Extension Factory Builder
04/11/2011 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le campus de l’African Leadership Academy (ALA), en périphérie de Johannesburg. Le campus de l’African Leadership Academy (ALA), en périphérie de Johannesburg. © African Leadership Academy

Former de futurs leaders et les retenir sur le continent : la réponse de l’African Leadership Academy (ALA) au déficit de main-d’œuvre qualifiée.

Joel Mwale a de grandes ambitions et n’a pas peur d’en parler. « J’espère devenir un bon chef d’entreprise – peut-être serai-je un Bill Gates africain d’ici à quelques années », déclare-t-il. Ce Kényan de 18 ans est le type d’étudiant que recherche l’African Leadership Academy (ALA). Il fait partie des 83 élèves venus de plus de trente pays africains, en septembre dernier, pour entamer à Johannesburg leur première année d’étude dans l’école créée par Fred Swaniker, un Ghanéen de 34 ans.

Grâce à un cursus de deux ans alliant formation théorique et formation en entreprise, ALA veut faire naître une nouvelle génération de dirigeants africains. Et combler ainsi le déficit de compétences sur le continent. Un déficit qui contraint les sociétés venant investir en Afrique à embaucher des expatriés, alors que des employés locaux leur reviendraient moins cher et apporteraient leur connaissance du marché et leurs réseaux. « Les entreprises emploient des étrangers à des postes d’encadrement et de stratégie, mais aussi à des postes techniques, en raison du manque de main-d’œuvre qualifiée sur place, explique Mthuli Ncube, chef économiste de la Banque africaine de développement (BAD). Un phénomène accentué par la fuite des cerveaux. »

85% de boursiers, 36 000 d'euros de frais de scolarité

Le nationalisme grandissant complique encore la situation, souligne Seshi Samuel, cadre du cabinet de conseil Ernst & Young. « Les pays africains veillent à ce que des employés locaux soient présents au sein des entreprises », explique-t-elle. Résultat : « Il y a une vraie guerre pour s’arracher les talents. »

Face à ces difficultés, Swaniker veut créer un « réservoir de talents ». Pour contrer la fuite des cerveaux, chaque étudiant s’engage à travailler pendant dix ans en Afrique à partir de ses 25 ans. Dans le cas contraire, il doit rembourser les 50 000 dollars (36 000 euros) de frais de scolarité, plus les intérêts. Environ 85 % des étudiants bénéficient d’une bourse complète. L’école, qui a reçu quelque 22 millions d’euros de dons (de Cisco Systems, MasterCard Foundation, Crédit suisse Foundation, notamment), développe des réseaux pour aider les étudiants à trouver des stages et du travail sur le continent. L’objectif est de faire émerger « 6 000 leaders en cinquante ans ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Pistorius a eu un traitement de faveur pour son anniversaire en prison

Afrique du Sud : Pistorius a eu un traitement de faveur pour son anniversaire en prison

Oscar Pistorius, condamné en octobre à cinq ans de prison pour avoir tué sa petite amie, a bénéficié d'un traitement de faveur en recevant une longue visite de son frère et de sa s&[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

AfricaCom : les innovations télécoms qui ont marqué l'année 2014

Les jurés de la 7e édition des AfricaCom Awards ont rendu dans la nuit du 12 novembre leur verdict. Petit panorama des innovations récompensées lors de cet événement clé de[...]

Procès Pistorius : la demande d'appel du parquet sera examinée le 9 décembre

Le parquet sud-africain était insatisfait de la condamnation à cinq ans de prison du champion paralympique Oscar Pistorius pour avoir abattu sa petite amie. Sa demande d'appel sera examinée le 9[...]

Livres : et il est comment le dernier Deon Meyer ?

Rien ne va plus pour le capitaine Benny Griessel : son engin ne répond plus comme il le souhaiterait. Et non, nous ne parlons pas là de son arme de service... Pas d'inquiétude majeure pour autant,[...]

Afrique du Sud : comment l'explosion du Cosatu menace l'ANC

L'union des métallurgistes sud-africains (Numsa) a été exclue samedi de la centrale syndicale Cosatu, alliée historique du Congrès national africain (ANC). Une décision qui ne sera pas[...]

Afrique du Sud : un monument en métal d'armes fondues pour Meyiwa, capitaine des Bafana Bafana

La Fédération sud-africaine de football (Safa) a annoncé, jeudi, vouloir lancer une collecte d'armes à feu illégales pour les fondre et en faire un monument en métal en hommage à[...]

Afrique du Sud : 2 ex-dirigeants d'extrême droite condamnés pour avoir projeté d'assassiner Zuma

Accusés de préparer des attentats contre le président sud-africain, Jacob Zuma, et son adjoint, Kgalema Motlanthe, deux ex-dirigeants du Parti fédéral de la liberté (FVP), formation[...]

Mode : Khothatso Tsotetsi, les codes des townships

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers