Extension Factory Builder
12/02/2010 à 13:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ivoirien Laurent Gbagbo, le 13 janvier 2010 à Yamoussoukro Le président ivoirien Laurent Gbagbo, le 13 janvier 2010 à Yamoussoukro © AFP

Ayant appris le blocage des négociations à Ouagadougou jeudi 11 février, le président ivoirien Laurent Gbagbo a téléphoné à son homologue burkinabè, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise. Lors de leur conversation, il a menacé de dissoudre le gouvernement, a appris Jeune Afrique.

Le chef de l’Etat ivoirien aurait pour cela recours à l’article 48, qui lui donne le droit de prendre des « mesures exceptionnelles » 1.

Dissolution possible de la Commission électorale indépendante

Selon de bonnes sources, à Ouagadougou et à Abidjan, Laurent Gbagbo pourrait aussi annoncer la dissolution de la Commission électorale indépendante (CEI). Si le président mettait sa menace à exécution, le processus électoral serait suspendu et la paix compromise.

La dernière rencontre de Ouagadougou avait pour principal objet de résoudre le différent entre le camp présidentiel d’un côté et la CEI et l’opposition de l’autre. Soutenu par le Rassemblement des Houphouétistes (RHDP), - composé principalement du Rassemblement des Républicains (RDR) d’Alassane Ouattara et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) - le président de la CEI, Robert Beugré Mambé, a refusé de démissionner.

Incidents en province

Celui-ci est accusé depuis plusieurs semaines par le pouvoir d’avoir tenté d’introduire frauduleusement sur la liste électorale quelque 429 000 noms. De son côté, le Front populaire ivoirien (FPI), le parti du chef de l’Etat, a lancé des procédures judiciaires pour rayer de la liste des électeurs à la « nationalité douteuse ». Plusieurs incidents, incluant des dizaines de blessés et l’incendie de bâtiments publics, ont éclaté en province.

Le gouvernement actuel est le fruit d’un compromis entre le président Gbagbo, l’ex-rébellion et l’opposition. Il est dirigé par l’ancien chef de la rébellion, Guillaume Soro depuis avril 2007. Il a pour mission essentielle de conduire le pays à des élections libres et transparentes tout en assurant la réunification du pays.

La Côte d’Ivoire est coupée en deux depuis l’émergence de la rébellion en novembre 2002. Le Nord du pays est toujours tenu par les anciens rebelles, malgré le début du redéploiement de l’administration centrale sur l’ensemble du territoire.

La menace de dissolution du gouvernement est-elle un coup de bluff de la part de Laurent Gbagbo ? En tout cas, les Burkinabè prennent la menace de Laurent Gbagbo très au sérieux.

(1) Article 48 de la Constitution ivoirienne : « Lorsque les Institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacées d'une manière grave et immédiate, et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exceptionnelles exigées par ces circonstances après consultation obligatoire du Président de l'Assemblée nationale et de celui du Conseil constitutionnel. Il en informe la Nation par message. L'Assemblée nationale se réunit de plein droit. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers