Extension Factory Builder
26/06/2009 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Denis Sassou Nguesso, candidat à sa succession Denis Sassou Nguesso, candidat à sa succession © Vincent Fournier / J.A

A deux semaines de la présidentielle du 12 juillet, le chef de l’Etat congolais, candidat pour un nouveau mandat, est un homme serein. Dans un entretien exclusif accordé à Jeune Afrique, il explique pourquoi il va gagner et livre ses vérités sur tous les sujets : l’affaire des « biens mal acquis », la transparence du scrutin, les critiques de l’opposition et les menaces de boycott de l’élection présidentielle, l’éventualité d’une nouvelle constitution, la disparition d’Omar Bongo Ondimba.

"J’ai encore des services à rendre à ce peuple congolais qui a fait ce que je suis et qui m’a tant donné ". C’est en ces termes que le chef de l’Etat congolais justifie sa candidature pour un nouveau mandat. Et il ne semble guère douter de sa victoire : « Je suis l’un des rares chefs d’Etat en exercice qui connaisse la médaille sous ses deux faces : la victoire mais aussi la défaite. Cela me donne un certain avantage. Question de sérénité» affirme-t-il.

Impassible, face aux griefs (transparence du scrutin, listes électorales non fiables) formulés par ses concurrents et attaques de ses adversaires les plus virulents, il déclare ne pas vouloir rendre coup par coup parce que « la politique n’est pas un combat de boxe » et martèle, en dépit de la menace de boycott des candidats de l’opposition, que «l’élection aura bien lieu, avec ou sans eux. L’exemple de l’Algérie est là pour le démontrer ».

S’il est élu, Denis Sassou Nguesso devrait logiquement exercer son ultime mandat, « la constitution de 2002 est claire à ce sujet : un septennat renouvelable une seule fois » se plait-il à rappeler. Mais il laisse la porte ouverte à une révision de cette dernière : «ce sera en principe mon dernier mandat, sauf si la Loi fondamentale venait à changer sur ce point» annonce-t-il. Et précise que « nulle part dans le monde, il n’existe de constitution immuable. Mais elle ne peut être modifiée que si le peuple le souhaite et l’approuve ». Dans cette longue interview, le chef de l’Etat congolais aborde également l’affaire des biens mal acquis (« Le but de ceux qui ont monté cette affaire de toutes pièces était de démoraliser les Congolais et de les inciter à la révolte »), la loi d’amnistie en faveur de son prédécesseur Pascal Lissouba («Je suis tout à fait disposé à l’examiner avec un a priori favorable »). Et revient sur le Gabon et l’après-Bongo (« Je ne resterai pas indifférent. Les problèmes du Gabon sont aussi les nôtres »).

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Denis Sassou Nguesso dans le Jeune Afrique N°2529, en kiosque dès lundi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Congo (Brazzaville)

Un explosif derby du Congo en quarts de finale de la CAN 2015

Un explosif derby du Congo en quarts de finale de la CAN 2015

La RD Congo, qui s'est qualifié en décrochant un nul face à la Tunisie lundi (1-1), retrouvera son frère rival du Congo en quarts de finale de la CAN 2015. Un derby qui s'annonce électrique. Mais[...]

CAN 2015 : "C'est un exploit pour la nation", disent les Congolais

L'émotion était très forte dans le vestiaire congolais dimanche après la victoire face au Burkina Faso (2-1), synonyme de qualification pour les quarts de finale de la CAN. Une première depuis[...]

C'est la CAN des surprises, le Congo et la Guinée équatoriale en quarts !

Le Congo, tombeur du Burkina Faso (2-1), et la Guinée équatoriale, vainqueur du Gabon (2-0), sont tous les deux qualifiés pour les quarts de finale de la CAN 2015 dans le groupe A. Les Diables rouges terminent[...]

CAN 2015 : Les trois miracles du Congo de Claude Leroy

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n'est plus qu'à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

CAN 2015 : Le Congo, quel exploit !

Le Congo, vainqueur du Gabon (1-0) dans le groupe A, s'est offert son premier succès en phase finale de la CAN depuis 1974 ! Pour en arriver là, les hommes de Claude Leroy, qui s'impose de plus en plus comme un[...]

CAN 2015 : Emilio Nsue, le héros de la Guinée équatoriale

La Guinée équatoriale a été tenue en échec lors du match d'ouverture de la CAN 2015 face au Congo (1-1), samedi à Bata. Le pays organisateur doit son salut à son attaquant Emilio[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

CAN 2015 : Claude Le Roy, l'humour face aux tracas

Même si sa colère est (un peu) retombée, Claude Le Roy, le sélectionneur du Congo, doit encore faire face à certaines difficultés logistiques, alors que son équipe dispute samedi 17[...]

Foot : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CAN 2015

Déjà connus ou en quête de reconnaissance, certains joueurs vont profiter de la CAN 2015 pour tenter de frapper les esprits. Jeune Afrique en a sélectionnés dix, toutes nationalités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090626130501 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090626130501 from 172.16.0.100