Extension Factory Builder
23/11/2011 à 18:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ils étaient attendus le 15 novembre à Alger pour un match amical contre la sélection algérienne. Mais prétextant le non-paiement d’une « prime de présence » de 500 000 F CFA (762 euros), les footballeurs camerounais, dont la plupart ont des revenus élevés, ont refusé d’embarquer dans l’avion que la fédération algérienne de football leur avait affrété. Le capitaine de la sélection camerounaise, Samuel Eto’o, le footballeur le mieux payé de la planète avec près de 20 millions d’euros par an, a été le premier à quitter Marrakech, où le groupe séjournait. Ils s’en sont allés, sans un mot d’excuse, ni à l’égard des organisateurs, ni pour le public algérien.

Le mauvais spectacle continue. Le temps des gladiateurs qui descendaient dans l’arène prêts à mourir avec panache pour le public des stades est révolu. Les héros se sont mués en une bande d’histrions égocentriques, dont il faudra attendre, patiemment, qu’ils quittent définitivement la scène.

Les Lions indomptables ajoutent aussi une ligne d’indignité au long palmarès des scandales qui débordent de l’armoire à trophées. Dans ce registre, 2011 aura été encore pire que 2010. Cette année, le Cameroun a déjà annulé, pour diverses raisons, ses matchs contre la Chine (février), le Gabon (mars), le Salvador (août) et le Mexique (septembre). Il n’a pas non plus réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2012. Encore un effort et, dans un avenir proche, la marque « Lions indomptables » signifiera : peu fiable, versatile et dilettante.

L’argent, qui coule à flots, a déglingué le meccano.

L’indécision des politiques face à la décrépitude du football est étonnante. À moins que celle-ci ne tire son origine de la trop grande place que le gouvernement s’est octroyée dans la gestion de cette sélection à scandales. Au Cameroun, pas question de laisser la fédération s’en occuper. C’est bien connu : le football est une chose trop sérieuse pour la laisser aux mains des footballeurs… La sélection est donc cogérée par le ministère des Sports et par la Fédération camerounaise de football, deux institutions en conflit permanent au nom d’intérêts mesquins. L’argent, qui coule à flots, a déglingué le meccano.

Dans ce flou savamment entretenu, les responsabilités sont difficiles à établir. Recruté comme « préparateur psychologique » des Lions en 2005, l’ancien tennisman franco-camerounais Yannick Noah a mis un doigt dans l’engrenage et l’a vite regretté dans les colonnes du quotidien français Le Parisien : « Je viens bénévolement, je paie mon avion, mon hôtel. […] On manque la qualif’ pour le Mondial 2006 sur un penalty raté. Là-dessus, il y a la CAN. J’étais en concert. Il y a un truc qui sort comme quoi pendant la CAN j’avais pour 125 000 euros de frais. Je n’y étais pas. En fait, mon cousin avait pris de l’oseille sur mon dos. Il n’est plus ministre… » L’indélicat a été limogé, mais rien n’a changé. Pas besoin d’opposants pour ternir l’image du Cameroun à l’étranger. Les dirigeants du football s’en chargent avec application, et les Lions indomptables assurent le service après-vente. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentie[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Cameroun : la "short list" de Paul Biya pour le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel va-t-il enfin se concrétiser au Cameroun ? Et qui Paul Biya va-t-il nommer en son sein ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers