Extension Factory Builder
20/07/2009 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar Ba, en couverture de son livre 'Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus' Omar Ba, en couverture de son livre "Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus" © DR

Accusé d’avoir menti sur son histoire - relatée dans son premier livre Soif d’Europe - Omar Ba, pseudo-immigré clandestin sénégalais, donne sa version des faits dans une lettre ouverte "à la presse et à tous ses détracteurs". En forme de mea culpa.

"J’ai emprunté une voie maladroite pour faire passer un message complexe. Dans mon premier livre, Soif d’Europe, mon témoignage ne repose pas uniquement sur des évènements que j’ai vécus personnellement mais aussi sur des drames vécus par d’autres, des anonymes dont la voix est trop souvent tue".

En substance, Omar Ba avoue avoir menti. Mais selon lui, le message à délivrer reste le même, et résonne d’autant mieux dans une version "dramatisée".

"J’ai arrangé ma biographie parce que je pensais que cela aurait plus d’impact. J’ai eu tort et j’en fais les frais aujourd’hui", écrit-il encore.

La première, la communauté sénégalaise avait flairé l'arnaque, dénonçant ce témoignage trouble sur des sites internet à l'automne 2008. Au final, l'affabulation à laquelle s'est livrée l'écrivain aura déçu ses proches et risque de desservir la cause, ou du moins l'image, des sans-papiers... 

Incohérences

Les dessous de cette affaire ont définitivement été révélés par une enquête approfondie du journal Le Monde, qui avait décelé des incohérences dans le récit du parcours de clandestin d’Omar Ba. Selon le quotidien français, le jeune homme était en réalité étudiant en droit à Saint-Louis au Sénégal au moment de son épopée vers l’Europe qu’il situe, dans son autobiographie, en 2002.

Il y décrit des endroits (Italie, Libye, Ceuta et Melilla) qu’il ne connaît apparemment pas, et parle de centres de rétention qui n’existaient pas au moment des faits. Le Monde fournit également le témoignage d’un ancien camarade de fac au Sénégal, visiblement déçu, qui dénonce :

"Il est libre d'écrire ce qu'il veut, de faire gober des histoires aux Toubabs (Blancs, ndlr), mais il n'a pas le droit de raconter des choses qu'il n'a pas vécues".

En réalité, Omar Ba a pu entrer en France de façon régulière, en 2003, grâce à un visa d’études. Confondu, il a bien dû avouer la supercherie, après avoir tenté une nouvelle version des évènements, qui ne tenait pas non plus. Il a d’abord affirmé qu’il était parti de France en 2005, et que son retour, cette-fois, s’était bien déroulé de manière clandestine…

Finalement, il a admis qu’il n’avait connu ni novembre glacial dans les rues enneigées de Paris, ni centres de rétention à Lampedusa (Italie). 

Imposteur

Par ailleurs, Le Monde souligne qu’Omar Ba est un personnage bien connu des autorités françaises, et que plusieurs affaires - dont on ignore la gravité - le concernant sont en cours auprès des parquets de la région parisienne. Pour l’heure, il a refusé de réagir à ces accusations.

Dans sa lettre ouverte, il fustige ses détracteurs, affirmant : "Ai-je voulu diffuser un tel message pour devenir riche et célèbre ? Non ! Qu’importent les insanités que j’ai pu lire sur mes intentions et mon objectif. "

Et d’ajouter : "Aussi, je persiste et signe : la ruée de [la] jeunesse vers les pays du Nord est loin d’être le meilleur remède à nos maux (…). Elle est dans une prise de responsabilité de l’Afrique et des Africains".

Une théorie qu’il défend dans son second ouvrage, Je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus, aux éditions Max Milo, qui bénéficie déjà d’un bon lancement publicitaire…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Que devient Condi ?

Article pr�c�dent :
Complot de famille (suite)

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers