Extension Factory Builder
19/11/2008 à 07:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis le 12 juin 2008, après vingt-quatre heures de combats à l’arme lourde et des morts dans les deux camps, deux armées – l’une djiboutienne et l’autre érythréenne – se regardent en chiens de faïence sans que la communauté internationale ne s’émeuve vraiment. À peine a-t-on entendu quelques beaux discours et pseudo-menaces à l’encontre de l’Érythrée. Je sais bien que c’est une énième guerre des pauvres dans un contexte largement tourné vers la crise financière et les élections américaines… Mais n’est-ce pas, tout de même, légèrement plus que cela ? Je sais bien que c’est un petit problème au regard des autres conflits actuels ou à venir… Comme je sais aussi que ce genre de sujet n’est pas aussi vendeur qu’un article sur le changement de Premier ministre en Algérie ou sur la rébellion d’un chef tutsi quelque part dans l’est du Congo… Mais doit-on attendre une reprise du conflit ? Doit-on attendre les 500 ou les 1 000 premiers morts pour que J.A. nous offre une couverture ou deux pages ? Doit-on se contenter de deux lignes perdues dans l’immensité de notre journal ? La guerre Djibouti-Érythrée est une des rares guerres interétatiques qui ne dit pas (encore) son nom… Tous les ingrédients sont là pour accroître l’instabilité dans la région. Certes, la situation idéale de Djibouti sur le Bab el-Mandeb suscite des convoitises depuis longtemps, mais, jusque-là, les menaces n’étaient pas réelles. Si l’État djiboutien avait les moyens de supporter un effort de guerre pendant dix ans, je n’aurais pas écrit cette lettre… Il lui suffirait de s’armer de plus en plus pour bouter l’ennemi hors de Doumeira (frontière nord du pays). Mais notre pays n’a malheureusement pas les moyens de se développer tout en se dotant d’un outil militaire dissuasif… Or, si ce conflit tombe dans l’oubli, et c’est ce que je voulais dire, cela incitera l’un des camps à lancer une offensive qui, à coup sûr, sera mortelle pour beaucoup…
Hassan Gouled, par courriel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rectificatif


Article précédent :
Novembre 2008

Djibouti

Djibouti : petit écran, jeunes talents

Djibouti : petit écran, jeunes talents

Pour ses 60 ans, la radio-télévision nationale djiboutienne bouscule sa grille. Place au divertissement et à la téléréalité. Avec, en vedette, des programmes inspir&eac[...]

À Djibouti, le français tire la langue

Depuis quinze ans, l'arabe prend de plus en plus d'importance. L'anglais, lui aussi, frappe à la porte. Un rééquilibrage culturel d'un côté, un virage commercial de l'autre. Et la fin[...]

Djibouti : l'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année

L'assurance maladie universelle, c'est pour la fin de l'année. Les principaux bénéficiaires ? Les catégories les plus vulnérables de la population. Mais gare à la dépense.[...]

Djibouti : entre l'opposition et le pouvoir, le dialogue est rompu

Des élus d'opposition qui refusent de siéger à l'Assemblée, un président qui leur tend la main, puis réprime leurs manifestations... Au secours, le dialogue est en panne ![...]

Terrorisme, piraterie : Djibouti, en première ligne

Sa position stratégique le met au centre de la lutte contre la piraterie et le terrorisme dans la Corne de l'Afrique. Résultat : le pays est courtisé par les Occidentaux, qui y déploient leurs[...]

Djibouti : les monts Goda, un monde à l'agonie

Rongée par un champignon et par la sécheresse, l'une des dernières forêts primaires du continent se meurt. Des habitants se mobilisent pour la sauver.[...]

Djibouti : carrefour dangereux

Comment peut-on être Djiboutien ? Lors de la proclamation de l'indépendance, il y a tout juste trente-sept ans, la question pouvait légitimement se poser : aux yeux de ses voisins éthiopien et[...]

Djibouti - Mahmoud Ali Youssouf : "Avec l'Éthiopie, nous sommes la locomotive de la région"

Présence militaire étrangère, émergence de la Chine, tiédeur des relations avec la France, refus de légaliser les partis islamistes, axe géostratégique avec[...]

Les liaisons parisiennes de Kenya Airways

Alors que les attentats terroristes n'augurent rien de bon pour le tourisme kényan, la compagnie espère beaucoup de son alliance avec Air France. La preuve : elle vient de renforcer ses vols à[...]

Djibouti : pas de pétrole mais des IDE

Peu de ressources naturelles, mais des investissements directs étrangers qui affluent. Voilà l'atout majeur de la petite république, dont la croissance est dopée par ses activités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers