Extension Factory Builder
11/12/2008 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le directeur général de Saf Cacao, entreprise de négoce créée à San Pedro, a réussi à se hisser, en moins de cinq ans, au niveau des multinationales du cacao en Côte d’Ivoire.

Assis dans ses bureaux du Port autonome de San Pedro, ­deuxième ville portuaire de Côte d’Ivoire, Ali Lakiss passe l’essentiel de son temps au téléphone avec des clients, les yeux rivés sur l’écran de son ordinateur pour suivre les cours du cacao à Londres. Ivoiro-Libanais de 43 ans, marié et père de cinq enfants, il dirige la Société Amer et frères (Saf Cacao). Avec un chiffre d’affaires record de 150 milliards de F CFA (230 millions d’euros) l’année dernière et plus de 140 000 tonnes de fèves exportées, Ali Lakiss emploie 400 personnes, dont une quarantaine de cadres américains, européens ou africains. « Des experts venus des meilleures écoles », commente-t-il, lui qui n’a pas dépassé le niveau du bac.

 

Un investissement de 20 millions d’euros

Ali Lakiss s’est lancé dans le négoce du café-cacao il y a une vingtaine d’années. Il s’installe en 1987 à Adzopé, sa ville natale située dans le sud de la Côte d’Ivoire, où il joue le rôle d’intermédiaire entre les planteurs et les exportateurs. Avec l’appui de petits prêts bancaires, son activité grandit peu à peu. En pleine crise ivoirienne en 2004, au moment où les multinationales décident de s’installer dans les pays voisins, il fonde Saf Cacao avec deux associés ivoiro-libanais comme lui, Adnan Amer, 42 ans, et Ahmed Amer, 47 ans. « Nous pratiquions le même métier et nous avons saisi l’occasion de passer du statut d’acheteurs intermédiaires à celui d’exportateurs », explique Ali Lakiss. L’année précédente, ils avaient acheté 40 000 tonnes de fèves à eux trois. Pour son premier exercice, Saf Cacao traite 65 000 tonnes. Les exportations dépassent les 100 000 tonnes en 2005, avant d’atteindre 140 000 tonnes à la dernière campagne, surclassant les américains Cargill (100 000 tonnes), ADM (85 000 tonnes) et le suisse Barry Callebaut, qui vient par ailleurs de tripler la capacité de production de son usine de San Pedro, la portant à 105 000 tonnes de fèves par an. Un investissement de 30 millions d’euros.

Saf Cacao n’est pas en reste : la PME exportatrice aura, elle aussi, son unité de broyage et de transformation. En septembre dernier, les trois associés ont créé Choco Ivoire, une usine pour laquelle ils ont réuni 20 millions d’euros, dont 80 % auprès de trois groupes bancaires, Ecobank, la Société ivoirienne de banques (SIB) et la BIAO. L’usine de San Pedro est en cours de construction et devrait accueillir bientôt des machines commandées à l’allemand Buhler, l’un des spécialistes de l’activité. D’une capacité annuelle de 100 000 tonnes, elle doit entrer en service en 2009 avec un premier objectif de 35 000 tonnes. « Toutes les conditions hygiéniques répondant aux standards internationaux seront réunies. Choco Ivoire pourra exporter la masse de cacao [résultat du broyage, NDLR], mais aussi des produits semi-finis et d’autres dérivés vers toutes les destinations du monde », affirme Ali Lakiss en affichant un grand sourire. Dont il ne se départ pas à l’énoncé d’une rumeur insistante le concernant : il ferait partie du camp Gbagbo et préparerait la campagne du président dans la région. « Une réussite suscite toujours des jalousies. Le business du cacao est héréditaire chez nous, moi et mes associés », rétorque-t-il. Avant d’ajouter qu’une fois l’usine de San Pedro rentabilisée il compte en construire une seconde sur le port d’Abidjan.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Bio express : Ali Lakiss

Article pr�c�dent :
Le pays en bref

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : le 'miracle' économique à l'épreuve

Côte d'Ivoire : le "miracle" économique à l'épreuve

Croissance impressionnante, construction à tout va, climat des affaires assaini... La Côte d'Ivoire fait des progrès considérables depuis la crise de 2010. Mais tout le monde n'en profite pas.[...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA_2500_p085.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA_2500_p085.xml0 from 172.16.0.100