Extension Factory Builder
11/12/2008 à 11:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

L’entreprise camerounaise a décroché le marché du ramassage et du traitement des ordures de la ville de Niamey. Une première à l’international, qu’elle entend rééditer.

Pour 1 milliard de F CFA par an (1,5 million d’euros), Hysacam, l’entreprise camerounaise d’hygiène et de salubrité, sera désormais chargée de la collecte, du ramassage et du traitement des déchets ménagers (incinération) de Niamey, la capitale du Niger. Le contrat, d’une durée de cinq ans, a été conclu en novembre dernier entre Michel Ngapanoun, son directeur général, et Dia Salifou Aboubacar, le président du conseil de la communauté urbaine de Niamey. Un marché négocié entre les deux parties après quelques mois de discussions.

L’agglomération de Niamey compte près de 1,5 million d’habitants. Mais la croissance de sa population (près de 4,8 % par an) et son extension géographique urbaine, avec une superficie de 255 km², génèrent un besoin croissant en infrastructures et en services publics d’hygiène et d’assainissement. La collecte des déchets ménagers était jusque-là assurée par une régie directe de la municipalité et une mise à contribution des associations, qui ont atteint leurs limites. Hysacam doit parvenir à professionnaliser les opérations de collecte et de traitement.

Deux semaines avant la signature du contrat, une douzaine de camions-bennes de l’entreprise camerounaise s’étaient déjà positionnés dans les rues de Niamey. Une centaine d’employés, de balayeurs et d’agents administratifs ont également été recrutés sur place. La direction de cette filiale sera assurée par Christian Djeutcheu, un cadre maison formé en France par Veolia, société liée à Hysacam par un partenariat technique depuis 2006.

L’entreprise camerounaise récolte ainsi les fruits d’un redressement entamé avec succès en 1994, lorsqu’un groupe de cadres maison décida de racheter 80 % des parts que le groupe français GranJouan, associé de Sita, revendait pour quitter le pays après quelques années de lourdes pertes. Niamey sera ainsi la première capitale non camerounaise à bénéficier – tout comme Yaoundé – d’un système de collecte « à l’européenne », avec des bennes à compaction qui sillonnent la ville à longueur de journée.

 

Un parc de 300 camions

Certes, le contrat décroché au Niger reste modeste par rapport à ceux signés au Cameroun par Hysacam, loin ainsi des 6 milliards de F CFA que rapporte annuellement la communauté urbaine de Yaoundé ou des 7,5 milliards de celle de Douala. « Le marché, affirme Michel Ngapanoun, a été adapté aux réalités de la capitale du Niger. Nous sommes à la phase initiale d’un processus qui va certainement évoluer. » Car Niamey est surtout un premier pas significatif de l’entreprise camerounaise sur des marchés internationaux où elle n’était pas présente jusque-là.

Avec l’ouverture d’une succursale au Niger, Hysacam devient l’un des rares groupes proprement africains à prospérer sur le marché du ramassage et du traitement des ordures en milieu urbain. La plupart des grandes capitales africaines ont en effet confié ce secteur à des groupes étrangers, souvent français, comme Veolia. Née en 1969, Hysacam tente ainsi de cultiver sa spécificité, en revendiquant à ce jour quasiment toutes les villes de grande et moyenne importance du Cameroun, soit un périmètre de 5 millions de personnes, un chiffre d’affaires de 16 milliards de F CFA (25 millions d’euros), 3 000 salariés, et un parc, en 2008, de plus de 300 camions et engins que l’entreprise entend bien déployer hors du Cameroun.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Récupérer le gaz à effet de serre

Article précédent :
Bio express : Ali Lakiss

Niger

Niger : Mahamadou Issoufou 'optimiste' quant à la libération de Serge Lazarevic

Niger : Mahamadou Issoufou "optimiste" quant à la libération de Serge Lazarevic

Le président nigérien, Mahamadou Issoufou, s'est déclaré dimanche "optimiste" quant à la libération prochaine de Serge Lazarevic, à la veille du 3e anniversaire de l'enl&e[...]

Manuel Valls au Niger pour la lutte anti-terroriste et les mines d'Areva

Le Premier ministre français Manuel Valls est arrivé dimanche matin à Niamey, pour une visite consacrée à la lutte anti-terroriste et aux mines d'uranium exploitées par Areva au Niger.[...]

Niger : au moins un soldat tué à l'ouest dans une attaque revendiquée par le Mujao

Au moins un militaire nigérien est mort mercredi soir lors d'une attaque jihadiste dans l'ouest du Niger, près de la frontière malienne.[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Niger : l'ancien président Mamadou Tandja va mal

Renversé en 2010, Mamadou Tandja a été évacué d'urgence vers Rabat le 13 novembre en raison de son état de santé.[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare d'une ville proche du Niger

Le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram s'est emparé d'une localité proche de la frontière du Niger, après de violents combats avec l'armée nigériane, a appris l'AFP[...]

Bloomfield va noter six filiales de Bank of Africa

L'agence de notation Bloomfield Investment a été désignée par le groupe Bank of Africa pour noter six de ses filiales au Sénégal, en côte d'Ivoire, au Bénin, au Mali, au Niger[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Pourquoi le Niger a acheté un avion de renseignement à 10 millions d'euros

Le gouvernement du Niger a annoncé mercredi avoir fait l'acquisition d'un avion de renseignement pour lutter contre les groupes armés islamistes le long de ses frontières avec le Mali et la Libye. Quelles en[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces