Extension Factory Builder
24/03/2009 à 11:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence

Le secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été investi dimanche candidat pour la présidentielle tunisienne d’octobre prochain. Sous la bannière d'une coalition de gauche, Ahmed Brahim entend incarner « un vrai candidat de rupture ».

Ahmed Brahim, secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été officiellement investi dimanche candidat à la présidence en Tunisie sous la bannière d'une coalition de gauche.

Il affirme vouloir faire front au président sortant Zine El Abidine Ben Ali, 72 ans, candidat à sa propre succession pour un cinquième quinquennat à l'élection d'octobre prochain.

Ahmed Brahim, 62 ans, dirige depuis deux ans le Mouvement Ettajdid (Renouveau, opposition légale, trois députés)), héritier de l'ex-Parti communiste de 1920 et son parti chapeaute l'Initiative démocratique (ID) formée de petits groupes de gauche et d'indépendants dont il sera le candidat à la présidence.

"Ma candidature n'est pas symbolique, je m'engage dans une véritable compétition pour m'opposer fermement, d'égal à égal, au candidat du pouvoir", a-t-il déclaré lors d'une première réunion publique de sa coalition à Tunis.

« Je suis un candidat de rupture »

Cet universitaire se pose en défenseur d'un "Etat démocratique moderne et laïque" en rupture avec l'opposition radicale proche des islamistes, tout comme avec l'opposition parlementaire modérée qui soutient le président Ben Ali.

"Ma candidature n'est pas symbolique ni de pure forme. Je suis un candidat de rupture, un vrai candidat de l'opposition, pas pour faire de la figuration", a-t-il dit, entouré de ses partisans et répétant qu'il était "temps de passer de la dissidence à une véritable opposition" et "de rompre avec l'autoritarisme".

Evoquant un "immense déséquilibre de moyens" entre le pouvoir et ses opposants, ce candidat a pris acte de l'engagement du président Ben Ali pour un scrutin honnête et proposé qu'il soit contrôlé par une structure indépendante, et non plus par le ministère de l'Intérieur.

Il a exigé une réforme "radicale" du système électoral, l'assainissement du climat politique avec la garantie des libertés de réunion et d'organisation et de presse, ainsi que l'annulation d'un projet de loi instaurant, selon lui, un contrôle préalable des discours publics des candidats.

Troisième candidat de l’opposition

Il a réclamé aussi la libération de "tous ceux qui ont été jugés pour leurs opinions", dont les militants condamnés suite aux troubles sociaux qui ont eu lieu en 2008 dans la région minière de Gafsa (sud-ouest).

M. Brahmi est le 3ème candidat déclaré de l'opposition avec MM. Mohamed Bouchiha, chef du Parti de l'Unité populaire et Ahmed Inoubli, du Parti social libéral, deux partis parlementaires modérés.

La candidature d'opposants à la présidence est rendue possible par une loi exceptionnelle votée en dérogation de la Constitution qui exige le parrainage de trente élus, une condition qu'aucune formation d'opposition ne peut remplir à elle seule.

Cette loi permet donc à des opposants de postuler mais pose la condition d'être un chef élu en exercice, écartant de ce fait Ahmed Nejib Chebbi, fondateur du Parti démocratique Progressiste (PDP) dont il n'assure plus la présidence.

Le président Ben Ali, qui avait été réélu en 2004 avec 94,4% des voix face à trois concurrents, s'est engagé à la présence d'observateurs aux élections générales et à faire en sorte qu'elles se déroulent "dans un contexte de transparence, de respect de la légalité et d'observance des règles de la pratique démocratique".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex