Extension Factory Builder
13/12/2011 à 10:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Une du H.S n° 29 de J.A. 'Les 500'. La Une du H.S n° 29 de J.A. "Les 500". © J.A.

En 2010, le revenu cumulé des 500 plus grandes sociétés du continent a progressé de 17,7 %. Le point par secteur et par région dans le dernier hors-série de Jeune Afrique.

Après avoir montré leur capacité à résister à la crise financière internationale de 2008, les 500 premières entreprises africaines ont prouvé en 2010 qu’elles pouvaient accélérer, alors que les économies mondiales repartaient doucement. En 2009, selon le classement exclusif de Jeune Afrique, leur chiffre d’affaires cumulé n’avait progressé que de 3,4 %. En 2010, il a bondi de 17,7 %, pour atteindre 690 milliards de dollars (520 milliards d’euros). En cinq ans, ce total s’est d’ailleurs envolé de plus de 75 %.

Réalisé à partir des réponses de 1 698 entreprises ayant leur siège social dans un pays africain (ce qui inclut les filiales africaines des multinationales), notre classement accueille cette année 74 nouvelles sociétés, preuve du dynamisme du paysage capitalistique africain. Autre bonne nouvelle, en matière de rentabilité cette fois : l’année dernière, seules 29 majors africaines ont perdu de l’argent (dont De Beers, la plupart des filiales africaines de Bharti Airtel ou encore Royal Air Maroc). Les 100 premières entreprises du continent ont réalisé un bénéfice cumulé légèrement supérieur à 41,3 milliards de dollars.

À lire aussi dans le Hors-Série

CLASSEMENTS - Les 500 premières entreprises africaines, les 150 premières sociétés par zone géographique, les 100 premières par secteur (de l'agroalimentaire aux mines...).

ENQUÊTE  - De Douala à Casablanca, enquête sur ces entreprises qui parient sur l'émergence de la classe moyenne africaine.

PORTRAITS  - Zouhaïr Bennani (président de Label'Vie), Cheikh Tidiane Mbaye (directeur général de la Sonatel) et Abdoulaye Binate (directeur des ressources humaines de Sifca).

DES LEADERS À LA LOUPE  - Le numéro un africain Sonatrach, le groupe minier congolais Gécamines, les artisans marocains de la grande vitesse, les géants du tourisme tunisien face à la crise, la montée du Gabon dans la Comilog.

MANAGERS  - Ces patrons qui font bouger l'Afrique.

Notre palmarès est, sans surprise, largement dominé par l’algérien Sonatrach, avec 58,8 milliards de dollars de revenus, devant une autre compagnie pétrolière d’État, l’angolaise Sonangol (22,2 milliards de dollars). Dans le top 10, deux changements sont à noter : la montée d’un cran de l’opérateur de télécoms sud-africain MTN (4e) et du groupe de distribution Shoprite (7e). Même si elle laisse échapper les deux premières places, l’Afrique du Sud reste dominante dans le paysage capitalistique africain, avec 56 % du chiffre d’affaires cumulé des 500.

Par zone, les entreprises d’Afrique australe et de l’océan Indien affichent 62 % du chiffre d’affaires total, suivies de leurs consœurs nord-africaines (28,2 %) et ouest-africaines (6,7 %). La part de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’Est reste encore très marginale (1,6 % et 1,5 % respectivement).

En matière sectorielle, en revanche, la diversité du panorama s’accroît. En 2010, les grandes entreprises du secteur des hydrocarbures réalisent 18,7 % du chiffre d’affaires cumulé des 500. Mais cette part est en net recul : deux ans plus tôt, elles représentaient en effet 26 % des revenus. Autre secteur dont le poids relatif diminue : les télécoms. C’est une première dans notre classement : la part des entreprises de téléphonie (mobile, pour la plupart) a reculé, passant en un an de 12,4 % à 11,3 %. Le taux de pénétration dans la plupart des pays frôlant désormais les 50 % – et les dépassant même souvent dans les grands marchés (Afrique du Sud, Maroc, Algérie) –, ce tassement n’est au final qu’une demi-surprise.

Les mines, en revanche, sont les grandes gagnantes de l’année 2010, profitant du boom des matières premières, en termes à la fois de quantités produites et de prix. Deux cas illustrent cet incroyable bond : ceux du sud-­africain Kumba Iron Ore et du marocain Office chérifien des phosphates (OCP). Le premier est passé de la 43e à la 20e place, avec un chiffre d’affaires en dollars en progression de 84,5 %. Le second a grimpé du 46e au 24e rang, avec des revenus en hausse de 70,3 % en dollars (72,2 % en monnaie locale). Dans son ensemble, le secteur représente désormais 9,4 % des revenus des 500.

En vente en kiosque, sur laboutiquejeuneafrique.com ou en version digitale (compatible PC, Mac, IPad, Android) sur notre site web, à l'adresse suivante : jeuneafrique.com/top500.html

______

Lire le hors-série annuel de Jeune Afrique « Les 500 », en kiosques à partir du 12 décembre (172 p., 6 euros)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Diaporama : les plus grandes (et belles) églises d'Afrique

Le christianisme est la religion dominante en Afrique avec une part de fidèles estimée à plus de 60% en 2014. Jeune Afrique revisite pour vous la richesse architecturale de lieux de culte chrétiens sur[...]

Escrocs et charlatans

Chaque année, rituellement, je consacre mon premier "PS" aux voyantes, aux soi-disant extralucides, aux horoscopes, à tous ces escrocs et charlatans qui prétendent pouvoir prévoir[...]

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d'Aimé Césaire dans " L'Étudiant noir", journal mensuel de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2657p062.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2657p062.xml0 from 172.16.0.100