Extension Factory Builder
22/12/2011 à 10:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Silvan Shalom, le vice-Premier ministre israélien. Silvan Shalom, le vice-Premier ministre israélien. © AFP

Le 7 décembre, le vice-Premier ministre israélien, Silvan Shalom, a enjoint aux Juifs tunisiens d’émigrer dans l’État hébreu. Mais ceux-ci ne l’entendent pas forcément de cette oreille…

Silvan Shalom, le vice-Premier ministre israélien (natif de Gabès, en Tunisie), a lancé un sacré pavé dans la mare. « J’appelle les Juifs vivant en Tunisie à venir s’installer en Israël le plus rapidement possible », a-t-il déclaré le 7 décembre. Réaction cinglante du mouvement islamiste Ennahdha, principale force de la coalition portée au pouvoir en Tunisie à l’issue des élections du 23 octobre : ces propos sont « irresponsables et irrationnels », fait-il savoir dans un communiqué où il rappelle que « les membres de la communauté juive de Tunisie sont des citoyens disposant de la plénitude de leurs droits ». « La Tunisie, poursuit le communiqué, est et restera un État démocratique qui respecte ses citoyens et veille sur eux quelle que soit leur religion. »

Bonne intelligence. « L’appel de Shalom n’a aucun sens, ce sont des bêtises, estime de son côté Roger Bismuth, le chef de la communauté juive de Tunisie, dans un entretien téléphonique avec Jeune Afrique. Les Juifs de Tunisie ne veulent pas partir, laissons-les tranquilles. » D’après Bismuth, le cri de Shalom ne sera pas entendu. « Dans la communauté, personne n’a l’intention de partir. Moi-même, je suis chez moi ici, j’ai participé à la lutte nationale comme tous les Tunisiens. J’ai 85 ans, je travaille depuis soixante et onze ans en bonne intelligence avec tout le monde. Et je continuerai à le faire dans n’importe quelles circonstances. » Et de conclure, catégorique : « Téléphonez à M. Shalom pour qu’il cesse de raconter des balivernes ! J’en ai assez d’entendre disserter sur la religion des gens. En Tunisie, il y a des Tunisiens, un point c’est tout. »

Rencontre discrète

Au cours de ces derniers mois, Bismuth a rencontré les deux principaux dirigeants d’Ennahdha, Rached Ghannouchi et Hamadi Jebali, avant et après le scrutin du 23 octobre. Certes, Israël a de tout temps incité les Juifs du monde entier à émigrer dans l’État hébreu. Mais ce qui est nouveau, c’est que ses dirigeants s’inquiètent désormais de l’accession au pouvoir des islamistes dans les pays du Printemps arabe. Selon The Economist, Ghannouchi aurait « discrètement rencontré » des responsables israéliens lors de son voyage à Washington, à la fin de novembre, et les aurait notamment assurés qu’aucune clause évoquant Israël ou le sionisme ne figurerait dans la future Constitution tunisienne. Les propos rapportés par l’hebdomadaire britannique sont exacts, mais ils ont tout simplement été tenus en public, lors d’une conférence donnée par Ghannouchi au Washington Institute for Near East Policy, le 30 novembre

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Tunisie : haro sur les médias français

Tropisme pro-islamiste, racolage, sensationnalisme... Les griefs du camp moderniste contre les journalistes de l'Hexagone sont symptomatiques.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2658p023.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2658p023.xml0 from 172.16.0.100