Extension Factory Builder
24/03/2009 à 11:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence Ahmed Brahim troisième candidat de l'opposition à la présidence

Le secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été investi dimanche candidat pour la présidentielle tunisienne d’octobre prochain. Sous la bannière d'une coalition de gauche, Ahmed Brahim entend incarner « un vrai candidat de rupture ».

Ahmed Brahim, secrétaire général du Mouvement Ettajdid a été officiellement investi dimanche candidat à la présidence en Tunisie sous la bannière d'une coalition de gauche.

Il affirme vouloir faire front au président sortant Zine El Abidine Ben Ali, 72 ans, candidat à sa propre succession pour un cinquième quinquennat à l'élection d'octobre prochain.

Ahmed Brahim, 62 ans, dirige depuis deux ans le Mouvement Ettajdid (Renouveau, opposition légale, trois députés)), héritier de l'ex-Parti communiste de 1920 et son parti chapeaute l'Initiative démocratique (ID) formée de petits groupes de gauche et d'indépendants dont il sera le candidat à la présidence.

"Ma candidature n'est pas symbolique, je m'engage dans une véritable compétition pour m'opposer fermement, d'égal à égal, au candidat du pouvoir", a-t-il déclaré lors d'une première réunion publique de sa coalition à Tunis.

« Je suis un candidat de rupture »

Cet universitaire se pose en défenseur d'un "Etat démocratique moderne et laïque" en rupture avec l'opposition radicale proche des islamistes, tout comme avec l'opposition parlementaire modérée qui soutient le président Ben Ali.

"Ma candidature n'est pas symbolique ni de pure forme. Je suis un candidat de rupture, un vrai candidat de l'opposition, pas pour faire de la figuration", a-t-il dit, entouré de ses partisans et répétant qu'il était "temps de passer de la dissidence à une véritable opposition" et "de rompre avec l'autoritarisme".

Evoquant un "immense déséquilibre de moyens" entre le pouvoir et ses opposants, ce candidat a pris acte de l'engagement du président Ben Ali pour un scrutin honnête et proposé qu'il soit contrôlé par une structure indépendante, et non plus par le ministère de l'Intérieur.

Il a exigé une réforme "radicale" du système électoral, l'assainissement du climat politique avec la garantie des libertés de réunion et d'organisation et de presse, ainsi que l'annulation d'un projet de loi instaurant, selon lui, un contrôle préalable des discours publics des candidats.

Troisième candidat de l’opposition

Il a réclamé aussi la libération de "tous ceux qui ont été jugés pour leurs opinions", dont les militants condamnés suite aux troubles sociaux qui ont eu lieu en 2008 dans la région minière de Gafsa (sud-ouest).

M. Brahmi est le 3ème candidat déclaré de l'opposition avec MM. Mohamed Bouchiha, chef du Parti de l'Unité populaire et Ahmed Inoubli, du Parti social libéral, deux partis parlementaires modérés.

La candidature d'opposants à la présidence est rendue possible par une loi exceptionnelle votée en dérogation de la Constitution qui exige le parrainage de trente élus, une condition qu'aucune formation d'opposition ne peut remplir à elle seule.

Cette loi permet donc à des opposants de postuler mais pose la condition d'être un chef élu en exercice, écartant de ce fait Ahmed Nejib Chebbi, fondateur du Parti démocratique Progressiste (PDP) dont il n'assure plus la présidence.

Le président Ben Ali, qui avait été réélu en 2004 avec 94,4% des voix face à trois concurrents, s'est engagé à la présence d'observateurs aux élections générales et à faire en sorte qu'elles se déroulent "dans un contexte de transparence, de respect de la légalité et d'observance des règles de la pratique démocratique".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers