Extension Factory Builder
12/12/2011 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Plusieurs milliers d'ex-combattants kaddafistes sont venus dans le nord du Mali. Plusieurs milliers d'ex-combattants kaddafistes sont venus dans le nord du Mali. © AFP

Enquête sur ces Touaregs qui, anciens rebelles ou ex-kaddafistes, entretiennent des liens avec la nébuleuse islamiste d'Aqmi dans le Nord du Mali.

À Bamako, le chef de l’État malien ne décolère pas. Ces derniers mois, Amadou Toumani Touré (ATT) avait multiplié les offensives diplomatiques pour rassurer les Occidentaux sur la situation sécuritaire dans son pays, et voici que deux rapts viennent saboter ses efforts. Le 24 novembre d’abord : deux Français (officiellement, des géologues) sont kidnappés dans leur hôtel de Hombori, dans l’Est. Le lendemain, trois touristes (néerlandais, suédois et sud-africain) attablés dans une auberge de Tombouctou (Centre) sont enlevés, un quatrième (allemand) est abattu.

Tous les regards se tournent vers Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a fait du kidnapping d’Occidentaux un fonds de commerce très lucratif, même s’il est probable que l’opération en elle-même ait été menée par un groupe de bandits, dont certains parlaient tamasheq. Les soupçons se portent donc vers les Touaregs, et notamment vers les ex-combattants de Mouammar Kaddafi, revenus lourdement armés dans le nord du Mali, via l’Algérie ou le Niger, après la chute de leur mentor. Ils seraient 2 000, selon des sources diplomatiques bamakoises, mais le chiffre réel pourrait se situer plus près de 4 000, et ils ambitionneraient d’y former une vaste zone autonome.

Difficile d’y voir beaucoup plus clair. Au Nord-Mali, les alliances se font et se défont entre des personnages troubles, mi-trafiquants de drogue, mi-rebelles, parfois islamistes, souvent opportunistes. Dans la région de l’Azawad, trois noms reviennent régulièrement : ceux de Mohamed Najim, d’Iyad Ag Aghaly et d’Abdel Karim Targui.

Retour de Libye

Le premier, Mohamed Najim, est un ancien colonel de l’armée libyenne. Lui et ses hommes ont combattu pour Kaddafi. Ils sont revenus de Libye avec des armes automatiques, des missiles sol-sol et sol-air, et peut-être même des lance-roquettes multiples (LRM). Ils se sont établis, sans que les autorités maliennes cherchent vraiment à les en empêcher, dans les collines de Tin-Assalak, au nord de Kidal, aux côtés d’ex-miliciens d’un autre rebelle touareg malien, Ibrahim Ag Bahanga, décédé en août dernier et connu notamment pour avoir pris en otages des militaires maliens en 2008. Les deux groupes ont fusionné pour créer le Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), qui réclame l’autodétermination de cette zone désertique, oubliée de Bamako.

Le deuxième, Iyad Ag Aghaly, est un ancien conseiller culturel de l’ambassade du Mali en Arabie saoudite. Militaire de formation, il a créé le Mouvement islamique pour la libération de l’Azawad (Mila). Il fut l’un des meneurs de la première rébellion touarègue dans les années 1990, avant de servir d’éminence grise à ATT auprès des tribus du Nord, puis de négociateur pour la libération du Français Pierre Camatte, début 2010. Écarté de Koulouba en raison de ses sympathies pro-Aqmi, il est retourné dans sa région d’origine accompagné du colonel M’Bah Ag Moussa, déserteur de l’armée malienne, et de plusieurs de ses hommes. Iyad Ag Aghaly est aussi un cousin d’Abdel Karim Targui, émir d’Aqmi de la région – le troisième homme dont le nom est régulièrement cité. Ag Aghaly est lui aussi tenté par la perspective d’un État indépendant de l’Azawad… et par quelques rapts pour se renflouer.

À Koulouba, on redoute la montée des tensions avec ce peuple ombrageux, mais aussi, et surtout, de l’extension de la « zone rouge » (selon l’appellation du Quai d’Orsay) à toute la moitié nord du Mali. Le chef de l’État gère donc directement l’épineux dossier avec le colonel major Elhadji Gamou et Mohamed Ag Erlaf, deux Touaregs originaires de la région de Kidal. Mais, à Bamako, on s’inquiète de la proximité de l’élection présidentielle. Pourra-t-elle, si les conditions de sécurité venaient à se dégrader davantage encore, se tenir comme prévu en avril 2012 ? Certains commencent à émettre des doutes.

_____

Malika Groga-Bada, avec Baba Ahmed, à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Soumaïla Cissé : 'IBK n'a pas de feuille de route' pour le Mali

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces