Extension Factory Builder
18/02/2010 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'affaire des faux dinars de Bahrein concerne l'équivalent d'environ 300 millions d'euros L'affaire des faux dinars de Bahrein concerne l'équivalent d'environ 300 millions d'euros © Reuters

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné à des peines allant de dix-huit mois à sept ans de prison ferme les sept prévenus du procès des « faux Dinars de Bahrein », une affaire de faux-monnayeurs avec des ramifications internationales.

Accusé par le procureur d'avoir tenu un "rôle clé du début à la fin" dans l'affaire des faux dinars de Bahrein, le Congolais (Kinshasa) Richard Nozy Mwamba, absent lors du procès, a écopé mercredi 17 février à Paris de la peine la plus lourde, soit sept ans de prison. Les magistrats de la 11e Chambre considèrent cependant que "tous (ont) agi de mauvaise foi en ayant conscience du caractère contrefait des billets et de leur participation à une opération de blanchiment".

Zones d'ombre

Un autre Congolais, Jean-Pierre Kimbangala, spécialiste du transport de "valises de billets", a été condamné à 5 ans de prison. Pareil pour le Tchadien Hassan Fadoul Kitir, ancien conseiller spécial du président Idriss Deby Itno, lequel était également absent lors du procès.

Des Français, Claude Sokolovitch, Jacques Milliet, Jean-Pierre Chariou et Jocelyne Lagalice, considérés par la cour comme les personnes chargées de recevoir et d'écouler les faux billets en France, ont tous les quatre écopés de peine allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme.

Mais des zones d'ombres subsistent et les instigateurs de cette affaire rocambolesque n'ont pas été identifiés. Le Marocain Hicham Mandari, un des principaux suspects qui se présentait comme un ancien proche du roi Hassan II, a été assassiné en août 2004 en Espagne dans des circonstances non élucidées.

A ce jour, 86 millions de dinars contrefaits ont été saisis dans le monde, mais 54 millions seraient toujours dans la nature.

Retour sur une escroquerie internationale

L'affaire remonte à 1998. Le royaume de Bahreïn connaît une soudaine augmentation de la quantité de ses billets de 20 dinars, représentant chacun 55 euros. L’économie bahreïnie est à genoux. Suite à une plainte déposée par le pays, l'affaire est instruite à Paris. A l'époque, les enquêteurs français arrêtent six individus qui chargaient des valises dans deux véhicules devant l’hôtel particulier sis 7 bis, place du Palais-Bourbon, dans le VIIe arrondissement de Paris. Le contenu des "bagages" est éloquent: en faux dinars, les policiers découvrent l'équivalent  d'environ 7,5 millions d'euros. Les compères sont fortement soupçonnés d'avoir échangé les faux billets, fabriqués en Argentine par la société Ciccone, dans diverses agences parisiennes.

La valeur totale de la fausse-monnaie est estimée à 300 millions d'euros. Elle aurait transité par le Niger et le Tchad avant d'être échangée au Moyen-Orient et en Europe.

Les sept prévenus condamnés devront verser 4,5 millions d'euros à la Banque centrale de Bahreïn, "au titre de l'impression de nouveaux billets et de [leur] destruction ". Enfin, pour réparer "le préjudice d'image" subi par la Banque centrale et le royaume de Bahreïn, ils devront verser 500.000 euros à la première, et la même somme au second. (avec AFP)

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le Mossad dans la ligne de mire

Article pr�c�dent :
Mamadou Tandja renversé ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Immigration : l'auteure franco-sénégalaise Fatou Diome dénonce 'l'hypocrisie' de l'Union européenne

Immigration : l'auteure franco-sénégalaise Fatou Diome dénonce "l'hypocrisie" de l'Union européenne

Invitée vendredi sur le plateau de la chaîne de télévision publique France2, Fatou Diome, femme de lettres franco-sénégalaise, a livré un puissant réquisitoire contre les poli[...]

États-Unis : état d'urgence et couvre-feu déclarés à Baltimore

Quelques heures après l'instauration de l'état d'urgence à Baltimore par le gouverneur du Maryland, Lary Hogan, la maire a décrété lundi soir un "couvre-feu[...]

Rodrigo Rato, le mauvais élève du FMI

Rodrigo Rato, l'ancien directeur du Fonds monétaire international, est soupçonné de blanchiment. Ça fait un peu désordre.[...]

Quand Alpha Condé briefe Hollande

En visite privée à Paris la semaine du 20 avril, après avoir participé aux assemblées du FMI à Washington, le président guinéen n'a pas perdu son temps.[...]

Odyssées africaines : retour vers le présent

Jusqu'au 17 mai, l'exposition "Odyssées africaines", à Bruxelles, présente des oeuvres de jeunes artistes évoquant la manière dont mémoire et Histoire[...]

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l'"homme noir en colère"

À l’occasion du dîner annuel de l'association des correspondants accrédités à la Maison Blanche, samedi soir à Washington, Barack Obama était confronté à un[...]

Face au trafic des faux médicaments, la mobilisation de tous est indispensable !

Marc Gentilini, de la Fondation Chirac, est délégué général pour l’Accès à une santé et des médicaments de qualité. Bien que source de nombreux[...]

L'option militaire n'est pas une solution à la tragédie en Méditerranée, selon Ban Ki-moon

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un entretien[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100218160351 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100218160351 from 172.16.0.100