Extension Factory Builder
08/12/2011 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le rapport de Transparency International sur la corruption des États, le 26 octobre 2010 à Berlin. Le rapport de Transparency International sur la corruption des États, le 26 octobre 2010 à Berlin. © AFP

Transparency International a publié son classement, des États les plus véreux aux plus vertueux. Contrairement à une idée reçue, l’Afrique n’a pas le monopole des mauvaises pratiques.

Qu’est-ce qui sépare la Nouvelle-Zélande de la Somalie ? Cent quatre-vingt-deux places au classement de l’Indice de perception de la corruption (IPC), rendu public par l’ONG Transparency International, le 1er décembre*. Entre le plus vertueux et le cancre absolu, 7 milliards d’habitants sont confrontés, à des degrés divers, aux petites lâchetés du quotidien, voire, dans le pire des cas, à des détournements de fonds à grande échelle. Pots-de-vin, appels d’offres truqués, clientélisme, évasion fiscale… la liste est longue. Et contrairement à une éternelle antienne, l’Afrique n’a pas le monopole des mauvaises pratiques. Le Mexique, le Venezuela, le Brésil, l’Argentine, l’Ukraine, la Syrie, l’Irak, l’Ouzbékistan, la Russie, l’Inde, la Chine, la Birmanie et beaucoup d’autres font piètre figure sur le chapitre de la probité.

Révolutions

Quant aux populations, toutes latitudes confondues, elles semblent s’être donné le mot pour placer leurs dirigeants devant leurs responsabilités et exprimer leur exaspération. Révolutionnaires de l’avenue Bourguiba, révoltés de la place Al-Tahrir, « indignés » de Wall Street, contribuables floués à Athènes… « Nous avons vu des manifestants riches ou pauvres brandir des banderoles dénonçant la corruption. Que ce soit dans les pays européens touchés par la crise de la dette ou dans les pays arabes qui entrent dans une nouvelle ère politique, les dirigeants doivent prendre en compte ces aspirations à une meilleure gouvernance », souligne Huguette Labelle, présidente de l’organisation.

Cliquez sur la carte pour l'aggrandir.

Avant le Printemps arabe, un rapport de Transparency International consacré à cette région soulignait que le népotisme était tellement ancré dans le fonctionnement des régimes et la vie des habitants que les lois anticorruption étaient souvent inefficaces. Depuis, des têtes sont tombées.

En Afrique subsaharienne, les pouvoirs en place dans les pays les plus mal classés (Somalie, Soudan, Guinée équatoriale, Burundi, RD Congo, Tchad, Angola, Guinée, Zimbabwe…) sont prévenus. Et seraient bien inspirés d’observer le Liberia, passé du 137e rang en 2005 avec une note médiocre de 2,2 au 91e rang avec un score prometteur de 3,2. De quoi donner un nouvel argument aux partisans de la gouvernance féminine…

 __

* L'indice 2011 prend en compte183 pays - contre 158 en 2005 - notés de 0 (extrêmement corrompu) à 10 (extrêmement intègre). L'étude est fondée sur 17 indicateurs.

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Centrafrique : le calvaire des réfugiés musulmans au Tchad, au Cameroun et en RDC

Plus de 500 000 personnes ont été déplacées en raison de la crise centrafricaine, selon Médecins sans frontières (MSF). Dans un rapport alarmant, l'ONG dénonce le désastre[...]

Ouganda : la loi anti-homosexualité annulée par la Cour constitutionnelle

Estimant que le quorum exigé par la Constitution lors du vote au Parlement n'avait pas été atteint, la Cour constitutionnelle ougandaise a annulé vendredi une loi anti-homosexualité[...]

RDC - Généalogie : dans la famille Kabila, je demande... les enfants du Mzee

Plus d'une décennie après la mort de Laurent-Désiré Kabila, les personnes se réclamant de sa filiation continuent de se déchirer. Entre Étienne, qui se dit "fils[...]

Afrique du Sud : une girafe a-t-elle subi le même sort que dans "Very Bad Trip 3" ?

Transportée à l’arrière d’un camion sur une autoroute en Afrique du Sud, une girafe serait morte jeudi après que sa tête a heurté un pont. La société sud-africaine[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers