Extension Factory Builder
08/12/2011 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapport de Transparency International sur la corruption des États, le 26 octobre 2010 à Berlin. Le rapport de Transparency International sur la corruption des États, le 26 octobre 2010 à Berlin. © AFP

Transparency International a publié son classement, des États les plus véreux aux plus vertueux. Contrairement à une idée reçue, l’Afrique n’a pas le monopole des mauvaises pratiques.

Qu’est-ce qui sépare la Nouvelle-Zélande de la Somalie ? Cent quatre-vingt-deux places au classement de l’Indice de perception de la corruption (IPC), rendu public par l’ONG Transparency International, le 1er décembre*. Entre le plus vertueux et le cancre absolu, 7 milliards d’habitants sont confrontés, à des degrés divers, aux petites lâchetés du quotidien, voire, dans le pire des cas, à des détournements de fonds à grande échelle. Pots-de-vin, appels d’offres truqués, clientélisme, évasion fiscale… la liste est longue. Et contrairement à une éternelle antienne, l’Afrique n’a pas le monopole des mauvaises pratiques. Le Mexique, le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, l’Ukraine, la Syrie, l’Irak, l’Ouzbékistan, la Russie, l’Inde, la Chine, la Birmanie et beaucoup d’autres font piètre figure sur le chapitre de la probité.

Révolutions

Quant aux populations, toutes latitudes confondues, elles semblent s’être donné le mot pour placer leurs dirigeants devant leurs responsabilités et exprimer leur exaspération. Révolutionnaires de l’avenue Bourguiba, révoltés de la place Al-Tahrir, « indignés » de Wall Street, contribuables floués à Athènes… « Nous avons vu des manifestants riches ou pauvres brandir des banderoles dénonçant la corruption. Que ce soit dans les pays européens touchés par la crise de la dette ou dans les pays arabes qui entrent dans une nouvelle ère politique, les dirigeants doivent prendre en compte ces aspirations à une meilleure gouvernance », souligne Huguette Labelle, présidente de l’organisation.

Cliquez sur la carte pour l'aggrandir.

Avant le Printemps arabe, un rapport de Transparency International consacré à cette région soulignait que le népotisme était tellement ancré dans le fonctionnement des régimes et la vie des habitants que les lois anticorruption étaient souvent inefficaces. Depuis, des têtes sont tombées.

En Afrique subsaharienne, les pouvoirs en place dans les pays les plus mal classés (Somalie, Soudan, Guinée équatoriale, Burundi, RD Congo, Tchad, Angola, Guinée, Zimbabwe…) sont prévenus. Et seraient bien inspirés d’observer le Liberia, passé du 137e rang en 2005 avec une note médiocre de 2,2 au 91e rang avec un score prometteur de 3,2. De quoi donner un nouvel argument aux partisans de la gouvernance féminine…

 __

* L'indice 2011 prend en compte183 pays - contre 158 en 2005 - notés de 0 (extrêmement corrompu) à 10 (extrêmement intègre). L'étude est fondée sur 17 indicateurs.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Présidentielle nigériane : la campagne s'achève sous haute surveillance

Quelque 68,8 millions d'électeurs sont appelés aux urnes samedi pour l'un des scrutins les plus importants de l'histoire du Nigeria.[...]

Côte d'Ivoire - Kolo Touré : "Gagner un titre avec son pays, il n'y a rien de plus fort"

À 34 ans, Kolo Touré est un jeune retraité international heureux. Pour "Jeune Afrique" il revient sur sa carrière en Premier League, parle de son avenir et de sa joie d'avoir remporté[...]

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées jeudi à Bamako pour demander le retour de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis 2012.[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Nigeria : Remi Sonaiya, une seule femme candidate dans le pays le plus peuplé du continent

Remi Sonaiya est la première femme dans l’histoire du Nigeria à se porter candidate à une élection présidentielle.  Bien que sa candidature fasse figure de poids plume, elle souhaite[...]

Terrorisme : les shebab menacent-ils l'Ouganda ?

Selon les informations obtenues par l'ambassade des États-Unis à Kampal, un attentat pourrait avoir lieu prochainement à Kampala.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2656p017-bis.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2656p017-bis.xml0 from 172.16.0.100