Extension Factory Builder
24/03/2009 à 11:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence

Le secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été investi dimanche candidat pour la présidentielle tunisienne d’octobre prochain. Sous la bannière d'une coalition de gauche, Ahmed Brahim entend incarner « un vrai candidat de rupture ».

Ahmed Brahim, secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été officiellement investi dimanche candidat à la présidence en Tunisie sous la bannière d'une coalition de gauche.

Il affirme vouloir faire front au président sortant Zine El Abidine Ben Ali, 72 ans, candidat à sa propre succession pour un cinquième quinquennat à l'élection d'octobre prochain.

Ahmed Brahim, 62 ans, dirige depuis deux ans le Mouvement Ettajdid (Renouveau, opposition légale, trois députés)), héritier de l'ex-Parti communiste de 1920 et son parti chapeaute l'Initiative démocratique (ID) formée de petits groupes de gauche et d'indépendants dont il sera le candidat à la présidence.

"Ma candidature n'est pas symbolique, je m'engage dans une véritable compétition pour m'opposer fermement, d'égal à égal, au candidat du pouvoir", a-t-il déclaré lors d'une première réunion publique de sa coalition à Tunis.

« Je suis un candidat de rupture »

Cet universitaire se pose en défenseur d'un "Etat démocratique moderne et laïque" en rupture avec l'opposition radicale proche des islamistes, tout comme avec l'opposition parlementaire modérée qui soutient le président Ben Ali.

"Ma candidature n'est pas symbolique ni de pure forme. Je suis un candidat de rupture, un vrai candidat de l'opposition, pas pour faire de la figuration", a-t-il dit, entouré de ses partisans et répétant qu'il était "temps de passer de la dissidence à une véritable opposition" et "de rompre avec l'autoritarisme".

Evoquant un "immense déséquilibre de moyens" entre le pouvoir et ses opposants, ce candidat a pris acte de l'engagement du président Ben Ali pour un scrutin honnête et proposé qu'il soit contrôlé par une structure indépendante, et non plus par le ministère de l'Intérieur.

Il a exigé une réforme "radicale" du système électoral, l'assainissement du climat politique avec la garantie des libertés de réunion et d'organisation et de presse, ainsi que l'annulation d'un projet de loi instaurant, selon lui, un contrôle préalable des discours publics des candidats.

Troisième candidat de l’opposition

Il a réclamé aussi la libération de "tous ceux qui ont été jugés pour leurs opinions", dont les militants condamnés suite aux troubles sociaux qui ont eu lieu en 2008 dans la région minière de Gafsa (sud-ouest).

M. Brahmi est le 3ème candidat déclaré de l'opposition avec MM. Mohamed Bouchiha, chef du Parti de l'Unité populaire et Ahmed Inoubli, du Parti social libéral, deux partis parlementaires modérés.

La candidature d'opposants à la présidence est rendue possible par une loi exceptionnelle votée en dérogation de la Constitution qui exige le parrainage de trente élus, une condition qu'aucune formation d'opposition ne peut remplir à elle seule.

Cette loi permet donc à des opposants de postuler mais pose la condition d'être un chef élu en exercice, écartant de ce fait Ahmed Nejib Chebbi, fondateur du Parti démocratique Progressiste (PDP) dont il n'assure plus la présidence.

Le président Ben Ali, qui avait été réélu en 2004 avec 94,4% des voix face à trois concurrents, s'est engagé à la présence d'observateurs aux élections générales et à faire en sorte qu'elles se déroulent "dans un contexte de transparence, de respect de la légalité et d'observance des règles de la pratique démocratique".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans) quitte la Tunisie, après l’élimination de son équipe, samedi soir, en demi-finale de la Ligue des[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers