Extension Factory Builder
26/11/2008 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les petits soldats qui, à l’écran, sèment la terreur, tuent, violent, ont quitté leur fauteuil pour regarder Johnny Mad Dog, présenté le 18 novembre en avant-première à Paris, sur les Champs-Élysées. Dagbeh a préféré s’asseoir sur les genoux de Karin Muris, la coach qui a fait travailler les jeunes comédiens. Barry, lui, était à terre, la tête posée sur les genoux de Benoît Jaubert, le producteur associé. À la fin de la présentation, Christopher avait les larmes aux yeux. Tous voyaient le film pour la première fois.

Fallait-il faire jouer ces enfants traumatisés ? Pour Jean-Stéphane Sauvaire, le réalisateur, les enfants savent parfaitement faire la différence entre « jouer » une scène de guerre et la réalité. « Nous avons travaillé sur le corps et les émotions, nous ne leur avons pas demandé de fouiller dans leurs propres vécus. Surtout pas. Ils pleurent sur commande, pour la caméra, pas parce qu’ils sont tristes. Ce sont de vrais acteurs », explique Karin Muris. « Pour les jeunes, ce film ne tient pas lieu de thérapie », estime Marie-Rose Moro, psychiatre spécialiste de l’enfance et de l’adolescence. Et ils sont loin d’être sortis du cauchemar. « Je me souviens d’une maman, venue récupérer sa fille, ancienne combattante, après des semaines de soins auprès de nous. Elle m’a dit : “Merci d’avoir soigné ma fille, même si vous ne l’avez pas guérie”. » On ne guérit jamais vraiment de telles blessures.

Depuis les années 1990, le recrutement d’enfants par les bandes armées, voire les forces régulières, se développe de plus en plus. La secrétaire d’État française aux Droits de l’homme, Rama Yade, affirme avoir fait de la lutte contre ce phénomène une priorité. Depuis 2006 existent les Engagements de Paris, un texte de référence pour lutter contre l’enrôlement des enfants. Pour le moment, seuls 17 États ont signé. Signe encourageant, les premiers recruteurs d’enfants, dont l’un des plus connus d’entre eux, Charles Taylor, commencent à devoir rendre des comptes devant le Tribunal international. Peut-être la fin d’une trop longue impunité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
fiche signalétique

Article précédent :
Néjib Chebbi engage le bras de fer

Libéria

Ebola : le Liberia ferme partiellement ses frontières, le Nigeria en alerte

Ebola : le Liberia ferme partiellement ses frontières, le Nigeria en alerte

Une partie des frontières du Liberia vont être fermées afin d'essayer de juguler l'épidémie d'Ebola, la plus meurtrière depuis la découverte du virus. La présidente Ellen John[...]

Ebola : premier cas à Freetown, deux Américains contaminés au Liberia

Le premier cas confirmé de décès dû au virus Ebola a été enregistré dans la capitale de la Sierra Leone, tandis que deux citoyens américains, engagés dans la lutte[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Selon l'OMS, l'épidémie de virus Ebola "peut être stoppée" en Afrique de l'Ouest

Après une accalmie au mois d'avril, la grave épidémie de virus Ebola qui touche l'Afrique de l'Ouest est repartie à la hausse ces derniers jours. Selon des responsables de l'OMS, celle-ci peut encore[...]

Ebola : l'Afrique de l'Ouest réunie à Accra pour riposter à l'épidémie

L'Afrique de l'Ouest, dont onze pays sont réunis à Accra en compagnie d'experts internationaux mercredi et jeudi, tente de riposter à l'épidémie d'Ebola qui a déjà fait 467 morts[...]

Guinée : Ebola, la fièvre monte à Conakry

Ebola tue maintenant au Liberia et en Sierra Leone, mais c'est toujours la Guinée qui paie le plus lourd tribut. Reportage dans un hôpital de Conakry, où l'on se bat pour sauver des vies.[...]

Guinée : polémique entre Alpha Condé et MSF autour de l'épidémie d'Ebola

Le torchon brûle entre le président guinéen, Alpha Condé, et l'organisation Médecins sans frontières (MSF). Lundi 23 juin, celle-ci avait ainsi estimé que l'épidémie[...]

Commissions Vérité : à quoi servent-elles ?

Depuis le 9 juin dernier, l'Instance Vérité et Dignité est en marche en Tunisie. Une dizaine d'autres commissions du même genre ont déjà été mises en place sur le continent.[...]

Ebola : l'épidémie est "hors de contrôle" en Afrique de l'Ouest, selon MSF

L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a affirmé lundi que la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone comptaient "60 foyers actifs" de fièvre hémorragique, en grande partie due au[...]

Liberia : Charles Taylor souhaite être transféré au Rwanda

Incarcéré en Angleterre après avoir été condamné en 2012 à 50 ans pour crimes contre l'humanité en Sierra Leone, Charles Taylor souhaite être transféré au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers