Extension Factory Builder
15/11/2011 à 10:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Depuis 1995, Bashir Ifo a fait toute sa carrière à la BDIC, ex-Fonds de la cedeao. Depuis 1995, Bashir Ifo a fait toute sa carrière à la BDIC, ex-Fonds de la cedeao. © BIDC

Le Nigérian Bashir Ifo assurait depuis janvier l’intérim de la présidence de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao. Au terme d’âpres tractations, il a été définitivement confirmé dans ses fonctions.

Neuf mois. C’est le temps qu’il aura fallu pour nommer un président à la tête de la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC) et remplacer le Béninois Christian Adovèlandé, parti, le 22 janvier, diriger la Banque ouest-africaine de développement. Le conseil des gouverneurs de la BIDC, réuni le 10 octobre à Accra, a finalement fait confiance à un homme du sérail. Entré en 1995 dans ce qui s’appelait alors le Fonds de la Cedeao, Bashir Ifo y a fait toute sa carrière, jusqu’à occuper, à partir de 2007, le poste de vice-président chargé des finances et des services institutionnels. Diplômé en banque et finance de l’université Ahmadu Bello de Zaria (Nigeria), il gravit, à l’âge de 51 ans, l’ultime marche de l’organigramme.

Devant les gouverneurs, Bashir Ifo a fait un point sur la BIDC, dont le champ d’action s’étend sur seize pays ouest-africains. « Au 31 décembre 2010, a-t-il précisé, la banque avait un déficit de 4,8 millions de dollars [3,6 millions d’euros, NDLR]. Les prévisions à la fin juin 2011 font apparaître que le déficit a été transformé en un bénéfice de 2,66 millions de dollars. Cela a été possible grâce à des mesures de gestion prudentes et des dispositions agressives de recouvrement des prêts. » En termes d’interventions (prêts, garanties, capital-investissement), les engagements de la BIDC sont passés de 751,2 millions de dollars en décembre 2010 à 905,9 millions fin août 2011. Par ailleurs, la banque a obtenu une ligne de crédit de 150 millions de dollars en juillet auprès du gouvernement indien, et des négociations sont en cours avec des banques chinoises pour financer, à hauteur de 1,5 milliard de dollars, treize projets dans quatre pays (Mali, Sénégal, Togo et Burkina).

Imposé par Lagos

La nomination de Bashir Ifo ne s’est pas faite dans la sérénité. Les États de la Cedeao avaient convenu que le président de la BIDC serait recruté par un chasseur de têtes. Un cabinet spécialisé a bien présenté en avril une sélection de dix-sept candidats issus de huit pays. Les trois premiers (deux Guinéens et un Bissau-Guinéen) étaient ex æquo, Bashir Ifo sixième… Mais le Nigeria, qui apporte 40 % des fonds de la BIDC, a imposé son ressortissant. À celui-ci de prouver maintenant qu’il est bien l’homme de la situation.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Nigeria : Goodluck Jonathan à la reconquête du sud, à deux semaines de la présidentielle

À deux semaines de la présidentielle, Goodluck Jonathan, candidat à sa réélection, a poursuivi mercredi sa campagne dans le sud du Nigeria, région où se concentre la production[...]

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les[...]

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Une percée qui n'est pas sans conséquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Témoignages[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Les élections de février, un test décisif pour l'unité du Nigeria

Comfort Ero dirige le programme Afrique à Nairobi depuis janvier 2011 au sein de Crisis Group. À moins d’un mois d’élections qui sont déjà l’objet de vives controverses, le[...]

Nigeria : la ville de Maiduguri doit-elle craindre une nouvelle attaque de Boko Haram ?

Boko Haram s'approche dangereusement de Maiduguri. Après la prise d'une nouvelle localité dimanche dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste, l'étau se resserre autour de la capitale de l'État[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Monguno, dernier verrou militaire avant Maiduguri

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Dimanche, le groupe terroriste a pris le contrôle de Monguno, une ville stratégique où se trouvait la dernière base militaire de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2651p111.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2651p111.xml0 from 172.16.0.100