Extension Factory Builder
18/02/2010 à 18:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'affaire des faux dinars de Bahrein concerne l'équivalent d'environ 300 millions d'euros L'affaire des faux dinars de Bahrein concerne l'équivalent d'environ 300 millions d'euros © Reuters

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné à des peines allant de dix-huit mois à sept ans de prison ferme les sept prévenus du procès des « faux Dinars de Bahrein », une affaire de faux-monnayeurs avec des ramifications internationales.

Accusé par le procureur d'avoir tenu un "rôle clé du début à la fin" dans l'affaire des faux dinars de Bahrein, le Congolais (Kinshasa) Richard Nozy Mwamba, absent lors du procès, a écopé mercredi 17 février à Paris de la peine la plus lourde, soit sept ans de prison. Les magistrats de la 11e Chambre considèrent cependant que "tous (ont) agi de mauvaise foi en ayant conscience du caractère contrefait des billets et de leur participation à une opération de blanchiment".

Zones d'ombre

Un autre Congolais, Jean-Pierre Kimbangala, spécialiste du transport de "valises de billets", a été condamné à 5 ans de prison. Pareil pour le Tchadien Hassan Fadoul Kitir, ancien conseiller spécial du président Idriss Deby Itno, lequel était également absent lors du procès.

Des Français, Claude Sokolovitch, Jacques Milliet, Jean-Pierre Chariou et Jocelyne Lagalice, considérés par la cour comme les personnes chargées de recevoir et d'écouler les faux billets en France, ont tous les quatre écopés de peine allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme.

Mais des zones d'ombres subsistent et les instigateurs de cette affaire rocambolesque n'ont pas été identifiés. Le Marocain Hicham Mandari, un des principaux suspects qui se présentait comme un ancien proche du roi Hassan II, a été assassiné en août 2004 en Espagne dans des circonstances non élucidées.

A ce jour, 86 millions de dinars contrefaits ont été saisis dans le monde, mais 54 millions seraient toujours dans la nature.

Retour sur une escroquerie internationale

L'affaire remonte à 1998. Le royaume de Bahreïn connaît une soudaine augmentation de la quantité de ses billets de 20 dinars, représentant chacun 55 euros. L’économie bahreïnie est à genoux. Suite à une plainte déposée par le pays, l'affaire est instruite à Paris. A l'époque, les enquêteurs français arrêtent six individus qui chargaient des valises dans deux véhicules devant l’hôtel particulier sis 7 bis, place du Palais-Bourbon, dans le VIIe arrondissement de Paris. Le contenu des "bagages" est éloquent: en faux dinars, les policiers découvrent l'équivalent  d'environ 7,5 millions d'euros. Les compères sont fortement soupçonnés d'avoir échangé les faux billets, fabriqués en Argentine par la société Ciccone, dans diverses agences parisiennes.

La valeur totale de la fausse-monnaie est estimée à 300 millions d'euros. Elle aurait transité par le Niger et le Tchad avant d'être échangée au Moyen-Orient et en Europe.

Les sept prévenus condamnés devront verser 4,5 millions d'euros à la Banque centrale de Bahreïn, "au titre de l'impression de nouveaux billets et de [leur] destruction ". Enfin, pour réparer "le préjudice d'image" subi par la Banque centrale et le royaume de Bahreïn, ils devront verser 500.000 euros à la première, et la même somme au second. (avec AFP)

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le Mossad dans la ligne de mire

Article pr�c�dent :
Mamadou Tandja renversé ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Jacques Sayagh, culturiste des pavés

Ce quinquagénaire parisien né à Alger a choisi de vivre dans la rue, mais n'a pas renoncé au sport. Une vidéo montrant ses performances a enflammé le web.[...]

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Grèce - Allemagne : dette contre dette

Alexis Tsipras accepte de régler ce qu'il doit. À condition que des réparations lui soient versées pour les exactions nazies. Angela Merkel s'y refuse par crainte d'ouvrir une boîte de[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100218160351 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100218160351 from 172.16.0.100