Extension Factory Builder
20/07/2009 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar Ba, en couverture de son livre 'Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus' Omar Ba, en couverture de son livre "Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus" © DR

Accusé d’avoir menti sur son histoire - relatée dans son premier livre Soif d’Europe - Omar Ba, pseudo-immigré clandestin sénégalais, donne sa version des faits dans une lettre ouverte "à la presse et à tous ses détracteurs". En forme de mea culpa.

"J’ai emprunté une voie maladroite pour faire passer un message complexe. Dans mon premier livre, Soif d’Europe, mon témoignage ne repose pas uniquement sur des évènements que j’ai vécus personnellement mais aussi sur des drames vécus par d’autres, des anonymes dont la voix est trop souvent tue".

En substance, Omar Ba avoue avoir menti. Mais selon lui, le message à délivrer reste le même, et résonne d’autant mieux dans une version "dramatisée".

"J’ai arrangé ma biographie parce que je pensais que cela aurait plus d’impact. J’ai eu tort et j’en fais les frais aujourd’hui", écrit-il encore.

La première, la communauté sénégalaise avait flairé l'arnaque, dénonçant ce témoignage trouble sur des sites internet à l'automne 2008. Au final, l'affabulation à laquelle s'est livrée l'écrivain aura déçu ses proches et risque de desservir la cause, ou du moins l'image, des sans-papiers... 

Incohérences

Les dessous de cette affaire ont définitivement été révélés par une enquête approfondie du journal Le Monde, qui avait décelé des incohérences dans le récit du parcours de clandestin d’Omar Ba. Selon le quotidien français, le jeune homme était en réalité étudiant en droit à Saint-Louis au Sénégal au moment de son épopée vers l’Europe qu’il situe, dans son autobiographie, en 2002.

Il y décrit des endroits (Italie, Libye, Ceuta et Melilla) qu’il ne connaît apparemment pas, et parle de centres de rétention qui n’existaient pas au moment des faits. Le Monde fournit également le témoignage d’un ancien camarade de fac au Sénégal, visiblement déçu, qui dénonce :

"Il est libre d'écrire ce qu'il veut, de faire gober des histoires aux Toubabs (Blancs, ndlr), mais il n'a pas le droit de raconter des choses qu'il n'a pas vécues".

En réalité, Omar Ba a pu entrer en France de façon régulière, en 2003, grâce à un visa d’études. Confondu, il a bien dû avouer la supercherie, après avoir tenté une nouvelle version des évènements, qui ne tenait pas non plus. Il a d’abord affirmé qu’il était parti de France en 2005, et que son retour, cette-fois, s’était bien déroulé de manière clandestine…

Finalement, il a admis qu’il n’avait connu ni novembre glacial dans les rues enneigées de Paris, ni centres de rétention à Lampedusa (Italie). 

Imposteur

Par ailleurs, Le Monde souligne qu’Omar Ba est un personnage bien connu des autorités françaises, et que plusieurs affaires - dont on ignore la gravité - le concernant sont en cours auprès des parquets de la région parisienne. Pour l’heure, il a refusé de réagir à ces accusations.

Dans sa lettre ouverte, il fustige ses détracteurs, affirmant : "Ai-je voulu diffuser un tel message pour devenir riche et célèbre ? Non ! Qu’importent les insanités que j’ai pu lire sur mes intentions et mon objectif. "

Et d’ajouter : "Aussi, je persiste et signe : la ruée de [la] jeunesse vers les pays du Nord est loin d’être le meilleur remède à nos maux (…). Elle est dans une prise de responsabilité de l’Afrique et des Africains".

Une théorie qu’il défend dans son second ouvrage, Je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus, aux éditions Max Milo, qui bénéficie déjà d’un bon lancement publicitaire…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Que devient Condi ?

Article pr�c�dent :
Complot de famille (suite)

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090720160805 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090720160805 from 172.16.0.100