Extension Factory Builder
03/01/2012 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le tronçon de la route nationale n° 1 Brazzaville - Pointe-Noire qui sépare Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, de Dolisie, troisième ville du pays, est entré en service.

Les 160 km qui séparent Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, de Dolisie, troisième ville du pays, ne seront plus un parcours du combattant pour les usagers. Le 22 décembre, ce tronçon de la route nationale n° 1 Brazzaville - Pointe-Noire (545 km, destinée à rejoindre la route nationale n° 2, dans le Nord) est entré en service. Taillé dans le massif du Mayombe, il permettra de relier Dolisie à Pointe-Noire en deux heures.

Construit en quatre ans, cet ouvrage, fruit de la coopération sino-congolaise, a été réalisé par la China State Construction and Equipment Corporation pour un coût de plus de 299 milliards de F CFA (455,8 millions d’euros). Quelque 2 746 Congolais et 1 027 Chinois ont été employés. Le contrôle des travaux a été assuré par la société française EGIS International. La gestion de cette route, qui sera dotée de deux postes de péage, sera confiée à des sociétés privées, selon Jean-Jacques Bouya, délégué général aux Grands Travaux.

Le même jour, le président Denis Sassou Nguesso a donné le premier coup de pioche du tronçon Dolisie-Brazzaville, long de 385 km. Le coût final de ce projet est estimé à plus de 665 milliards de F CFA (1 milliard d’euros), alors que les prestations de contrôle pourraient dépasser les 10 milliards de F CFA initialement prévus. Les travaux devraient être achevés en 2015.

_____

Par Tshitenge Lubabu M.K., envoyé spécial à Pointe-Noire

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Congo (Brazzaville)

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka. U[...]

Congo Brazzaville : SNPC va lever 1,5 milliard de dollars

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) va lever 1,5 milliard de dollars. L'opération, un préfinancement pétrolier piloté par Ecobank Capital, devrait permettre à[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Congo : le procès Ntsourou s'ouvre à Brazzaville

Plus de six mois après son arrestation, Marcel Ntsourou a été présenté mercredi matin devant la chambre criminelle de la Cour d'appel de Brazzaville. L'ancien chef adjoint des services de[...]

Bassin du Congo : le Mokélé-Mbembé, cousin africain du monstre du loch Ness ?

L'explorateur Michel Ballot est parti à la recherche du mystérieux Mokélé-Mbembé, en Afrique centrale. Il livre aujourd'hui le récit de sa longue et obsédante quête.[...]

Congo-Brazzaville : à Paris, l'opposition en exil veut forcer Sassou Nguesso au départ

Alors que le camp présidentiel évoque une modification de la Constitution pour permettre à Denis Sassou Nguesso de se représenter, l’opposition congolaise en exil a organisé un[...]

Daniel Biyaoula, écrivain iconoclaste

En 1997, un nouveau nom apparut dans le paysage littéraire africain : Daniel Biyaoula, natif du Congo-Brazzaville. Auteur alors d'un premier roman, L'Impasse, ambitieux aussi bien dans la forme que dans le ton[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Crimes rituels : sur l'autel de la puissance et de l'impunité

Enfants kidnappés, albinos massacrés, cadavres mutilés... Pour s'attirer fortune et pouvoir, certains monnaient cher cérémonies macabres ou trafics d'organes. Enquête sur un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers