Extension Factory Builder
26/03/2010 à 18:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mouatassim Belghazi, le PDG de l'ONA. Mouatassim Belghazi, le PDG de l'ONA. © Alexandre Dupeyron pour J.A.

Lors d’une réunion le 25 mars 2010, les conseils d’administration de la SNI et de l'ONA ont décidé la fusion de ces deux entités phares de la finance et de l’industrie marocaine. Objectif: stimuler la place financière de Casablanca.

L’annonce du de la fusion du holding Omnium nord-africain (ONA) et de son bras financier la Société nationale d’investissement (SNI) a provoqué une véritable ébullition au sein de la bourse casablancaise le vendredi 26 mars. La création de la nouvelle entité passe par le retrait des cotes du bloc ONA-SNI (formé des valeurs ONA, SNI, Cosumar, Lesieur, Centrale Laitière, Attijariwafa Bank, Wafa Assurance, Lafarge Ciments, Sonasid, Managem, et SMI). Les deux titres cotaient respectivement à 1 832 et 1 325 à la clôture du marché boursier, jeudi 25 mars. Deux offres publiques de retrait seront déposées au prix respectifs de 1900 dirhams et de 1650 dirhams par action.

Objectif de la manœuvre : « dépasser la vocation de groupe multi-métiers au profit de celle de holding d’investissement exerçant un seul métier : celui d’actionnaire professionnel », indique un communiqué de l’ONA. L'ambition de ce géant marocain au chiffre d'affaire consolidé 2008 de 36 635 millions de dirhams (soit environ 3,28 milliards d'euros) est désormais de devenir un « catalyseur de création de valeur dans des entreprises leader et un incubateur de projets structurants ». En clair, les domaines de prédilection du groupe dirigé par Mouatassim Belghazi ne changent pas. Outre les opérations financières, il s’agit toujours des activités dites stratégiques : les mines, l’agroalimentaire, la distribution et les relais de croissance comme les technologies de la communication, l’énergie et l’environnement.

« Participations significatives non majoritaires »

Néanmoins, le changement de méthode et de philosophie du nouveau holding impliquera à terme une « réduction progressive » du périmètre de ses activités à travers « la cession sur le marché boursier du contrôle d’entités autonomisées », au premier rang desquelles Cosumar, Lesieur et l’ensemble Centrale laitière/Bimo/Sotherma. La nouvelle entité aura pour vocation de détenir des participations « significatives non majoritaires », sauf dans les cas de contrôle conjoint (Lafarge Maroc et Sonasid) et « d’incubation de nouveaux projets ou de participations en développement » (Wana, Marjane, Onapar, Nareva, Optorg).

Enfin, la fusion vise à accompagner des entreprises leaders dans leur domaine et des projets « structurants pour l’économie marocaine ». Le nouveau holding sera ainsi « régulièrement amené à céder au marché le contrôle des entreprises ayant atteint leur vitesse de croisière », indique le communiqué. Ce qui signifie mécaniquement une attractivité renouvelée de la place boursière marocaine avec une augmentation des flottants donnant aux investisseurs institutionnels une plus grande influence sur les sociétés cotées.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100326174840 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100326174840 from 172.16.0.100