Extension Factory Builder
24/02/2010 à 18:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy et son homologue malien Amadou Toumani Touré le 28 mai 2009 à Paris Nicolas Sarkozy et son homologue malien Amadou Toumani Touré le 28 mai 2009 à Paris © Reuters

Profitant de sa tournée africaine, le président français a programmé un détour par le Mali, entre l'étape gabonaise et l'escale rwandaise. Il entend remercier Amadou Toumani Touré et rencontrer l'otage français Pierre Camatte, qui vient tout juste d'être libéré.

La rumeur courait depuis le début de l'après-midi au sein des délégations françaises qui accompagnent Nicolas Sarkozy dans sa tournée africaine.
Elle vient d'être confirmée par le principal intéressé qui l’a annoncé devant la communauté française de Libreville réunie a l'hôtel Laico de la capitale gabonaise à l'occasion de la visite du chef de l’Etat.

"Avec Bernard Kouchner et Alain Joyandet (respectivement ministre des Affaires étrangères et secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, ndlr), nous allons nous rendre à Bamako après le dîner pour remercier Amadou Toumani Touré et rencontrer Pierre Camatte" a-t-il annoncé après s'être réjoui de la libération de l'otage d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Libéré cette nuit, Pierre Camatte était détenu par la branche maghrébine d'Al-Qaïda depuis le 26 novembre.
"Nous ne laisserons pas tomber nos compatriotes, a expliqué Nicolas Sarkozy. Tous les français sont ramenés à la maison."

Le président français doit arriver vers 22h à Bamako. Il rencontrera ATT avant de repartir dans la nuit à Kigali, au Rwanda, où il est attendu.
L’ex-otage embarquera sur un autre avion en compagnie d'Alain Joyandet en direction de la France.

Détenu depuis plus de trois mois par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Français Pierre Camatte a été libéré mardi 23 février en début de soirée. Une information d'abord dévoilée par un des négociateurs maliens, puis confirmée par Nicolas Sarkozy. Selon un communiqué de l'Elysée, le président français remercie chaleureusement son homologue malien Amadou Toumani Touré "pour la gestion de la crise".

L'hôte de Koulouba avait fait de l'enlèvement du Français "une affaire personnelle", promettant de "tout faire" pour que son issue soit heureuse.

Fidélité française

Nicolas Sarkozy est arrivé ce matin à Franceville (est du Gabon) où il s'est recueilli sur la tombe d’Omar Bongo Ondimba avant d’effectuer une visite du Centre international de recherche médicale de Franceville, érigé pour l'occasion en symbole de l'avenir de la coopération entre leurs deux pays.

"La signification première de mon déplacement, c'est l'affirmation d'une fidélité. Je veux montrer que la France entend rester fidèle", a expliqué Nicolas Sarkozy dans un entretien au quotidien gabonais L'Union.

Le président français a ensuite prononcé un discours à Libreville.
Le dîner officiel en compagnie du président gabonais Ali Bongo Ondimba a été avancé de quelques heures pour permettre à Nicolas Sarkozy de s’envoler ensuite pour Bamako.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces