Extension Factory Builder
29/10/2009 à 16:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un couple franco-malien risque sept ans de prison ferme et 300 000 euros de dommages et intérêts Un couple franco-malien risque sept ans de prison ferme et 300 000 euros de dommages et intérêts © CCEM

Une jeune Malienne poursuit devant la justice française un couple franco-malien qui l’aurait exploitée de 1997 à 2006. Les époux encourent sept ans de prison ferme et 300 000 euros de dommages et intérêts. Le jugement est mis en délibéré au 6 novembre.

Rose* raconte avoir grandi dans un village près de Bamako, la capitale malienne. A la mort de son père, elle s’en va vivre avec un cousin de sa mère. Elle a 11 ans lorsqu’elle rencontre Aïssata S. L’employée de la mairie de Seine-Saint-Denis (Nord de Paris) lui propose de s’occuper de leurs quatre garçons. Rose est alors âgée de 11 ans.

La fillette arrive en France avec de faux papiers. Elle s’installe avec Aïssata et Mamadou S. et leurs enfants à Bondy, en banlieue parisienne. Elle explique avoir travaillé des heures durant et dans des conditions indignes de 1997 à 2006. Un calvaire qu’elle révèle pour éviter à d’autres de connaître la même mésaventure.

Versions contradictoires

« Je me levais à 7h et me couchais à 22h. Je faisais le ménage, le repassage, je m’occupais des enfants, je les accompagnais à l’école, je faisais le repas, je lavais la voiture… », a détaillé Rose devant la 15e chambre correctionnelle du tribunal de Bobigny, qui juge le couple accusé d’esclavage moderne.

La fleuriste en herbe de 23 ans - représentée par la vice-présidente de SOS Esclaves, Anick Fougeroux - dénonce aussi les humiliations, les coups, les insultes, les menaces, sa non-scolarisation. Les sévices seraient surtout le fait d’Aïssata S., qui dément toute maltraitance. « On sortait, il y avait des éclats de rire, a-t-elle confié à l’audience. On allait au resto et on faisait nos courses ensemble. »

Des « centaines de Rose »

Si les accusations sont fondées, les époux encourent sept ans de prison ferme et 300 000 euros de dommages et intérêts. Encourageant, selon le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM), qui a suivi le cas de Rose. « D’habitude, on ne requiert pas de prison, même avec sursis, et on demande peu de dommages », indique la directrice du CCEM.

Prudente, Sophia Lakhdar attend le jugement mis en délibéré le 6 novembre. « Parfois les peines sont beaucoup plus légères que celles du réquisitoire », explique-t-elle. Une observation qui ressort des dossiers de « centaines de Rose » que le CCEM, étranglé financièrement, a eu à gérer depuis sa création, en 1994.

Diplomates intouchables

L’association de référence dans la lutte contre l’esclavage moderne explique que les victimes mineures et adultes de traite à des fins d’exploitation domestique sont originaires du sous-continent indien (Sri Lanka, Inde), d’Asie du Sud-Est (Philippines, Indonésie), du Maghreb (Maroc, Egypte) et d’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Togo, Bénin, Mali), de l’Est (Tanzanie, Ethiopie, Kenya) et du Centre (Cameroun, République démocratique du Congo).

Les victimes sont recrutées par des intermédiaires, qui sont souvent des proches, ou encore par des expatriés qui rentrent au pays avec les domestiques qu’ils employaient en Afrique ou en Asie, commente Sophia Lakhdar. Parmi eux, des diplomates, intouchables grâce à leur immunité.

Un verrou que le CCEM, qui prépare une étude sur « diplomatie et exploitation » espère bien voir sauter : « Il faut un plaidoyer européen pour que, comme pour la torture, l’immunité ne soit plus effective en cas d’atteinte aux droits fondamentaux ».

*Pseudonyme qu’elle a donné au quotidien français 20 Minutes, qui a révélé l’affaire

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Francophonie : candidats au poste de secrétaire général, leurs atouts et leurs faiblesses

Dimanche à Dakar, les chefs d'États membres de la Francophonie, éliront le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Francophonie : la succession de Diouf en question à la veille du sommet de Dakar

La Francophonie a bien du mal a trouver un successeur à son secrétaire général, Abdou Diouf. Celui-ci sera-t-il contraint d'effectuer un nouveau mandat ?[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Francis Wolff dans l'intimité du jazz

Un album rassemblant les images du producteur-photographe Francis Wolff montre les jazzmen du label Blue Note sous un jour inédit.[...]

Ferguson : des dizaines de milliers de manifestants dans 170 villes américaines

Dans la nuit de mardi à mercredi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans 170 villes des États-Unis contre la décision d'un grand jury de ne pas engager de poursuites contre le policier[...]

États-Unis : la vidéo de la mort de Tamir Rice, jeune Noir de 12 ans abattu par la police à Cleveland

Alors que la colère ne faiblit pas après le non lieu prononcé dans le dossier Michael Brown à Ferguson, une nouvelle affaire vient entacher la réputation de la police américaine.[...]

Ebola : un vaccin en cours de test donne des résultats encourageants

Un essai clinique du premier vaccin expérimental contre le virus Ebola a eu lieu aux États-Unis. Testé sur des adultes au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il a fourni des premiers[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces