Extension Factory Builder
26/10/2011 à 13:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Militaires kényans parmi les habitants de Liboi, près de la frontière somalienne. Militaires kényans parmi les habitants de Liboi, près de la frontière somalienne. © Tony Karumba/AFP

En intervenant militairement en Somalie pour lutter contre les Shebab, le Kenya prend de gros risques.

La Somalie n’est pas seulement un casse-tête, c’est aussi un casse-pipe. Les Américains peuvent en témoigner. L’opération Restore Hope qu’ils avaient lancée entre décembre 1992 et mai 1993, deux ans après la chute du dictateur Siad Barré (janvier 1991), n’a jamais permis de « rendre l’espoir ». Le voisin éthiopien s’y est aussi cassé les dents. Son armée, l’une des mieux entraînées du continent, a occupé le pays de la fin de 2006 au début de 2009 avec l’appui logistique des États-Unis. Affrontant une guérilla urbaine à laquelle elle n’était pas préparée, elle a dû se retirer.

Depuis, le Gouvernement fédéral de transition (GFT), défendu tant bien que mal par les 9 000 soldats ougandais et burundais de la Mission de l’Union africaine pour la Somalie (Amisom), se maintient péniblement face aux milices islamistes Shebab qui contrôlent la majeure partie du territoire… C’est dire si l’attaque lancée par l’armée kényane sur la province du Bas Juba est hasardeuse.

Rapts en série

Appuyés par des blindés, des avions et des hélicoptères, environ 2 000 soldats sont entrés en territoire somalien le 16 et le 17 octobre. « Notre intégrité territoriale est sous le coup d’une grave menace terroriste. Nous ne pouvons l’accepter, a déclaré George Saitoti, le ministre kényan de la Sécurité intérieure. Cela signifie que nous allons poursuivre nos ennemis – les Shebab – où qu’ils se trouvent, et même dans leur pays ! »

Quelques jours plus tôt, le 13 octobre, deux employées espagnoles de l’ONG Médecins sans frontières (MSF), Montserrat Serra et Blanca Thiebaut, avaient été enlevées dans le camp de Dadaab, en territoire kényan, où se massent quelque 450 000 réfugiés venus principalement de Somalie. Deux enlèvements qui venaient s’ajouter à l’assassinat du Britannique David Tebbutt et au rapt de son épouse, Judith, perpétrés le 11 septembre sur l’île de Kiwayu, ainsi qu’au kidnapping de la Française Marie Dedieu sur l’île de Manda, le 1er octobre.

Si les Shebab, alliés d’Al-Qaïda, ont démenti être les auteurs de ces forfaits – qui, il est vrai, pourraient être le fait de pirates opérant le long des côtes –, leur riposte à l’offensive kényane a été immédiate. « Au Kenya, vous vivez en paix, a menacé Cheikh Ali Mohamud Rage, leur porte-parole. Dans vos villes, il y a de grands immeubles et vos affaires sont prospères, tandis que la Somalie vit dans le chaos. Si votre gouvernement poursuit son agression sur notre sol, nous frapperons vos intérêts au cœur. »

Le 18 octobre, vers 15 heures, un attentat à la voiture piégée secouait Mogadiscio, causant la mort d’au moins cinq personnes, alors qu’à quelques kilomètres de là, au palais présidentiel, deux ministres kényans, Moses Wetangula (Affaires étrangères) et Yusuf Haji (Défense), signaient un accord de coopération militaire avec le GFT. Le lendemain, le gouvernement français annonçait la mort de l’otage Marie Dedieu.

Même si le Kenya soutient depuis longtemps le Gouvernement fédéral de transition, qu’il a hébergé sur son sol, le pays a été jusque-là épargné par les Shebab, qui l’utilisaient comme base logistique et financière. Cela pourrait changer : les islamistes ont montré qu’ils pouvaient frapper loin de chez eux. En juillet 2010, un attentat commis à Kampala (Ouganda) pendant la Coupe du monde de football avait fait 76 morts. Jusqu’à présent, les services de renseignements kényans, épaulés par leurs alliés américains, ont réussi à garder sous contrôle les djihadistes qui vivent sur leur territoire, notamment dans le quartier d’Eastleigh, surnommé « le petit Mogadiscio », à Nairobi.

L’opération militaire kényane, baptisée Linda Nchi (« Protéger le Kenya »), a officiellement pour objectif d’établir une zone tampon de 100 km au-delà de la frontière afin de sécuriser le pays, qui craint de perdre une partie de ses revenus liés au tourisme. L’année dernière, quelque 1,6 million de visiteurs attirés par ses plages de sable blanc et ses réserves animalières lui avaient permis d’engranger 900 millions de dollars, faisant du tourisme la deuxième source de revenus après les exportations de thé.

