Extension Factory Builder
19/11/2008 à 07:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis le 12 juin 2008, après vingt-quatre heures de combats à l’arme lourde et des morts dans les deux camps, deux armées – l’une djiboutienne et l’autre érythréenne – se regardent en chiens de faïence sans que la communauté internationale ne s’émeuve vraiment. À peine a-t-on entendu quelques beaux discours et pseudo-menaces à l’encontre de l’Érythrée. Je sais bien que c’est une énième guerre des pauvres dans un contexte largement tourné vers la crise financière et les élections américaines… Mais n’est-ce pas, tout de même, légèrement plus que cela ? Je sais bien que c’est un petit problème au regard des autres conflits actuels ou à venir… Comme je sais aussi que ce genre de sujet n’est pas aussi vendeur qu’un article sur le changement de Premier ministre en Algérie ou sur la rébellion d’un chef tutsi quelque part dans l’est du Congo… Mais doit-on attendre une reprise du conflit ? Doit-on attendre les 500 ou les 1 000 premiers morts pour que J.A. nous offre une couverture ou deux pages ? Doit-on se contenter de deux lignes perdues dans l’immensité de notre journal ? La guerre Djibouti-Érythrée est une des rares guerres interétatiques qui ne dit pas (encore) son nom… Tous les ingrédients sont là pour accroître l’instabilité dans la région. Certes, la situation idéale de Djibouti sur le Bab el-Mandeb suscite des convoitises depuis longtemps, mais, jusque-là, les menaces n’étaient pas réelles. Si l’État djiboutien avait les moyens de supporter un effort de guerre pendant dix ans, je n’aurais pas écrit cette lettre… Il lui suffirait de s’armer de plus en plus pour bouter l’ennemi hors de Doumeira (frontière nord du pays). Mais notre pays n’a malheureusement pas les moyens de se développer tout en se dotant d’un outil militaire dissuasif… Or, si ce conflit tombe dans l’oubli, et c’est ce que je voulais dire, cela incitera l’un des camps à lancer une offensive qui, à coup sûr, sera mortelle pour beaucoup…
Hassan Gouled, par courriel

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Rectificatif


Article précédent :
Novembre 2008

Djibouti

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Ismaïl Omar Guelleh : "Encore deux ans et je m'en irai, mission accomplie"

Il se fait construire un nouveau palais, mais affirme qu'il effectue son dernier mandat. Sur ce sujet comme sur Al-Qaïda, l'affaire Borrel ou les bases militaires, le chef de l'État répond à sa[...]

Cinéma : Elie Chouraqui à Djibouti pour son film sur Boko Haram

Le producteur et réalisateur français Elie Chouraqui était attendu le 16 mars à Djibouti pour s'entretenir avec les autorités de ce pays des conditions de tournage de son prochain[...]

"Jeunes talents", l'émission de télé-réalité qui a passionné Djibouti

"Jeune talents" est la première émission de télé-réalité diffusée à Djibouti. Lassés des sempiternels débats houleux entre le pouvoir et[...]

Djibouti : accord en vue entre Guelleh et l'opposition

Après un an de crise entre les partis d'opposition et le pouvoir, une issue pourrait se dessiner. Le président Ismaïl Omar Guelleh a ouvert la porte à des négociations.[...]

Lula Ali Ismaïl, la First Lady du cinéma djiboutien

Lula Ali Ismaïl tournera en octobre le premier long-métrage djiboutien, Dhalinyaro, qui évoque le quotidien et les espoirs des jeunes filles de son pays.[...]

1960-2013 : 53 ans d'interventions françaises en Afrique

Alors que le Conseil de sécurité de l'ONU a autorisé, jeudi, la France à intervenir en République centrafricaine, Jeune Afrique revient sur les nombreuses interventions militaires de l'ancienne[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

L'OTAN débarque à Djibouti

Le président Ismaïl Omar Guelleh a donné son feu vert. L'Otan devrait enfin ouvrir un bureau à Djibouti.[...]

Le Premier ministre nippon en visite à Djibouti

Le Premier ministre nippon rend visite à l'unique base de son armée à l'étranger, à Djibouti. Une première...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces