Extension Factory Builder
09/12/2009 à 23:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dans Fissures, Marcela Moura se montre nue lors d’une scène de sexe extrêmement crue Dans Fissures, Marcela Moura se montre nue lors d’une scène de sexe extrêmement crue © DR

Peu d'actrices marocaines osent tourner des scènes de nu. Ni même embrasser leur partenaire à l'écran. Un phénomène qui freine l'expression artistique du cinéma marocain.  

Dans The man who sold the world, les frères Noury ont choisi la française Audrey Marnay pour incarner le personnage féminin. Dans des scènes d’une grande sensualité, on voit l’ancienne mannequin, en culotte et soutien gorge, dans un lit avec son amant.

Pour interpréter la femme amoureuse et suicidaire de Fissures, Hicham Ayouch a engagé une brésilienne, Marcela Moura, qui n’hésite pas à se montrer nue lors d’une scène de sexe extrêmement crue. Si ces deux comédiennes sont étrangères, c’est loin d’être un hasard. Pour certains rôles, les réalisateurs marocains doivent souvent chercher très longtemps avant de trouver l’actrice qui acceptera de les suivre hors des sentiers battus. 

 

"J'embrasse pas !"
« C’est très simple, si on engage des actrices étrangères, c’est parce qu’au moins deux tiers des actrices marocaines n’ont qu’un mot à la bouche : « J’embrasse pas! » Alors jouer nue ou dans une scène de sexe, n’y songez même pas !», regrette le cinéaste Mohamed Achaour. Même son de cloche chez la productrice Lamia Chraïbi. « Quand Achaour dit les deux tiers des actrices, il est gentil !, dit-elle. Pour le film Terminus des Anges, nous avons mis plus de deux mois à trouver une actrice qui accepte de tourner nue ! »


Les comédiennes, même les plus grandes, sont catégoriques. « Si j’embrasse un homme dans un film, les gens vont me prendre pour une femme de mauvaise vie. Et puis ensuite, je risque d’être cataloguée par les réalisateurs eux-même qui ne m’offriront que ce genre de rôles! », déplore une actrice très célèbre.


Chez les débutantes, pourtant, certaines sont prêtes à tout et revendiquent le fait de n’avoir aucune limite : « Le principe même du métier de comédienne, c’est de savoir faire la différence entre soi et son personnage, non ? », dit Myriam, apparemment peu concernée par le « paradoxe du comédien. »
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New-York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Maroc - Espagne : neuf jihadistes liés à l'État islamique arrêtés

Une cellule liée aux jihadistes de l'État Islamique, basée dans l'enclave espagnole au Maroc de Melilla et la ville voisine marocaine de Nador, a été démantelée, a annoncé[...]

Maroc : Hassan Bouhemou quitte le holding royal SNI

Après 13 années à la tête de la SNI, Hassan Bouhemou quitte le groupe pour se consacrer à ses affaires personnelles. Une décision qui sera entérinée lors du prochain conseil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers