Extension Factory Builder
30/11/2011 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Malgré la position de la direction, de jeunes militants ont rejoint les manifestants. Double jeu ? Malgré la position de la direction, de jeunes militants ont rejoint les manifestants. Double jeu ? © AFP

Pragmatique, voire cynique, la confrérie des Frères musulmans a choisi d’apporter son soutien aux militaires égyptiens, confrontés à un puissant mouvement de contestation.

« Pendant que nous sommes place Al-Tahrir pour défendre notre liberté, les Frères musulmans organisent des réunions électorales et accusent les manifestants d’être payés pour retarder le scrutin du 28 novembre », déplore Mustapha Fouad, cadre du Mouvement du 6 avril. Quelques jours avant les élections la confrérie a en effet choisi de se ranger du côté du Conseil suprême des forces armées (CSFA) au moment où le pays a renoué avec l’effervescence révolutionnaire. Le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), organe politique du mouvement islamiste, a ainsi refusé de se joindre aux manifestants réclamant le départ des militaires qui dirigent la transition politique du pays.

Double jeu ?

« La situation nécessite un retour au calme et l’ouverture d’un dialogue. Plus le nombre de manifestants est élevé, plus il y aura des tensions », s’est justifié le secrétaire général du PLJ, Saad al-Katatny, dont le parti a participé à la réunion de dialogue organisée par l’armée le 22 novembre.

Depuis la chute de Hosni Moubarak, le 11 février, les Frères ont boycotté plusieurs manifestations, traitant même leurs organisateurs de « voyous ». C’est seulement lorsque leurs intérêts sont en jeu qu’ils se dressent contre les généraux, s’opposant par exemple, en juillet, à une proposition de loi qui risquait de limiter leur nombre de sièges au Parlement à l’issue des élections.

« Ils jouent le jeu du Conseil suprême, car ils veulent lui prouver qu’il peut compter sur la confrérie », explique Ammar Ali Hassan, écrivain et chercheur en sciences politiques et sociales. Les Frères entendent ainsi conforter leur influence sur la vie politique égyptienne et obtenir des postes importants au sein du prochain gouvernement de transition.

Mais une telle stratégie pourrait les conduire à l’isolement. « Les gens se rendent compte que rien n’a changé. Les électeurs pourraient leur tenir rigueur de s’être rangés du côté du Conseil suprême », observe Hassan.

Pas de consignes

Conscient du danger, le mouvement islamiste n’avait pas totalement abandonné la place. Sa jeune garde était là. « Nous sommes nombreux place Al-Tahrir, déclare Amr, un jeune Frère du quartier de Guizeh. Nous n’avons pas reçu de consignes. Un dirigeant de la confrérie m’a appelé et m’a juste demandé de faire attention. » Une situation qui laisse à penser que la confrérie joue sur les deux tableaux. D’autres y voient des divisions internes, Mohamed al-Beltaguy, cadre du PLJ, ayant annoncé que les Frères rejoindraient les rangs des dissidents.

Toujours est-il que le mouvement reste persuadé que les élections du 28 novembre sont la seule issue à la crise. « Depuis février, nous disons que le Conseil suprême doit partir. Mais qui peut le remplacer ? Personne ! Il faut que les élections aient lieu pour qu’un Parlement élu prenne la place de l’armée, qui ne s’occupera plus de politique », martèle Medhat al-Haddad, responsable de la confrérie à Alexandrie.

Mais le CSFA ne semble pas près de quitter la scène politique : jusqu’à la présidentielle, à la mi-2012, il garde un droit de regard sur tout ce qui se décide. Dans le même temps, la contestation ne faiblit pas. Les Frères auraient-ils misé sur le mauvais cheval ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Brève visite du président égyptien Sissi en Arabie saoudite

Le chef de l’État égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a effectué samedi une brève visite à Ryad pendant laquelle il s'est entretenu avec le roi Salmane d'Arabie saoudite alors que les deux pay[...]

Espagne : Sissi à Madrid, les défenseurs des droits de l'homme dénoncent la répression en Égypte

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a reçu jeudi le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi. Une visite d'un jour mal accueillie par les défenseurs des droits de l'homme qui[...]

En Égypte, c'est "la restauration"

Peu d'entre vous le savent : les États-Unis ont tranquillement repris, il y a un mois, leur aide militaire de 1,3 milliard de dollars par an à l'Égypte.[...]

Égypte : rassemblement anti-voile place Tahrir, les femmes s'expriment

L’écrivain et journaliste égyptien Cherif Choubachy a appelé, le 6 avril, sur sa page Facebook, les femmes égyptiennes à retirer leur voile sur la place Tahrir le 1er mai. Un appel qui fait[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle[...]

Égypte : Mohamed Morsi, sans l'auréole du martyr

Alors que le régime du maréchal Sissi éradique les Frères musulmans à tour de bras, le président déchu écope de vingt ans de prison. Une condamnation à mort[...]

Ligue arabe : réunion des chefs d'état-major, première étape vers une force conjointe ?

Une commission regroupant les chefs d'état-major des membres de la Ligue arabe a entamé mercredi au Caire les travaux destinés à mettre sur pied une force arabe conjointe. Fin mars, l'organisation[...]

Égypte : l'ancien président Mohamed Morsi condamné à vingt ans de prison

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, a été condamné mardi à vingt ans de prison. Il risquait la peine de mort.[...]

Égypte : verdict attendu pour Mohamed Morsi, qui risque la peine de mort

Mohamed Morsi, l’ancien président égyptien, pourrait écoper de la peine de mort mardi pour "incitation au meurtre", plus de 20 mois après sa destitution par l'ex-chef de l'armée[...]

Égypte : 11 condamnés à mort pour des heurts lors d'un match de foot

Onze supporters ont été condamnés à la peine capitale dimanche en Égypte lors d'un nouveau procès des émeutes en 2012 à Port-Saïd. Elles avaient fait 74 morts dans un [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2655p055.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2655p055.xml0 from 172.16.0.100