Extension Factory Builder
22/12/2011 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement d'intégristes à Tunis, le 3 décembre 2011. Rassemblement d'intégristes à Tunis, le 3 décembre 2011. © Fethi Belaid/AFP

Opposition extraparlementaire au Maroc, opérations d’intimidation en Tunisie, percée électorale en Égypte… Quiétistes ou violents, les différents courants de l’islamisme radical, notamment le salafisme, se sentent pousser des ailes.

Au terme d’élections plus transparentes que par le passé, des partis islamistes dits modérés l’ont emporté en Tunisie, en Égypte et au Maroc. Mais après les violentes manifestations salafistes à la faculté de lettres de La Manouba, à Tunis, et le score inattendu du parti Al-Nour au pays des Pharaons, les projecteurs sont désormais braqués sur les différents courants de l’islamisme radical, notamment le salafisme.

Stratégie de la violence

Doctrine rigoriste revendiquant un retour à la tradition (celle des salaf, littéralement les « prédécesseurs »), cette mouvance se divise en deux grands courants. Le premier est traditionnel et se déploie d’abord dans l’espace social à travers les mosquées et les associations caritatives. Quiétiste, cette forme du salafisme prône la soumission au pouvoir par crainte de la fitna (division) et bénéficie des pétrodollars saoudiens. Le 11 Septembre a jeté une lumière crue sur un autre courant : la salafiya djihadiya, constituée dans les années 1980 autour du wahhabisme et de la mystique du djihad afghan. Ses partisans, souvent affiliés à Al-Qaïda, cherchent à déstabiliser, voire à renverser des régimes « impies » par la violence.

Pour l’heure, l’islamisme « soft » du Parti de la justice et du développement (PJD), d’Ennahdha ou des Frères musulmans se présente comme un rempart contre l’extrémisme. Pour simplifier, plutôt le croissant turc que le glaive saoudien. L’avenir dira si cet islamisme légaliste peut à la fois s’acclimater à la démocratie et neutraliser sa maladie infantile : le salafisme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

Libye : Mohamed Ali Ghatous kidnappé à Misrata

L'ex-directeur de cabinet de l'ancien Premier ministre libyen Ali Zeidan, Mohamed Ali Ghatous, a été kidnappé le 19 août.[...]

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Libye : démission du gouvernement provisoire

Le premier ministre libyen Abdallah al-Theni a présenté la démission de son gouvernement, en place depuis le mois de mars, au Parlement élu, selon un communiqué publié jeudi soir.[...]

Plateau du Golan : 43 Casques bleus détenus par un groupe armé

43 Casques bleus de l'ONU (Organisation des nations unies) chargés de surveiller le cessez-le-feu entre Israël et la Syrie sur le plateau du Golan ont été capturés jeudi par un groupe[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Gaza - Hamas : Mohamed Deif, le "chat aux neuf vies"

En échappant au missile israélien qui le visait à Gaza, le chef militaire du Hamas a encore justifié son surnom. Sa famille a eu moins de chance.[...]

Gaza - ONU : Schabas, juge et partisan ?

Le choix du Canadien William Schabas pour prendre la tête de la Commission d'enquête sur les violations du droit international à Gaza lors du dernier conflit suscite une levée de boucliers à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex