Extension Factory Builder
13/12/2011 à 10:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Une du H.S n° 29 de J.A. 'Les 500'. La Une du H.S n° 29 de J.A. "Les 500". © J.A.

En 2010, le revenu cumulé des 500 plus grandes sociétés du continent a progressé de 17,7 %. Le point par secteur et par région dans le dernier hors-série de Jeune Afrique.

Après avoir montré leur capacité à résister à la crise financière internationale de 2008, les 500 premières entreprises africaines ont prouvé en 2010 qu’elles pouvaient accélérer, alors que les économies mondiales repartaient doucement. En 2009, selon le classement exclusif de Jeune Afrique, leur chiffre d’affaires cumulé n’avait progressé que de 3,4 %. En 2010, il a bondi de 17,7 %, pour atteindre 690 milliards de dollars (520 milliards d’euros). En cinq ans, ce total s’est d’ailleurs envolé de plus de 75 %.

Réalisé à partir des réponses de 1 698 entreprises ayant leur siège social dans un pays africain (ce qui inclut les filiales africaines des multinationales), notre classement accueille cette année 74 nouvelles sociétés, preuve du dynamisme du paysage capitalistique africain. Autre bonne nouvelle, en matière de rentabilité cette fois : l’année dernière, seules 29 majors africaines ont perdu de l’argent (dont De Beers, la plupart des filiales africaines de Bharti Airtel ou encore Royal Air Maroc). Les 100 premières entreprises du continent ont réalisé un bénéfice cumulé légèrement supérieur à 41,3 milliards de dollars.

À lire aussi dans le Hors-Série

CLASSEMENTS - Les 500 premières entreprises africaines, les 150 premières sociétés par zone géographique, les 100 premières par secteur (de l'agroalimentaire aux mines...).

ENQUÊTE  - De Douala à Casablanca, enquête sur ces entreprises qui parient sur l'émergence de la classe moyenne africaine.

PORTRAITS  - Zouhaïr Bennani (président de Label'Vie), Cheikh Tidiane Mbaye (directeur général de la Sonatel) et Abdoulaye Binate (directeur des ressources humaines de Sifca).

DES LEADERS À LA LOUPE  - Le numéro un africain Sonatrach, le groupe minier congolais Gécamines, les artisans marocains de la grande vitesse, les géants du tourisme tunisien face à la crise, la montée du Gabon dans la Comilog.

MANAGERS  - Ces patrons qui font bouger l'Afrique.

Notre palmarès est, sans surprise, largement dominé par l’algérien Sonatrach, avec 58,8 milliards de dollars de revenus, devant une autre compagnie pétrolière d’État, l’angolaise Sonangol (22,2 milliards de dollars). Dans le top 10, deux changements sont à noter : la montée d’un cran de l’opérateur de télécoms sud-africain MTN (4e) et du groupe de distribution Shoprite (7e). Même si elle laisse échapper les deux premières places, l’Afrique du Sud reste dominante dans le paysage capitalistique africain, avec 56 % du chiffre d’affaires cumulé des 500.

Par zone, les entreprises d’Afrique australe et de l’océan Indien affichent 62 % du chiffre d’affaires total, suivies de leurs consœurs nord-africaines (28,2 %) et ouest-africaines (6,7 %). La part de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’Est reste encore très marginale (1,6 % et 1,5 % respectivement).

En matière sectorielle, en revanche, la diversité du panorama s’accroît. En 2010, les grandes entreprises du secteur des hydrocarbures réalisent 18,7 % du chiffre d’affaires cumulé des 500. Mais cette part est en net recul : deux ans plus tôt, elles représentaient en effet 26 % des revenus. Autre secteur dont le poids relatif diminue : les télécoms. C’est une première dans notre classement : la part des entreprises de téléphonie (mobile, pour la plupart) a reculé, passant en un an de 12,4 % à 11,3 %. Le taux de pénétration dans la plupart des pays frôlant désormais les 50 % – et les dépassant même souvent dans les grands marchés (Afrique du Sud, Maroc, Algérie) –, ce tassement n’est au final qu’une demi-surprise.

Les mines, en revanche, sont les grandes gagnantes de l’année 2010, profitant du boom des matières premières, en termes à la fois de quantités produites et de prix. Deux cas illustrent cet incroyable bond : ceux du sud-­africain Kumba Iron Ore et du marocain Office chérifien des phosphates (OCP). Le premier est passé de la 43e à la 20e place, avec un chiffre d’affaires en dollars en progression de 84,5 %. Le second a grimpé du 46e au 24e rang, avec des revenus en hausse de 70,3 % en dollars (72,2 % en monnaie locale). Dans son ensemble, le secteur représente désormais 9,4 % des revenus des 500.

En vente en kiosque, sur laboutiquejeuneafrique.com ou en version digitale (compatible PC, Mac, IPad, Android) sur notre site web, à l'adresse suivante : jeuneafrique.com/top500.html

______

Lire le hors-série annuel de Jeune Afrique « Les 500 », en kiosques à partir du 12 décembre (172 p., 6 euros)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers