Extension Factory Builder
22/12/2011 à 16:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rassemblement d'intégristes à Tunis, le 3 décembre 2011. Rassemblement d'intégristes à Tunis, le 3 décembre 2011. © Fethi Belaid/AFP

Opposition extraparlementaire au Maroc, opérations d’intimidation en Tunisie, percée électorale en Égypte… Quiétistes ou violents, les différents courants de l’islamisme radical, notamment le salafisme, se sentent pousser des ailes.

Au terme d’élections plus transparentes que par le passé, des partis islamistes dits modérés l’ont emporté en Tunisie, en Égypte et au Maroc. Mais après les violentes manifestations salafistes à la faculté de lettres de La Manouba, à Tunis, et le score inattendu du parti Al-Nour au pays des Pharaons, les projecteurs sont désormais braqués sur les différents courants de l’islamisme radical, notamment le salafisme.

Stratégie de la violence

Doctrine rigoriste revendiquant un retour à la tradition (celle des salaf, littéralement les « prédécesseurs »), cette mouvance se divise en deux grands courants. Le premier est traditionnel et se déploie d’abord dans l’espace social à travers les mosquées et les associations caritatives. Quiétiste, cette forme du salafisme prône la soumission au pouvoir par crainte de la fitna (division) et bénéficie des pétrodollars saoudiens. Le 11 Septembre a jeté une lumière crue sur un autre courant : la salafiya djihadiya, constituée dans les années 1980 autour du wahhabisme et de la mystique du djihad afghan. Ses partisans, souvent affiliés à Al-Qaïda, cherchent à déstabiliser, voire à renverser des régimes « impies » par la violence.

Pour l’heure, l’islamisme « soft » du Parti de la justice et du développement (PJD), d’Ennahdha ou des Frères musulmans se présente comme un rempart contre l’extrémisme. Pour simplifier, plutôt le croissant turc que le glaive saoudien. L’avenir dira si cet islamisme légaliste peut à la fois s’acclimater à la démocratie et neutraliser sa maladie infantile : le salafisme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Palestine : le Hamas et l'OLP scellent leur réconciliation

Peu après l'annonce mercredi de la formation d'un gouvernement d'union entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), l'aviation israélienne a effectué une frappe sur le nord de[...]

Patrick Seale, une passion arabe

Orientaliste dans l'âme, grand spécialiste de la Syrie et éditorialiste engagé, notre collaborateur s'est éteint le 11 avril à Londres, à l'âge de 83 ans.[...]

Racisme : les Libyens et immigrés noirs, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Le Marrakech Air Show 2014 ouvre ses portes

La quatrième édition de Marrakech Air Show, le salon marocain de l’aéronautique, ouvre ses portes ce mercredi 23 avril 2014. Les constructeurs aériens présents espèrent[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Algérie : une vidéo de violences policières en Kabylie suscite colère et indignation

La vidéo d’une manifestation sauvagement réprimée par des policiers en Kabylie, dimanche dernier, provoque un tollé et oblige la police nationale à ouvrir une enquête. À[...]

Algérie : la traque de jihadistes se poursuit en Kabylie après une attaque contre les militaires

L'armée algérienne continuait mardi de ratisser les montagnes de Kabylie (est d'Alger) après l'attentat qui a coûté la vie à onze soldats samedi soir.[...]

Ould Mansour : "Une candidature unique de l'opposition peut redonner espoir aux Mauritaniens"

Jemil Ould Mansour, le président du Rassemblement national pour la réforme et le développement (RNRD, islamiste), plus connu sous le nom de Tawassoul, explique la position de l'opposition mauritanienne[...]

Algérie bashing

En Occident, et en France en particulier, où la rengaine "quand on voit ce qu’on leur a laissé et ce qu’ils en ont fait" a la vie dure, l’Algérie génère, par[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces