Extension Factory Builder
06/02/2010 à 10:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation au Sénégal en 2007 Manifestation au Sénégal en 2007 © AFP

Pour faire reculer l'excision, de plus en plus d’Etats africains répriment pénalement cette pratique traditionnelle, parfois mortelle. Seulement, les adeptes des mutilations génitales féminines trouvent des stratagèmes pour contourner la loi. Eclairage à l’occasion de la Journée mondiale contre ces mutilations, le 6 février.

Réprimer pénalement les auteurs ou complices de mutilations génitales féminines (MGF) se révèle-t-il pire que le mal ? Depuis 1996 au Burkina Faso, bon élève de la lutte contre les MGF, les exciseuses sont passibles de trois ans de prison et de 900 000 FCFA d’amende (environ 1 371 euros). Par ailleurs, tout complice s’expose à une sanction pécuniaire de 100 000 FCFA.

Le Comité national de lutte contre la pratique de l’excision (CNLPE) estime que près de la moitié des filles burkinabè nées en 1988 ont été excisées, contre seulement 5% en 2002 et 3 % aujourd'hui.

Problème, les familles attachées aux mutilations génitales, notamment considérées comme un préalable au mariage, se retranchent dans la clandestinité. Par souci de discrétion et peur de la délation, les fillettes sont « coupées » à la va-vite et sont ainsi plus susceptibles de faire une hémorragie ou une infection mortelles.

Excision transfrontalière

Autre stratégie pour contourner la répression : faire « couper » sa fille dans un pays voisin. Les mères s’y rendent avec leur fille sous le couvert d’une visite à un cousin. Parfois, ce sont des groupes de fillettes que l’on convoie.

Parmi les pays privilégiés figure la Côte d’Ivoire en raison de l’instabilité politique. En effet, après la tentative ratée de coup d’Etat de 2002, certains acteurs de terrain ont constaté que la loi contre l’excision était moins appliquée dans le Nord du pays. Du coup, les partisans de l’excision soumettaient leur enfant à une MGF sans crainte d'être pénalisés. Même tendance vers le Mali, mais pour d’autres raisons : le pays ne criminalise pas la pratique.

Harmoniser la répression

Pour mettre fin à l’impunité, le Burkina Faso, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Niger et le Togo se sont fixés pour objectif l’éradication de la « délocalisation de l’excision » d’ici 2015. Pour cela, il faut au minimum que tous les Etats de la région interdisent la coutume. Et donc convaincre le Mali, le Bénin et le Niger de pénaliser spécifiquement l’excision.

Or, si la sensibilisation bat son plein sur les conséquences néfastes des MGF (incontinence urinaire et/ou fécale, rapports sexuels douloureux voire impossibles, accouchement dangereux pour la mère et le bébé…), les populations restent encore très attachées à la tradition. Les décideurs prendront-ils le risque de s’y opposer ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

Classement "Time" 2015 : qui sont les Africains les plus influents du monde ?

L'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi sa liste annuelle des 100 personnalités les plus influentes du monde. Dans le lot, quelques Africains : Muhammadu Buhari, président[...]

Braconnage : quand les GI s'en mêlent

Depuis quelques jours, l’ONG américaine Vetpaw fait le buzz sur internet. Parce que les photos de l’une de ses dernières recrues, ancienne mannequin pour l’industrie de l’armement, font[...]

Dr Constant Vodouhé : en Afrique, "la drépanocytose est encore taboue"

Du 16 au 18 avril 2015 se tient à Strasbourg le congrès scientifique sur la drépanocytose. Le docteur Constant Vodouhé, neurobiologiste à Strasbourg, nous explique les enjeux de cette maladie[...]

Richard Bielle, CFAO : "Notre histoire, c'est l'Afrique. Notre projet, c'est l'Afrique"

Spécialiste de l'automobile et de la pharmacie, le géant de la distribution est en pleine mutation. Dans quelques mois, il ouvrira son premier hypermarché Carrefour en Côte d'Ivoire. Récit[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

CAN 2017 : découvrez les groupes des éliminatoires !

La CAN 2017 se jouera au Gabon en 2017. D'ici là, 52 équipes s'affronteront à partir de juin 2015 pour se qualifier pour la compétition. Voici les poules éliminatoires telles que tirées au[...]

Football : la CAN 2017 aura lieu au Gabon

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2017 aura lieu au Gabon, a annoncé mercredi la Confédération africaine de football (CAF).[...]

Côte d'Ivoire : Jacques Anouma perd son siège au comité exécutif de la Fifa

L’Ivoirien Jacques Anouma n’est plus membre du Comité exécutif de la Fédération Internationale de Football Association (Fifa). Il a perdu son poste mardi lors de la 37e Assemblée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100205141849 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20100205141849 from 172.16.0.100