Extension Factory Builder
24/09/2009 à 11:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Mondial 2010 pourrait être le théâtre de violences accrues Le Mondial 2010 pourrait être le théâtre de violences accrues © DR

Le niveau de criminalité ne faiblit pas en Afrique du Sud, actuellement en pleins préparatifs de la coupe du monde de football prévue en 2010. Pour garantir la sécurité des visiteurs, les autorités policières demandent plus de prérogatives, dont celle de pouvoir tuer à bout portant. Une exigence qui soulève un tollé au sein de l’opposition parlementaire et du milieu associatif.

La publication mardi dernier des statistiques de la police sud-africaine montre des taux de criminalité parmi les plus élevés au monde, ce qui inquiète, à mois d’un an de l’ouverture du Mondial de football. Le chef de la police sud-africaine, Nathi Mthethwa, a donc demandé que les statistiques soient immédiatement analysées à huis clos alors même que la Constitution requiert toute la transparence sur ce type de données, avant de publier l’intégralité des chiffres sur le site de l’institution (www.saps.gov.za).

18 148 meurtres en un an

Quand bien même ces chiffres auraient été modifiés lors de leur publication, ils demeurent très préoccupants. Si on observe des améliorations, entre avril 2008 et mars 2009, comme une baisse de 3% du nombre de meurtres et une diminution de 2,8% des crimes violents, le nombre total de crimes a augmenté de 0,2% à 2,1 millions dont 18 148 meurtres en un an. Les cas de harcèlements sexuels ont également augmenté de 10%. Les catégories qui ont connu le plus d’aggravation sont les vols à main armée, chez les particuliers (27,3% d’augmentation), et les vols de voiture (8% d’augmentation avec 15 000 incidents). Ces dernières données risquent d’inquiéter les fans de football qui, durant la coupe du monde, vont vraisemblablement louer des voitures pour se déplacer. Gauteng est la province la plus dangereuse du point de vue des crimes violents tandis que la partie nord du Cap est la plus sûre.

Droit de tuer pour les policiers

Les projets de la police nationale pour tenter de sécuriser l’événement sportif ne sont pas encore approuvés par tous. 41 000 nouveaux policiers sont en entraînement actuellement pour apporter un renfort aux 700 policiers déjà prévus afin d’assurer la sécurité autour des stades. Selon Nathi Mthethwa, le gouvernement serait prêt à voter pour une loi de « tolérance zéro ». Le nouveau chef de la commission nationale de la police Bheki Cele a, pour sa part, demandé que les policiers puissent avoir le droit de tuer à bout portant dans la rue, ce qui ne va pas sans provoquer la crainte d’un retour aux vieilles méthodes en vogue durant l’apartheid.

Surnommé le « cow-boy », Nathi Mthethwa est clair dans ses déclarations : « On est fatigués de mettre des documents comme la Constitution et la Charte des Droits de l’Homme devant le nez des criminels. On veut les affronter directement, et si cela veut dire qu’on les tue lorsqu’on leur tire dessus, qu’il en soit ainsi », a-t-il déclaré lors d’une interview dans le Guardian.

Protestation de l’opposition et des associations

Les opposants politiques et groupes de défense des libertés civiles ont immédiatement réagi. Dianne Kohler Barnard, parlementaire pour l’Alliance Démocratique répond qu’il vaut mieux augmenter le nombre de policiers et mieux les entraîner. « Tout le monde craint que les visiteurs soient blessés. Mais on ne veut plus redevenir un Etat policier », a-t-elle ajouté. En réponse aux critiques de Nathi Mthethwa, elle n’a pas hésité à rappeler que 538 policiers ont été jugés coupables l’an dernier de crimes allant du meurtre à la corruption en passant par le vol ou le viol. « On devrait y réfléchir à deux fois avant de donner à de telles personnes plus de pouvoir », souligne la députée.

Dans son éditorial du 22 septembre, l’édition sud-africaine du Times se dit également opposée aux propositions de la police. Selon le quotidien, le problème ne réside pas dans les législations, celles-ci autorisant déjà la police à user de la force, mais dans les ressources et la formation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Afrique du sud

Nadine Gordimer l'Africaine

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une oeuvr[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Afrique du Sud : premier "Mandela Day" sans Madiba

67 minutes. C’est le temps que chaque Sud-Africain, et de nombreux autres citoyens du monde, doit consacrer pour aider son prochain à l’occasion du "Mandela Day", une journée en l’honneur[...]

Praemium Imperiale : le Nobel des arts pour le Sud-Africain Athol Fugard et la Fondation Zinsou

Les lauréats 2014 du Praemium Imperiale - qui se veut le "Nobel des arts" -  ont été présentés le 16 juillet, à Paris. Pour la première fois un artiste du continent[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers