...]

France : une mini tournée africaine pour François Hollande en juillet

Le mois de juillet sera africain pour le président français, François Hollande. Attendu en Côte d'Ivoire, il pourrait faire un saut au Niger avant de partir pour les Comores et Mayotte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers