Extension Factory Builder
22/12/2011 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, président de la Ceni. Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, président de la Ceni. © AFP

Séducteur-né, le patron de la Ceni congolaise, Daniel Ngoy Mulunda, n’est jamais avare de belles paroles, mais elles ne se traduisent pas toujours dans les actes.

« Un honnête homme », disent ses fidèles. « Un escroc », réplique Tshisekedi… Avec sa faconde et ses accents de sincérité, le pasteur Daniel Ngoy Mulunda – 52 ans, marié, quatre enfants – est un séducteur hors norme. Né en République démocratique du Congo (RDC) à Lubumbashi dans une famille originaire du nord du Katanga, comme celle de Joseph Kabila, le jeune Ngoy Mulunda est élevé par un père méthodiste. À Kinshasa, un missionnaire américain le remarque. L’archevêque sud-africain Desmond Tutu cherche une tête bien faite pour animer la jeunesse de la Conférence des Églises de toute l’Afrique, la Ceta, dont le siège est à Nairobi. Il organise un concours. Sur dix-huit candidats, Ngoy Mulunda est retenu. Sûr qu’il a fait un malheur à l’oral… Puis il décroche deux mastères aux États-Unis…

Négociateur

À la chute de Mobutu, en 1997, le pasteur est déjà un Congolais en vue dans la diaspora. Son atout maître, c’est l’empathie. À coups de confidences, il sait mettre en confiance ses interlocuteurs. Très vite, à partir de 2001, Joseph Kabila en fait l’un de ses émissaires secrets pour monter l’attelage « 1 + 4 » qui dirigera la transition jusqu’en 2006 (un président, quatre vice-présidents).

En 2003, il est de ceux qui convainquent le chef rebelle Azarias Ruberwa et l’homme d’affaires Moïse Katumbi de revenir à Kinshasa ou à Lubumbashi. Il est moins heureux avec Étienne Tshisekedi. Un cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Jean-Joseph Mukendi, se souvient : « À l’époque, Tshisekedi était en Afrique du Sud. Mulunda est venu le voir, lui a juré que Kabila était d’accord pour qu’il devienne vice-président. On ne l’a plus jamais revu. » On devine le regard suspicieux du vieux Tshisekedi le jour où Ngoy Mulunda est venu lui faire l’article. Entre les deux hommes, la brouille ne date pas d’aujourd’hui.

Le pasteur est-il l’un des membres fondateurs du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) de Joseph Kabila ? Dans un entretien au Soft (26 septembre 2005), il s’en vante : « Regardez sur la liste des membres fondateurs du PPRD. Mon nom y figure. » Aujourd’hui, il dément énergiquement : « Je n’ai jamais été membre fondateur. Je n’ai jamais signé. Donnez-moi la preuve. » Qui croire du Mulunda de 2005 ou de celui de 2011 ? Ce qui est sûr, c’est que le pasteur a voté Kabila en 2006. Il ne s’en cache pas.

Habileté

Ces dernières années, il a l’habileté de prendre du champ. Opérations « Arme contre vélo » ou « Arme contre 100 dollars »… L’homme crée une ONG, le Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (Parec). Avec ses talents de prédicateur, il bat les estrades du Katanga, du Nord-Kivu et de l’Ituri pour récupérer des milliers d’armes. Au début de cette année, dès qu’il est nommé à la présidence de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), il en enfile la veste et la casquette d’agent et tente de rassurer l’opposition en mettant en avant son sens du dialogue et s’engage : « La stabilisation des résultats va se faire par les témoins. S’il y a 62 000 bureaux de vote, il faut au moins 62 000 témoins. La Ceni n’est pas là pour préparer une fraude massive, mais pour faire de bonnes élections. »

Le problème, c’est que, lors du dépouillement des élections du 28 novembre, beaucoup de témoins ne peuvent pas témoigner. « Au Katanga, dans le Sud-Kivu, dans la Province-Orientale, à Kinshasa, les observateurs et les témoins des partis politiques ont été empêchés d’observer l’ensemble des étapes de la compilation des résultats », affirme la mission de l’Union européenne. De la parole aux actes, les chemins du pasteur sont parfois sinueux. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

RDC : bye-bye groupes armés, bonjour groupes miniers

Reconquête des sites d'extraction, transformation sur place des minerais précieux... Pour en finir avec les trafics et attirer les investisseurs, Kinshasa, aidé par l'ONU, emploie les grands moyens.[...]

RDC : Chez Ntemba, l'empire de la nuit version Augustin Kayembe

Le Lushois Augustin Kayembe règne sur une quarantaine de night-clubs à travers le continent. Son enseigne, Chez Ntemba est devenue une institution. Plongée dans l'univers des boules à facettes.[...]

RDC : Goma, une ville au purgatoire

Jadis, Goma était un paradis. Depuis que la rébellion du M23 a été vaincue, la capitale provinciale sort de l'enfer. L'activité économique redémarre, mais la population[...]

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers