Extension Factory Builder
26/06/2009 à 13:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Denis Sassou Nguesso, candidat à sa succession Denis Sassou Nguesso, candidat à sa succession © Vincent Fournier / J.A

A deux semaines de la présidentielle du 12 juillet, le chef de l’Etat congolais, candidat pour un nouveau mandat, est un homme serein. Dans un entretien exclusif accordé à Jeune Afrique, il explique pourquoi il va gagner et livre ses vérités sur tous les sujets : l’affaire des « biens mal acquis », la transparence du scrutin, les critiques de l’opposition et les menaces de boycott de l’élection présidentielle, l’éventualité d’une nouvelle constitution, la disparition d’Omar Bongo Ondimba.

"J’ai encore des services à rendre à ce peuple congolais qui a fait ce que je suis et qui m’a tant donné ". C’est en ces termes que le chef de l’Etat congolais justifie sa candidature pour un nouveau mandat. Et il ne semble guère douter de sa victoire : « Je suis l’un des rares chefs d’Etat en exercice qui connaisse la médaille sous ses deux faces : la victoire mais aussi la défaite. Cela me donne un certain avantage. Question de sérénité» affirme-t-il.

Impassible, face aux griefs (transparence du scrutin, listes électorales non fiables) formulés par ses concurrents et attaques de ses adversaires les plus virulents, il déclare ne pas vouloir rendre coup par coup parce que « la politique n’est pas un combat de boxe » et martèle, en dépit de la menace de boycott des candidats de l’opposition, que «l’élection aura bien lieu, avec ou sans eux. L’exemple de l’Algérie est là pour le démontrer ».

S’il est élu, Denis Sassou Nguesso devrait logiquement exercer son ultime mandat, « la constitution de 2002 est claire à ce sujet : un septennat renouvelable une seule fois » se plait-il à rappeler. Mais il laisse la porte ouverte à une révision de cette dernière : «ce sera en principe mon dernier mandat, sauf si la Loi fondamentale venait à changer sur ce point» annonce-t-il. Et précise que « nulle part dans le monde, il n’existe de constitution immuable. Mais elle ne peut être modifiée que si le peuple le souhaite et l’approuve ». Dans cette longue interview, le chef de l’Etat congolais aborde également l’affaire des biens mal acquis (« Le but de ceux qui ont monté cette affaire de toutes pièces était de démoraliser les Congolais et de les inciter à la révolte »), la loi d’amnistie en faveur de son prédécesseur Pascal Lissouba («Je suis tout à fait disposé à l’examiner avec un a priori favorable »). Et revient sur le Gabon et l’après-Bongo (« Je ne resterai pas indifférent. Les problèmes du Gabon sont aussi les nôtres »).

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Denis Sassou Nguesso dans le Jeune Afrique N°2529, en kiosque dès lundi.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Congo (Brazzaville)

Congo-Brazzaville : Juste Bernardin Gavet, la force est avec lui

Congo-Brazzaville : Juste Bernardin Gavet, la force est avec lui

Juste Bernardin Gavet, premier secrétaire du mouvement jeunesse du parti présidentiel, veut changer la manière de faire de la politique. Et en redonner le goût aux nouvelles générat[...]

Congo-Brazzaville : vers une révision de la Constitution avant la présidentielle de 2016 ?

Pour ou contre une révision ou un changement de la Constitution qui permettrait au chef de l'État congolais, Denis Sassou Nguesso, de se représenter en 2016 ? Le débat fait rage. Le principal[...]

Le temps des embusqués

Dieu écrit droit avec des lignes courbes, dit un proverbe portugais. Au point que, parfois, on s'y perd un peu. Ainsi en va-t-il de la stratégie de communication pour laquelle semblent avoir opté Denis[...]

Congo Brazzaville : ça va bétonner à tout-va

Limitée jusqu'alors par la faible capacité de la société nationale, la production de ciment va être décuplée avec l'arrivée de trois nouveaux opérateurs.[...]

RDC - Congo : Mbata ya bakolo, un retour fortement conseillé

Les ressortissants de RDC sont priés de se mettre en règle ou de quitter le pays. Une opération qui accentue les tensions entre les deux voisins.[...]

BantuHub et l'avant-garde du numérique à Brazzaville

 Vérone Mankou, patron de VMK, est aussi, depuis sa création en 2010, l'un des soutiens et des formateurs du BantuHub, une plateforme destinée à donner aux développeurs, webmasters et[...]

Congo Brazzaville : quand les patrons passent à l'action

Afin de dynamiser le secteur privé, l'État a créé une agence pour aider les futurs entrepreneurs et attirer les fonds étrangers. Reste à changer les mentalités.[...]

CAN 2015 : le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Qualifié sur le terrain face au Congo (0-2, 2-0 et 4-3 aux tirs au but) pour le dernier tour qualificatif de la CAN 2015, le Rwanda a été éliminé sur tapis vert par la CAF, à la suite de[...]

Me Malonga : "Le verdict du procès de Ntsourou pourrait être prononcé en septembre"

Me Ambroise Hervé Malonga, l'avocat du colonel Ntsourou, explique la stratégie de son client, jugé depuis début juillet à Brazzaville. Ce dernier est notamment poursuivi pour[...]

En Afrique centrale, des raffineries à bout de souffle

Trop petits, les raffineurs du Cameroun, du Congo et du Gabon souffrent d'un manque de rentabilité. Mais loin de s'unir pour s'en sortir, ils optent pour une fuite en avant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex