Extension Factory Builder
13/11/2011 à 12:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le site de microblogging Weibo compte près de 200 millions d'utilisateurs en Chine. Le site de microblogging Weibo compte près de 200 millions d'utilisateurs en Chine. © AFP

Inspiré de l’américain Twitter, le site de microblogging Weibo compte aujourd’hui 200 millions d’utilisateurs. Sa spécialité ? La dénonciation de scandales. Le gouvernement chinois apprécie modérément.

« Weibo a changé notre façon de travailler. Désormais, lors de la plupart des événements importants, les messages des blogueurs sont diffusés si vite que nos journalistes peuvent intervenir bien avant les censeurs du département de la propagande. »

Ce commentaire d’un rédacteur en chef illustre la nouvelle donne de l’information en Chine. Weibo, le Twitter chinois, avec ses 200 millions d’utilisateurs, est devenu en quelques mois la principale source d’information des internautes. Il révèle presque instantanément ce que les autorités préféreraient occulter.

Né il y a moins de deux ans et attaché à Sina, le plus important portail internet local, Weibo (qui signifie littéralement « microblog ») est devenu l’exutoire de toute une population qui ne fait plus confiance à personne. « La justice et la police sont corrompues, nous explique un utilisateur qui se fait appeler Dark Night (“nuit noire”). Les médias sont censurés et, si je veux savoir ce qui se passe en Chine, je m’informe sur Weibo. Si je veux dénoncer quelque chose, je poste aussi sur Weibo. »

Le site fonctionne sur le modèle de Twitter, qui est pour sa part bloqué en Chine, et permet de diffuser en quelques dizaines de caractères des messages à des millions d’internautes.

Depuis le début de l’année, les dénonciations de scandales se multiplient : diffusion de photos de plusieurs ministres arborant des montres de luxe, publication de factures d’achats d’alcool par les dirigeants d’une grande société d’État… Rien n’échappe à la vigilance des chevaliers blancs du Net. Le gouvernement l’a bien compris et tente de museler le site. Mais comment bâillonner 200 millions de personnes ?

Exutoire

« Des propositions ont été faites, comme de contrôler les microblogs des leaders d’opinion ou de faire de Weibo un simple exutoire au mécontentement populaire, ce qui prouve que le gouvernement continue de ne faire aucun cas de l’opinion, estime l’universitaire Ren Jiantao, à Pékin. Il faut voir Weibo de façon positive, et son intervention dans la politique comme un moyen d’accélérer la réforme du mode de gouvernance. »

Reste que, pour la plupart des dirigeants chinois, Weibo est avant tout une menace. Et le rôle central qu’ont joué les réseaux sociaux dans les révolutions arabes conforte évidemment leur crainte. Bref, les jours de Weibo sont peut-être comptés. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Carderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Irak : la politique de la terre brûlée selon l'État islamique

Des jihadistes ont mis le feu jeudi à un champ pétrolier qu'ils contrôlaient dans le nord de l'Irak, avant de battre en retraite alors que les forces kurdes les attaquaient dans le même secteur.[...]

Migrants : l'UE lance l'opération "Frontex Plus" pour aider l'Italie à protéger ses frontières

La Commission européenne a décidé de lancer une nouvelle opération en Méditerranée pour aider l'Italie à faire face à l'afflux de migrants. Elle appelle les États[...]

Ebola : suspension des vols vers les pays touchés, une réponse "dangereusement inadaptée"

Les dernières compagnies aériennes qui assuraient encore la desserte des trois pays d'Afrique de l'Ouest touchés par Ebola ont presque toutes suspendu leurs vols mercredi. Une décision [...]

Turquie : Erdogan, du Coran au sérail

Pour l'enfant du quartier populaire de Kasimpasa, c'est la consécration. Élu président le 10 août, le Premier ministre sortant Recep Tayyip Erdogan compte renforcer encore son emprise sur le[...]

États-Unis : retour sur les destins brisés de neuf citoyens africains-américains

Depuis le meurtre de Michael Brown, le 9 août dernier à Ferguson, les États-Unis vivent une nouvelle fois au rythme des tensions communautaires. Une situation que le pays a connue à de multiples[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex