Extension Factory Builder
17/11/2011 à 06:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Anthropologue des religions, traducteur du Coran chez Fayard

Dans la récente affaire de Charlie Hebdo, on est souvent tombés de Charybde en Scylla. En effet, quand un hebdomadaire satirique consacre un dossier au Prophète au nom de la liberté d’expression, ce pilier régalien de la République, il considère que l’islam a la même maturité que le catholicisme ou le judaïsme, le même degré de sécularisation et la même teneur sociologique. Erreur ! L’islam en France en est encore aux balbutiements. Il y a certes des musulmans instruits, qui ont voyagé, qui arrivent à se détacher de la foi elle-même et, plus encore, du dogme. Mais il y en a d’autres, la majorité, qui estiment que le blasphème est une injure aux croyants et un mauvais coup porté à l’islam lui-même, puisque le Prophète a partie liée avec le Coran et avec Allah. Cette trilogie Allah-Coran-Prophète est indissociable. L’islam en France, et notamment celui des banlieues, échappe à peine à l’emprise des prédicateurs salafistes et djihadistes, qui l’ont pris en charge et instrumentalisé durant deux décennies. D’un côté, les tourbillons de la provocation, c’est Charybde ; de l’autre, la violence, c’est Scylla.

Au moment où j’écris, nous ne savons pas encore quelles mains criminelles ont jeté des cocktails Molotov dans les locaux du journal. Il faut donc se méfier des manipulations et des surenchères. Mais ce que nous savons d’ores et déjà, c’est la manière dont le venin de la division est inoculé et à quelles doses. Alors que les musulmans français étaient sur le point de réussir leur mutation, à travers notamment leur intégration économique, des oiseaux de mauvais augure sont venus, tard dans la nuit, leur rappeler leurs pratiques exogènes qui ne cadrent pas avec le moule dans lequel ils sont censés se fondre.

À l’inverse, on peut dire que l’illusion de la « pureté » de l’un a entraîné mécaniquement une souillure et une « impureté » de l’autre, deux monstres sacrés du religieux qui se combattent sans cesse et plus que jamais dans les confrontations homériques du périurbain. De fait, alors qu’on pensait que tout allait pour le mieux dans le pays des droits de l’homme, voilà que l’irruption du religieux dans la sphère publique est devenue visible et prégnante. L’erreur de tout cela est d’avoir volontairement amalgamé la pluralité des musulmans dans une seule et même identité religieuse, en faisant fi de leurs singularités étonnantes. Or, on le sait maintenant, il n’y a pas un musulman qui soit identique à un autre.

Certains musulmans ont fait la part des choses, et les caricatures les laissent de marbre ; d’autres sont mal à l’aise avec ces remises en question, qu’ils jugent brutales. Depuis dix ans, nous ressemblons à Sisyphe, ce roi grec de Corinthe qui, dans les Enfers, fut condamné à pousser sur une pente une grosse pierre qui retombe toujours avant d’atteindre le sommet et qu’il est obligé de faire rouler de nouveau sans jamais s’arrêter. De fait, on a beau expliquer quels sont les points de fracture de l’islam et ses points névralgiques, il y a encore des citoyens de ce pays qui voient en cette religion une négation de la laïcité, un dévoiement de la République et presque un kyste qu’il faut soigner. Sisyphe, que de chemin à parcourir encore avant d’atteindre le sommet de la montagne !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers