Extension Factory Builder
16/10/2009 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paris recommande aux Français installés en Guinée rentrer au pays Paris recommande aux Français installés en Guinée rentrer au pays © AFP

Paris recommande aux Français installés en Guinée rentrer au pays. Raison invoquée : « La situation sécuritaire s’est détériorée à Conakry » depuis la sanglante répression du 28 septembre.

La France s’attend au pire en Guinée. « A la suite de la répression par l’armée d’une manifestation populaire, lundi 28 septembre, entraînant de nombreuses victimes parmi la population, la situation sécuritaire s’est détériorée à Conakry. Des actes de banditisme se sont multipliés, en particulier des attaques à main armée. Il n’y a pas de perspective d’amélioration à court terme », indique depuis le 14 octobre le site Internet du ministère français des Affaires étrangères.

En conséquence, le Quai d’Orsay conclut qu’il « est formellement déconseillé de se rendre en Guinée et il est recommandé aux Français présents sur place de quitter le pays ». Aucune évacuation n’est pour l'heure envisagée et si les quelque 2 500 ressortissants français souhaitent regagner l’Hexagone, ils devront le faire par leurs propres moyens, explique-t-on à l’ambassade de France à Conakry, chancellerie dont « l’ensemble du personnel » reste en poste.

La France critiquée

La France serait-elle visée si des troubles venaient à éclater ? « On peut tout imaginer, mais aucun élément ne permet de dire que ce sera effectivement le cas. Il y a eu des pressions sur des hommes d’affaires et des entreprises, mais elles n’étaient pas ciblées contre les Français », souligne-t-on à l'ambassade de France.

Reste que certains ne digèrent toujours pas les déclarations de la communauté internationale après la répression sanglante de la manifestation interdite du 28 septembre. La France, qui a suspendu sa coopération militaire avec la Guinée, avait notamment indiqué qu’elle ne pouvait plus « travailler » avec le chef des la junte au pouvoir, le capitaine Moussa Dadis Camara.

Se présenter ou mourir

Résultat, précise un responsable sécuritaire, « le groupe de Bérets rouges qui soutient Dadis accuse la France de soutenir les Forces Vives », les syndicats, partis et organisations de la société civile à l’origine du rassemblement qui a tourné au drame. Et cette source d’ajouter que la France a « pleinement raison » de s’inquiéter car Dadis ne s’est toujours pas prononcé sur son éventuelle candidature à la présidentielle de 2010.

Le capitaine putschiste, et les autres militaires de la junte, doivent justement s’exprimer sur la question au plus tard samedi, la date butoir fixée par l’Union africaine. Qu’il décide de se présenter ou pas, Dadis semble pieds et poings liés. S’il brigue la magistrature suprême, les sanctions risquent de se succéder, aggravant son isolement. Si, conformément à sa promesse, il jetait l’éponge pour rendre le pouvoir aux civils, « ce sont les militaires qui l’ont mis au pouvoir qui lui mettront la corde au cou », prédit le responsable sécuritaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Guinée

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : 'Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins'

Guinée - Koutoub Moustapha Sano : "Jusqu'en juillet, l'Arabie était prête à accueillir nos pèlerins"

Conakry a accepté l'interdiction faite à ses ressortissants de se rendre à La Mecque. Et espère que les quotas seront augmentés l'an prochain.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Massacre du 28 septembre en Guinée : 5 ans après, "la justice n'a toujours pas été rendue"

Plusieurs organisations de droits de l'homme guinéennes et internationales ont dénoncé, samedi, l'absence de justice, à la veille du cinquième anniversaire du massacre du 28 septembre 2009, au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Guinée : attaque meurtrière contre une équipe anti-Ebola, 27 suspects arrêtés

Une semaine après le meurtre de membres d'une équipe en campagne de sensibilisation sur Ebola dans le sud de la Guinée, 27 personnes ont été arrêtées, a annoncé mercredi le[...]

Ebola : chronique d'une panique

Tandis que le virus se propage, les États du monde entier se mobilisent pour enrayer l'épidémie. À chacun sa méthode : l'imagination aussi, c'est contagieux ![...]

Ebola : 20 000 cas en novembre si la situation reste identique

Dans une étude publiée par le "New England Journal of Medicine", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le 23 septembre que plus de 20 000 personnes seront infectées par le virus[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers