Extension Factory Builder
30/11/2011 à 19:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 2003, il avait été condamné à 10 ans de traveaux forcés au terme d'un simulacre de procès. En 2003, il avait été condamné à 10 ans de traveaux forcés au terme d'un simulacre de procès. © AFP

Après neuf ans d’exil, l’ex-promoteur du « socialisme croyant », Didier Ratsiraka, est rentré à Madagascar, où les autorités transitoires assurent qu’il aura droit à tous les honneurs dus à un ancien chef d’État.

C’est à bord d’un avion de la Corsair, une compagnie française, que Didier Ratsiraka, « marin de métier » – comme il se définissait il y a quelques années, ajoutant qu’il n’était qu’un « politicien de fortune » –, a regagné sa terre natale. Un peu plus de neuf ans après avoir fui Madagascar, en juillet 2002, celui qui ne veut plus être appelé l’Amiral rouge, vestige d’un temps où il se faisait le promoteur d’un socialisme à la sauce malgache, a retrouvé les siens le 24 novembre, en milieu de matinée. Accueilli par ses partisans à l’aéroport d’Ivato, il s’est ensuite dirigé vers l’hôtel, où il séjournera quelque temps avant de retrouver sa résidence, en cours de réfection.

Ce retour, cela faisait plus d’un an que l’ex-président (de 1975 à 1993, puis de 1996 à 2002) l’annonçait. Confortablement installé dans un petit pavillon de Neuilly-sur-Seine, en banlieue parisienne, il n’avait jamais caché son désir de revenir au pays. Condamné en 2003, un an après sa fuite, à dix ans de travaux forcés pour détournement de fonds publics au terme d’un simulacre de procès, il savait que Marc Ravalomanana, son tombeur, ne le lui permettrait pas. L’arrivée au pouvoir d’Andry Rajoelina en mars 2009, à laquelle il a indirectement œuvré (c’est une de ses interventions télévisées qui a mis le feu aux poudres en décembre 2008), lui avait redonné espoir. Mais il lui fallait des assurances : ne pas être poursuivi par la justice ; et être logé, sa demeure familiale ayant été détruite par un incendie l’année dernière.

Ni lui ni ses proches qui l’ont accompagné dans son exil (son épouse, Céline, et ses deux filles, Annick et Sophie) n’ont souhaité s’étendre sur ce qui l’a poussé à se décider. « Tant qu’il est sur le sol français, il est soumis au devoir de réserve, expliquait l’une de ses filles à quelques heures du départ. Nous attendions l’assentiment des autorités “de fait” pour rentrer. Mais nous n’avons jamais reçu l’invitation. Nous avons donc pris nos responsabilités. » La Haute Autorité de la transition (HAT) assure de son côté qu’il aura droit à tous les honneurs dus à un ex-chef d’État.

Trop tard ? Pas un mot, non plus, sur l’état d’esprit de son père. Vit-il ce retour comme une libération ? Pas sûr. À 75 ans, Ratsiraka, qui apprécie la culture française, n’est plus cet étudiant indigné par la répression coloniale, ni même ce jeune capitaine de frégate qui, après un passage à l’ambassade de Madagascar à Paris, profita de sa nomination au ministère des Affaires étrangères, en 1972, au sein d’un cabinet militaire, pour prendre sa revanche sur l’ancien colon et dénoncer les accords de coopération signés avec Paris en 1960. Aux yeux de la plupart des Malgaches, dont beaucoup sont nés il y a moins de vingt ans, il n’est même plus « l’artisan de la seconde indépendance », un titre qu’il a acquis après sa prise de pouvoir en 1975. Ratsiraka, c’est aujourd’hui le souvenir de la répression des années 1980 et de l’échec du « socialisme croyant », ou, pour les plus jeunes, celui d’un chef d’État vieillissant incapable de freiner l’ascension d’un jeune commerçant nommé Ravalomanana.

Malgré tout, l’événement est considérable. Les mesures de sécurité prises par les autorités à l’annonce de son arrivée le prouvent. À plusieurs reprises, il a déclaré détenir « deux ou trois solutions » pour en finir avec la crise politique. « Longtemps, il a pensé que son retour débloquerait tout », dit un proche resté au pays. Mais n’arrive-t-il pas trop tard ? Contrairement aux autres ex-présidents, Ratsiraka n’a pas signé la feuille de route de sortie de crise. Il ne compte aucun de ses hommes au sein du gouvernement d’union nationale mis en place le 21 novembre. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Madagascar

Madagascar : des inondations font 19 morts et plus de 60 000 sinistrés

Madagascar : des inondations font 19 morts et plus de 60 000 sinistrés

La saison des intempéries se poursuit sur la Grande Île après l’épisode de la tempête Chedza en janvier dernier.  Depuis début mars, de fortes précipitations provoquent des[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Madagascar : des mesures vont être prises après le nouvel enlèvement d'un collégien français

Neuf suspects ont été arrêtés après l'enlèvement d'un jeune collégien français issu de la communauté karana, la semaine dernière à Tuléar, dans[...]

Madagascar : l'épidémie de peste a fait 71 morts en six mois, selon l'OMS

L’épidémie de peste qui sévit à Madagascar depuis septembre 2014 a coûté la vie à 71 personnes sur un total de 263 cas recensés, selon un rapport de l’Organisation[...]

La mosaïque linguistique africaine : carte des langues parlées sur le continent

En décembre dernier, le Parlement sénégalais s’est doté d’un système de traduction simultanée permettant aux députés de s’exprimer dans leur langue[...]

Madagascar : 46 morts après le passage de la tempête tropicale Chedza

La Grande Ile compte ses morts après le passage, ce week-end, d’une violente tempête tropicale baptisée "Chedza". Un bilan publié mercredi fait état de 46 victimes et de 120 000[...]

Madagascar : l'opposition conteste la nomination du nouveau Premier ministre

L'opposition malgache emmenée par Andry Rajoelina s'oppose à la nomination du nouveau Premier ministre, Jean Ravelonarivo.  [...]

Qui est Jean Ravelonarivo, le nouveau Premier ministre malgache ?

Deux jours après la démission de Kolo Roger, le président malgache Hery Rajaonarimampianina a nommé mercredi le général Jean Ravelonarivo Premier ministre de la Grande Île. Le[...]

Madagascar : démission du gouvernement "Kolo"

La présidence malgache a annoncé le 12 janvier la démission de l'ensemble du gouvernement dirigé depuis avril 2014 par Roger Kolo.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2655p026-027.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2655p026-027.xml0 from 172.16.0.100