Cliquez sur l'image pour l'aggrandir.

Jusqu’à Noël

Ralentis par la pluie et la boue, les militaires kényans progressent en direction de la ville somalienne d’Afmadow, où se masseraient les Shebab, après avoir réquisitionné de nombreux véhicules pour y transporter leurs partisans. L’objectif principal pourrait être la ville portuaire de Kismayo, à 120 km plus au sud, qui sert de quartier général aux islamistes et par où leur parviennent d’importantes rentrées financières.

« Nous avons tué 73 rebelles lors de nos bombardements et, pour le moment, nous avons sécurisé trois villes, a déclaré Emmanuel Chirchir, le porte-parole de l’armée, le 19 octobre. Aucune perte n’était à déplorer du côté kényan. » Ce qui n’est pas tout à fait vrai : un hélicoptère Harbin Z-9 de fabrication chinoise s’est écrasé au décollage, dans la ville de Liboi, tuant cinq soldats. « Nous sommes déterminés à chasser les Shebab de Kismayo, puis de toute la Somalie », affirme le général Youssouf Hussein Dumaal, qui dirige les forces kényanes. Il peut compter sur le soutien du GFT, de l’Amisom et de certaines milices anti-Shebab, comme le groupe Ahlu Sunna wal Jamaa. « Nos troupes sont prêtes à tout, clame Chirchir. Si cela nous entraîne jusqu’au mois de décembre, nous fêterons Noël là-bas, sinon, nous rentrerons plus tôt. » Maladroite allusion à une fête chrétienne quand, sur les ondes islamistes, on martèle des messages du style : « Êtes-vous prêts à vivre sous la domination des chrétiens ? Sortez de vos maisons, défendez votre dignité et votre religion ! » Le fragile équilibre religieux du Kenya pourrait être une première victime collatérale du conflit. Les précédents laissent à penser qu’on ne met pas un pied dans le bourbier somalien impunément. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Kenya

Kenya : 28 passagers d'un bus exécutés par des Shebab présumés

Kenya : 28 passagers d'un bus exécutés par des Shebab présumés

Vingt-huit passagers d'un bus ont été exécutés tôt samedi matin dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie, a annoncé le chef de la police du dépar[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

Kenya : nouvelle descente de la police dans une mosquée de Mombasa

L'opération contre l'islam radical menée à Mombasa depuis 48 heures par la police nigériane risque d'exacerber les tensions dans la ville portuaire, craint la société civile.[...]

Kenya : les femmes, martyrs ou nudistes ?

Les droits des femmes régressent-ils au Kenya ? Alors que la justice lutte contre l’excision, des agressions sexistes visent des jeunes filles jugées "trop légèrement[...]

Kenya : 1 mort et plus 250 suspects arrêtés dans une mosquée de Mombasa

La police kényane a effectué lundi une descente musclée dans des mosquées de Mombasa soupçonnées d'abriter des sympathisants des Shebab somaliens. Une personne a été[...]

Et si Barack Obama convoitait la présidence... du Kenya ?

Le président des États-Unis vit, le 4 novembre, ses dernières élections. Il lui reste deux ans pour préparer ses bagages et penser à son avenir. Voici cinq hypothèses sur une[...]

Kenya : Ban Ki-Moon appelle à mettre fin à l'excision

Dans le cadre d'une campagne mondiale contre l'excision lancée avec le quotidien britannique "The Guardian", Ban Ki-moon a appelé jeudi à Nairobi à mettre fin à la mutilation[...]

Kenya - CPI : Uhuru Kenyatta dans le rôle du martyr

Accusé de crimes contre l'humanité, le président kényan a comparu devant la Cour pénale internationale. En s'y rendant de son plein gré, il a montré sa bonne volonté.[...]

Kenya : Kenyatta à la CPI pour une audience "cruciale"

En acceptant de se présenter mercredi à La Haye, le président kényan, Uhuru Kenyatta, devient le premier chef d'État en exercice à comparaître devant la Cour pénale[...]

Ebola : les 10 pays africains les plus exposés à l'arrivée d'un malade sur leur sol

Des chercheurs américains ont tenté de recenser les pays les plus exposés à l’arrivée d’un malade atteint d’Ebola sur leur sol. Sans céder à la panique, certains[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers