Extension Factory Builder
20/07/2009 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Omar Ba, en couverture de son livre 'Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus' Omar Ba, en couverture de son livre "Je suis venu, j'ai vu, je n'y crois plus" © DR

Accusé d’avoir menti sur son histoire - relatée dans son premier livre Soif d’Europe - Omar Ba, pseudo-immigré clandestin sénégalais, donne sa version des faits dans une lettre ouverte "à la presse et à tous ses détracteurs". En forme de mea culpa.

"J’ai emprunté une voie maladroite pour faire passer un message complexe. Dans mon premier livre, Soif d’Europe, mon témoignage ne repose pas uniquement sur des évènements que j’ai vécus personnellement mais aussi sur des drames vécus par d’autres, des anonymes dont la voix est trop souvent tue".

En substance, Omar Ba avoue avoir menti. Mais selon lui, le message à délivrer reste le même, et résonne d’autant mieux dans une version "dramatisée".

"J’ai arrangé ma biographie parce que je pensais que cela aurait plus d’impact. J’ai eu tort et j’en fais les frais aujourd’hui", écrit-il encore.

La première, la communauté sénégalaise avait flairé l'arnaque, dénonçant ce témoignage trouble sur des sites internet à l'automne 2008. Au final, l'affabulation à laquelle s'est livrée l'écrivain aura déçu ses proches et risque de desservir la cause, ou du moins l'image, des sans-papiers... 

Incohérences

Les dessous de cette affaire ont définitivement été révélés par une enquête approfondie du journal Le Monde, qui avait décelé des incohérences dans le récit du parcours de clandestin d’Omar Ba. Selon le quotidien français, le jeune homme était en réalité étudiant en droit à Saint-Louis au Sénégal au moment de son épopée vers l’Europe qu’il situe, dans son autobiographie, en 2002.

Il y décrit des endroits (Italie, Libye, Ceuta et Melilla) qu’il ne connaît apparemment pas, et parle de centres de rétention qui n’existaient pas au moment des faits. Le Monde fournit également le témoignage d’un ancien camarade de fac au Sénégal, visiblement déçu, qui dénonce :

"Il est libre d'écrire ce qu'il veut, de faire gober des histoires aux Toubabs (Blancs, ndlr), mais il n'a pas le droit de raconter des choses qu'il n'a pas vécues".

En réalité, Omar Ba a pu entrer en France de façon régulière, en 2003, grâce à un visa d’études. Confondu, il a bien dû avouer la supercherie, après avoir tenté une nouvelle version des évènements, qui ne tenait pas non plus. Il a d’abord affirmé qu’il était parti de France en 2005, et que son retour, cette-fois, s’était bien déroulé de manière clandestine…

Finalement, il a admis qu’il n’avait connu ni novembre glacial dans les rues enneigées de Paris, ni centres de rétention à Lampedusa (Italie). 

Imposteur

Par ailleurs, Le Monde souligne qu’Omar Ba est un personnage bien connu des autorités françaises, et que plusieurs affaires - dont on ignore la gravité - le concernant sont en cours auprès des parquets de la région parisienne. Pour l’heure, il a refusé de réagir à ces accusations.

Dans sa lettre ouverte, il fustige ses détracteurs, affirmant : "Ai-je voulu diffuser un tel message pour devenir riche et célèbre ? Non ! Qu’importent les insanités que j’ai pu lire sur mes intentions et mon objectif. "

Et d’ajouter : "Aussi, je persiste et signe : la ruée de [la] jeunesse vers les pays du Nord est loin d’être le meilleur remède à nos maux (…). Elle est dans une prise de responsabilité de l’Afrique et des Africains".

Une théorie qu’il défend dans son second ouvrage, Je suis venu, j’ai vu, je n’y crois plus, aux éditions Max Milo, qui bénéficie déjà d’un bon lancement publicitaire…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Que devient Condi ?

Article précédent :
Complot de famille (suite)

International

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

Depuis le meurtre de Michael Brown, le 9 août dernier à Ferguson, les États-Unis vivent une nouvelle fois au rythme des tensions raciales. Une situation que le pays a connue à de multiples reprises dep[...]

Isis, la lingerie britannique du même nom que l'État islamique

La chaîne britannique de dessous érotiques Ann Summers vient de lancer une collection de lingerie fine nommée Isis, l’acronyme en anglais de l’État islamique. La porte-parole de la marque a[...]

France : premier Conseil des ministres pour le gouvernement "Valls II"

Le gouvernement "Valls II" se réunit ce mercredi pour son premier Conseil des ministres, purgé de l'aile gauche du PS pour assumer la "ligne" sociale-libérale voulue par un[...]

Ebola : British Airways suspend ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone jusqu'en décembre

British Airways a annoncé mardi maintenir la suspension de ses vols à destination et depuis le Liberia et la Sierra Leone jusqu'à la fin de 2014. La compagnie aérienne a pris cette décision en[...]

Barack Obama souhaite intensifier la lutte contre le jihadisme en Syrie

Les États-Unis ont décidé d’intensifier leur lutte contre les islamistes ultraradicaux en Syrie. Si le président américain Barack Obama n’a pas encore pris de décision[...]

Ukraine : Washington dénonce une "escalade significative"

Les "incursions militaires" de la Russie en Ukraine constituent une "escalade significative", a affirmé la Maison Blanche lundi soir après que Kiev a annoncé la capture de soldats russes[...]

Ebola : "La lutte pour vaincre le virus n'est pas une bataille, mais une guerre"

Selon le Dr David Nabarro, coordinateur de l'ONU contre l'épidémie Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest, la "guerre" contre le virus n'est "pas gagnée" et pourrait prendre six[...]

Syrie : libération d'un otage américain enlevé il y a deux ans par Al-Qaïda

Le secrétaire d’État américain John Kerry a annoncé dimanche la libération de Peter Theo Curtis, un ressortissant américain enlevé il y a deux ans par la branche[...]

Contre Ebola, douche froide et buzz viral

Le "Ice Bucket Challenge" fait rage sur la planète. Des personnalités de toutes sphères se prêtent à ce défi du seau glacé. L’Afrique, elle, navigue entre suivisme et[...]

États-Unis : ville noire, pouvoir blanc

Des émeutes de Watts en 1965 à celles de Ferguson, le cercle vicieux se perpétue : bavure, colère, répression, le tout sur fond d'inégalités. Rien n'aurait donc[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex