Extension Factory Builder
16/06/2009 à 12:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les partisans de Mir Hossein Moussavi manifestent dans les rues de Téhéran Les partisans de Mir Hossein Moussavi manifestent dans les rues de Téhéran © DR

Active dans la rue, où elle organise manifestation sur manifestation, l'opposition iranienne l'est aussi sur Internet, où elle a investi les réseaux sociaux, qui lui permettent de s'organiser mais aussi de diffuser son message à l'étranger.

Trois jours après les élections présidentielles, l’opposition iranienne continue de dénoncer des résultats qu’elle juge frauduleux.

Depuis dimanche, les manifestations se succèdent, comme celle de lundi, maintenue malgré l’interdiction par le pouvoir, et à laquelle ont assisté les candidats perdants, dont Mir Hossein Moussavi. Manifestation réprimée violemment par les forces de l’ordre, et lors de laquelle sept personnes ont été tuées, selon les chiffres de la télévision officielle iranienne.

Mardi, deux rassemblements se préparent, l’un pour soutenir le président réélu, l’autre à l’initiative des supporteurs de l’opposant Mir Hossein Moussavi. Sur son site de campagne, ce dernier a appelé les manifestants à protester de manière calme et pacifique. Rien n’est moins sûr, puisque les deux rassemblements doivent se tenir au même endroit, sur la place Vali e Asr, à quelques heures d’intervalle. Mahmoud Ahmadinejad réélu, c’est donc tout un mouvement de révolte qui s’organise dans la rue…et dans les sphères virtuelles, où la colère n’est pas moins tenace.

La communication classique bâillonnée

Il est certain que cette mobilisation sans précédent en Iran a bénéficié d’une très large coordination, qui s’est organisée sur Internet, via les réseaux sociaux, tels Facebook ou Twitter. En effet, alors que depuis quelques jours une vaste « panne » empêche tout échange de SMS depuis les portables iraniens, Internet est devenu une plateforme d’échange incontournable pour organiser la lutte.

Muselée, la presse locale n’est plus crédible, et les médias étrangers ont été, pour certains, priés de plier bagage, tandis que les autres ont de grandes difficultés à obtenir les témoignages qu’ils recherchent. Dès lors, en coulisses (comprendre sur la Toile), les opposants relaient les informations à leur manière. Des vidéos montrant l’usage par les forces de l’ordre de gaz lacrymogènes ou des scènes d’émeutes dans les rue de Téhéran mais aussi, et surtout, des messages d’opinion et de protestation via Twitter et Facebook.

L’idée est de fédérer l’opposition, mais aussi de faire « sortir » les événements du pays, en montrant au monde ce qu’il se passe depuis que la jeunesse s’est embrasée. D’ailleurs, nombre de médias étrangers puisent une grande part de leurs informations sur le Net, devenue source une alternative d’information depuis que leurs correspondants sur place ont été expulsés.

La voix de la rue est sur Twitter

Les groupes sur Facebook ont fleuri et portent des noms qui traduisent bien le malaise et le mécontentement de ceux qui soutiennent Mir Hossein Moussavi. « Protest to massive vote-rigging in Iran » (Protestation contre la gigantesque fraude électorale en Iran) « Global support for the green tsunami Moussavi » (Soutien mondial au tsunami vert Moussavi) ou encore « We’ve been cheated, our democracy has been violated, we voted Moussavi » (Nous avons été dupés, notre démocratie a été violée, nous avons voté Moussavi), voici quels groupes les usagers de Facebook sont invités à rejoindre d’un simple clic.

Ou plutôt étaient invités à rejoindre, puisque l’accès au réseau social rencontre étrangement bug sur bug depuis la fermeture des bureaux de vote samedi. Passé entre les mailles de la censure, Twitter, le dernier-né du micro-blogging, apparaît donc désormais comme l’ultime moyen pour les Iraniens pro-Moussavi de faire entendre leur voix et d’exercer, à leur manière, leur propre propagande.

En 140 caractères, le message est bref et oscille entre slogans, liens vers des vidéos, des blogs et des sites d’information, ou encore appels au rassemblement.

Attention cependant à cette nouvelle tribune occupée par la voix du peuple iranien. D’abord parce que la « révolution Twitter » dont parle beaucoup la presse internationale ces jours-ci, n’est pas nécessairement le relais de la résistance qui semble s’engager sur le terrain. Ensuite parce que l’information donnée dans les « tweets » est brute, invérifiable et par là-même à ne pas forcément prendre au caractère près…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Moyen-Orient

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Arabie saoudite : qui était le roi Abdallah ?

Souffrant d'une pneumonie, le roi Abdallah d'Arabie saoudite est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à l'âge de 90 ans. Retour sur la vie de ce monarque et acteur clé de la complexe géopolitique[...]

Arabie Saoudite : #JeSuisRaif Badawi, un hashtag contre l'obscurantisme

Avec #JeSuisRaif, une mobilisation d'ampleur en faveur de la libération du blogueur saoudien Raif Badawi s'est engagée sur internet. Décryptage de cette mobilisation en ligne.[...]

Yémen : que contient l'accord entre le président et les miliciens chiites qui occupent Sanaa ?

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi et les miliciens chiites ont conclu mercredi soir un accord qui prévoit le retrait des rebelles des secteurs clés de la capitale, en échange de concessions sur le[...]

Yémen : qui sont les Houthi, les miliciens chiites qui ont pris le contrôle de Sanaa ?

Les miliciens chiites houthi se sont emparés mardi du palais présidentiel à Sanaa, la capitale du Yémen. Menés par Abdel Malek al-Houthi, ils menacent désormais le sud du pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090616124627 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20090616124627 from 172.16.0.100