Extension Factory Builder
26/11/2008 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les petits soldats qui, à l’écran, sèment la terreur, tuent, violent, ont quitté leur fauteuil pour regarder Johnny Mad Dog, présenté le 18 novembre en avant-première à Paris, sur les Champs-Élysées. Dagbeh a préféré s’asseoir sur les genoux de Karin Muris, la coach qui a fait travailler les jeunes comédiens. Barry, lui, était à terre, la tête posée sur les genoux de Benoît Jaubert, le producteur associé. À la fin de la présentation, Christopher avait les larmes aux yeux. Tous voyaient le film pour la première fois.

Fallait-il faire jouer ces enfants traumatisés ? Pour Jean-Stéphane Sauvaire, le réalisateur, les enfants savent parfaitement faire la différence entre « jouer » une scène de guerre et la réalité. « Nous avons travaillé sur le corps et les émotions, nous ne leur avons pas demandé de fouiller dans leurs propres vécus. Surtout pas. Ils pleurent sur commande, pour la caméra, pas parce qu’ils sont tristes. Ce sont de vrais acteurs », explique Karin Muris. « Pour les jeunes, ce film ne tient pas lieu de thérapie », estime Marie-Rose Moro, psychiatre spécialiste de l’enfance et de l’adolescence. Et ils sont loin d’être sortis du cauchemar. « Je me souviens d’une maman, venue récupérer sa fille, ancienne combattante, après des semaines de soins auprès de nous. Elle m’a dit : “Merci d’avoir soigné ma fille, même si vous ne l’avez pas guérie”. » On ne guérit jamais vraiment de telles blessures.

Depuis les années 1990, le recrutement d’enfants par les bandes armées, voire les forces régulières, se développe de plus en plus. La secrétaire d’État française aux Droits de l’homme, Rama Yade, affirme avoir fait de la lutte contre ce phénomène une priorité. Depuis 2006 existent les Engagements de Paris, un texte de référence pour lutter contre l’enrôlement des enfants. Pour le moment, seuls 17 États ont signé. Signe encourageant, les premiers recruteurs d’enfants, dont l’un des plus connus d’entre eux, Charles Taylor, commencent à devoir rendre des comptes devant le Tribunal international. Peut-être la fin d’une trop longue impunité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
fiche signalétique

Article précédent :
Néjib Chebbi engage le bras de fer

Libéria

Ebola : 'Je suis un Libérien, pas un virus', la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes origi[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Ebola : contrôles renforcés aux aéroports des États-Unis et du Canada

Après la mort mercredi du patient atteint d'Ebola au Texas, Washington et Ottawa ont annoncé le renforcement du contrôle des voyageurs en provenance de tous les pays africains touchés par le virus.[...]

Banque mondiale : Ebola pourrait coûter 32,6 milliards de dollars

Selon un rapport de la Banque mondiale sur "l'impact économique d'Ebola" en Afrique de l'Ouest, le pire pourrait être à venir pour les pays touchés si une "réponse[...]

Liberia : Bloody Martina, une tueuse derrière les barreaux ?

Martina Johnson était l'un des lieutenants de Charles Taylor. Elle vient d'être inculpée en Belgique pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.[...]

L'UA plaide pour "plus de ressources humaines" dans la lutte contre Ebola

Lors d'une réunion de l'Organisation de coopération et de développement (OCDE), tenue lundi à Paris, l'Union africaine (UA) a plaidé pour l'envoi de plus de personnel pour mieux lutter contre[...]

Liberia : le quatrième Américain victime d'Ebola a été évacué de Monrovia

Selon des sources humanitaires, le cameraman américain qui a été infecté par le virus Ebola au Liberia a quitté dimanche Monrovia vers un "centre spécialisé".[...]

Les États-Unis tentent de circonscrire sur leur sol Ebola, qui s'étend en Afrique

Les États-Unis, où est hospitalisé le premier cas de fièvre Ebola hors d'Afrique, ont annoncé vendredi conserver sous surveillance 50 personnes susceptibles d'avoir été en contact[...]

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide[...]

Ce mal qui sème la terreur

Ni nous ni surtout, et c'est le plus grave, nos dirigeants politiques, pourtant comptables de la santé de leurs concitoyens, n'ont écouté les hommes et les femmes d'expérience. Dès le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers