Extension Factory Builder
04/11/2011 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le campus de l’African Leadership Academy (ALA), en périphérie de Johannesburg. Le campus de l’African Leadership Academy (ALA), en périphérie de Johannesburg. © African Leadership Academy

Former de futurs leaders et les retenir sur le continent : la réponse de l’African Leadership Academy (ALA) au déficit de main-d’œuvre qualifiée.

Joel Mwale a de grandes ambitions et n’a pas peur d’en parler. « J’espère devenir un bon chef d’entreprise – peut-être serai-je un Bill Gates africain d’ici à quelques années », déclare-t-il. Ce Kényan de 18 ans est le type d’étudiant que recherche l’African Leadership Academy (ALA). Il fait partie des 83 élèves venus de plus de trente pays africains, en septembre dernier, pour entamer à Johannesburg leur première année d’étude dans l’école créée par Fred Swaniker, un Ghanéen de 34 ans.

Grâce à un cursus de deux ans alliant formation théorique et formation en entreprise, ALA veut faire naître une nouvelle génération de dirigeants africains. Et combler ainsi le déficit de compétences sur le continent. Un déficit qui contraint les sociétés venant investir en Afrique à embaucher des expatriés, alors que des employés locaux leur reviendraient moins cher et apporteraient leur connaissance du marché et leurs réseaux. « Les entreprises emploient des étrangers à des postes d’encadrement et de stratégie, mais aussi à des postes techniques, en raison du manque de main-d’œuvre qualifiée sur place, explique Mthuli Ncube, chef économiste de la Banque africaine de développement (BAD). Un phénomène accentué par la fuite des cerveaux. »

85% de boursiers, 36 000 d'euros de frais de scolarité

Le nationalisme grandissant complique encore la situation, souligne Seshi Samuel, cadre du cabinet de conseil Ernst & Young. « Les pays africains veillent à ce que des employés locaux soient présents au sein des entreprises », explique-t-elle. Résultat : « Il y a une vraie guerre pour s’arracher les talents. »

Face à ces difficultés, Swaniker veut créer un « réservoir de talents ». Pour contrer la fuite des cerveaux, chaque étudiant s’engage à travailler pendant dix ans en Afrique à partir de ses 25 ans. Dans le cas contraire, il doit rembourser les 50 000 dollars (36 000 euros) de frais de scolarité, plus les intérêts. Environ 85 % des étudiants bénéficient d’une bourse complète. L’école, qui a reçu quelque 22 millions d’euros de dons (de Cisco Systems, MasterCard Foundation, Crédit suisse Foundation, notamment), développe des réseaux pour aider les étudiants à trouver des stages et du travail sur le continent. L’objectif est de faire émerger « 6 000 leaders en cinquante ans ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du sud : et Rosatom, le rival d'Areva, arriva...

Afrique du sud : et Rosatom, le rival d'Areva, arriva...

Rosatom, le géant russe du nucléaire, a-t-il remporté le plus grand marché public de l'histoire sud-africaine ? C'est en tout cas ce qu'il laisse entendre. De quoi inquiéter son concurren[...]

Afrique du Sud : ce que la justice reproche à Julius Malema

Le 30 septembre, le tribunal de Polokwane, dans le nord de l'Afrique du Sud, a décidé de renvoyer au 3 août 2015 le procès pour corruption ouvert à l'encontre de Julius Malema. Que reproche la[...]

L'Afrique du Sud donne 25 millions d'euros d'aide à Cuba

L'Afrique du Sud va donner 350 millions de rands (25 millions d'euros) d'"aide économique" à Cuba pour "stimuler les relations commerciales bilatérales", a annoncé samedi son[...]

Afrique du Sud : la première mosquée ouverte aux homosexuels fermée... faute de parking

La ville du Cap a annoncé que la première mosquée ouverte aux homosexuels en Afrique du Sud, inaugurée vendredi 19 septembre, allait fermer ses portes pour une durée indéterminée.[...]

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels inaugurée au Cap

Une mosquée ouverte aux homosexuels, traitant les femmes et les chrétiens sur un pied d'égalité, a été inaugurée vendredi au Cap, sans aucun incident majeur, malgré des[...]

Afrique du Sud : Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Rien ne va plus pour le chef de l'État sud-africain. Alors que les scandales se multiplient, la justice exhume l'affaire dite de l'Arms Deal, qui poursuit Jacob Zuma depuis plus de dix ans. Tiendra-t-il jusqu'à[...]

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de [...]

Afrique du Sud : une ministre espère que Pistorius sera rejugé

La ministre sud-africaine de l'Éducation et présidente de la Ligue des femmes du parti au pouvoir, Angie Motshegka, a déclaré ce week-end qu'elle espérait qu'Oscar Pistorius serait[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius reconnu coupable d'homicide involontaire

Oscar Pistorius a été reconnu vendredi coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013.[...]

Afrique du Sud : la juge va prononcer la fin du verdict du procès Pistorius

Oscar Pistorius saura vendredi s'il est reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013. La juge sud-africaine Masipa a écarté, jeudi, la préméditation[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers