Extension Factory Builder
20/12/2011 à 13:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ni le président Français, ni son premier ministre ne se sont déplacés pour ses funérailles. Ni le président Français, ni son premier ministre ne se sont déplacés pour ses funérailles. © Sipa

L’absence des plus hautes autorités françaises aux obsèques de l’ancien chef de l’État sénégalais, Léopold Sédar Senghor, restera comme une blessure dans les relations entre les deux pays.

Tous ceux qui ont assisté, ce 29 décembre 2001 à Dakar, aux obsèques officielles de Léopold Sédar Senghor ont noté l’absence d’un homme : Jacques Chirac, le président français. Et celle de son Premier ministre, Lionel Jospin. N’exagérons rien : Paris était quand même représenté par le président de l’Assemblée nationale, Raymond Forni, et le ministre délégué à la Coopération et à la Francophonie, Charles Josselin. C’est-à-dire, en termes politiques, pas grand-chose, vu le poids de Senghor, ami indéfectible de la France. Dans son recueil Hosties noires (1948), il écrivait : « Ah ! Seigneur, éloigne de ma mémoire la France qui n’est pas la France, / ce masque de petitesse et de haine sur le visage de la France / […] Car j’ai une grande faiblesse pour la France. / […] Bénis ce peuple qui m’a apporté Ta Bonne Nouvelle, Seigneur, et ouvert mes paupières lourdes à la lumière de la foi. / Il a ouvert mon cœur à la connaissance du monde, me montrant l’arc-en-ciel des visages neufs de mes frères. »

Senghor était habité par la France, comme il l’était par l’Afrique. Il exaltait la France et chantait l’Afrique, ses deux passions. Le jeune Sérère, tout en assimilant la culture française – sans renier la sienne, il faut le préciser –, devint un orfèvre de la langue de Voltaire. Naturalisé en 1933, il prit part à la Seconde Guerre mondiale pour défendre la France occupée. Personnalité importante de la IVe République, il sera secrétaire d’État, avant de devenir président du Sénégal.

Chantre de la négritude, il prônera le dialogue des cultures, militera pour l’émergence de la francophonie et sera élu à l’Académie française. Mais voilà que, froid dans son cercueil ce 29 décembre 2001, il est superbement ignoré par la France, ingrate au sommet de l’État. Chirac a-t-il voulu lui faire payer son absence aux obsèques du général de Gaulle, en 1970 ? L’intéressé ne s’est jamais exprimé sur ses motifs. Mais si Senghor, lui, ne s’est pas rendu aux funérailles de De Gaulle, c’était, comme il l’écrira à sa veuve, pour respecter la volonté du général, qui souhaitait des obsèques familiales.

Dans sa tombe, le poète se souvenait de ces vers écrits en 1948 : « Oui Seigneur, pardonne à la France qui dit bien la voie droite et chemine par les sentiers obliques / Qui m’invite à sa table et me dit d’apporter mon pain, / qui me donne de la main droite et de la main gauche enlève la moitié / Oui Seigneur, pardonne à la France qui hait les occupants et m’impose l’occupation gravement / Qui ouvre des voies triomphales aux héros et traite ses Sénégalais en mercenaires, faisant d’eux les dogues noirs de l’Empire. » Ainsi soit-il ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Karim Wade à son procès : 'Profession banquier et actuellement prisonnier politique'

Karim Wade à son procès : "Profession banquier et actuellement prisonnier politique"

Le procès de Karim Wade et de ses présumés complices devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) s'est ouvert jeudi matin à Dakar dans une ambiance électrique.[...]

Sénégal : carton rouge pour la gouvernance Wade

Dans le rapport annuel qu'elle vient de transmettre à Macky Sall, l'Inspection générale d'État (IGE) dresse un tableau sans concession de la dilapidation du patrimoine de l'État sous la[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Accusé d'avoir acquis de manière illicite 178 millions d'euros, Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais, est jugé à partir de ce jeudi à Dakar. Un procès[...]

TNT : le jackpot contesté de Sidy Diagne

 Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l'événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le[...]

Sénégal : Macky Sall et le mandat de cinq ans

Macky Sall a promis de faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais va-t-il tenir parole ? Et si oui, quand ?[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers